Pariez en ligne avec Unibet
  • MIA2.5LOS1.45Pariez
  • ORL3HOU1.32Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Le Heat bloqué financièrement pour couper Dion Waiters

Alors que l’arrière de Miami multiplie les frasques, Miami ne peut pas vraiment s’en débarrasser puisque personne n’en veut et le couper est encore trop compliqué sur le plan financier.

Jugé intransférable avant même le début de saison, Dion Waiters a aggravé son cas avec sa suspension de 10 matches et ses petits bonbons au cannabis. Seulement, les possibilités de se débarrasser de ce boulet au pied sont très, très restreintes pour le Heat. C’est un véritable casse-tête.

Comment trouver une équipe intéressée par un joueur dont le récent CV oscille entre pépins physiques, forme physique douteuse, et comportement inadapté ? C’est mission impossible. Reste alors la solution d’une rupture de contrat, un « buyout ». Il reste 24.7 millions de dollars de contrat, sur deux ans, à Dion Waiters et sans doute qu’il ne fera aucun sacrifice et ne laissera aucun dollar pour faire plaisir à Pat Riley.

Une solution jouable à partir du 5 janvier ?

Donc qu’il soit payé à ne pas jouer ou coupé, cela ne change pas grand-chose pour les finances de la franchise floridienne. En revanche, les circonstances contractuelles bloquent les dirigeants.

Si Dion Waiters est coupé, Miami n’aura alors plus que 13 joueurs sous contrat. Les règles de la ligue obligeront le Heat à recruter un 14e joueur. Sauf que la masse salariale est déjà dans le rouge avec presque 139 millions de dollars en salaire. Ils paieront sans doute donc la « luxury tax » en fin de saison.

Comment recruter un joueur sans encore faire chauffer la planche à billets ? La meilleure solution reste un contrat de 10 jours. Mais ce n’est pas possible avant le 5 janvier prochain, souligne le Miami Herald. Comme il est suspendu jusqu’au 1er décembre, Miami devra alors gérer Dion Waiters pendant cinq semaines. Pour s’offrir la paix dans son vestiaire et ne pas alourdir son portefeuille, sera-t-il coupé en début d’année prochaine ? Réponse bientôt.

LEXIQUE

Luxury tax : en NBA, le salary cap n’est pas strict, et la NBA autorise les franchises les plus riches à dépasser le seuil fixé avec une marge de tolérance d’environ 20%. En l’occurrence, cette année, les franchises peuvent dépenser jusqu’à 132  millions de dollars. Ensuite, pour chaque dollar dépensé au-dessus de ce plafond, les franchises doivent verser la « luxury tax » à la NBA. Une sorte d’impôt qui peut coûter très cher, et le Thunder et les Warriors paient chaque année plusieurs dizaines de millions de dollars. Une somme reversée ensuite aux franchises, bonnes élèves, qui n’ont pas payé la « luxury tax ».

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Miami Heat en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés