NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
TOR
NOR2:00
LAC
LAL4:30
Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Les dix meilleurs joueurs de la Coupe du monde 2019

Pour tirer un trait sur cette belle Coupe du monde, Basket USA vous propose ses All-Tournament Teams, soit les dix meilleurs joueurs de la compétition.

Même si on a surtout parlé des absents côté américain avant la compétition, la Coupe du monde 2019 a tout de même proposé un niveau de jeu tout à fait intéressant, plus particulièrement lors des rencontres à élimination directe, après une première phase qui ne s’imposait pas vraiment. À l’issue de la finale, la FIBA a désigné un cinq du tournoi, cohérent et sans surprise, et à Basket USA, on a décidé de le compléter avec un deuxième cinq.

FIRST ALL-TOURNAMENT TEAM

Ricky Rubio (16.4 points, 6 passes, 4.6 rebonds)

Apaisé dans son jeu et n’hésitant plus à laisser parler ses émotions, et tout simplement plus complet offensivement, Ricky Rubio a été le baromètre de l’Espagne en route vers un nouveau titre mondial. À 16 points, 6 passes et 5 rebonds, le MVP de la compétition a parfaitement su diriger son armada en prenant ses responsabilités dans le « money time ». Plus agressif que dans le passé, il n’hésite plus à shooter comme le prouvent ses 19 tirs face à l’Australie.

Bogdan Bogdanovic (22.9 points, 4.1 rebonds, 4.4 passes)

La Serbie a certes raté sa Coupe du monde en ne finissant que 5e, mais Bogdan Bogdanovic n’a pas manqué la sienne. Avec 36 d’évaluation face à l’Espagne, à 26 points, 10 rebonds et 6 passes, l’arrière serbe des Kings a été au four et au moulin. On retiendra aussi son match face aux Américains. Surtout, il affiche d’incroyables pourcentages pour un extérieur : 59% à 2-points et 53% à 3-points ! Un clinic individuel malheureusement sans succès collectif.

Evan Fournier (19.8 points, 3.8 rebonds, 3 passes)

Le grand public retiendra peut-être la mine déconfite de l’arrière tricolore sur le podium sans sa médaille de bronze. Mais les amateurs pourront témoigner d’un vrai passage de témoin à la tête des Bleus.

Après le raté de l’Euro 2017, la France du basket a trouvé son nouveau patron de l’attaque en Evan Fournier, capable de débloquer des situations par son agressivité en un-contre-un. Le titulaire du Magic a parfaitement assumé son rôle d’option n°1 et il a aussi beaucoup participé au jeu par ses rebonds et ses passes pour impliquer ses coéquipiers. Il n’arrive peut-être pas encore à digérer la déroute face l’Argentine mais la médaille de bronze et sa place dans le meilleur cinq resteront comme de grands souvenirs à tête reposée.

Luis Scola (17.9 points, 8.1 rebonds)

L’indéboulonnable. Avec ses tempes grisonnantes et son jeu à l’ancienne, Luis Scola a encore fait des siennes sur la scène internationale. L’intérieur de l’Albiceleste a été insolent de grinta face aux Bleus avec ses 28 points et 12 rebonds. Tête baissée mais toujours le toucher soyeux pour caresser la planche, il a fait la chanson au monde entier… ou presque ! À 39 ans, Luis Scola devrait continuer jusqu’à Tokyo pour un dernier tour de piste olympique.

Marc Gasol (14.5 points, 5.5 rebonds, 4.1 passes)

Champion NBA avec les Raptors et champion du monde dans la foulée, Marc Gasol est le grand vainqueur de l’année 2019. Le pivot ibère a en tout cas été fidèle aux rendez-vous au sommet. Il a notamment placé 33 points pour venir à bout de l’Australie en demi-finale et en finale, il claque 14 points, 7 rebonds et 7 passes pour aider sa Roja à (re)conquérir le monde. En mode diesel mais toujours aussi important comme plaque tournante, offensive comme défensive, il a encore enrichi une armoire à trophées presque plus garnie que celle de son grand frère.

SECOND ALL-TOURNAMENT TEAM

Facundo Campazzo (13 points, 8 passes, 4 rebonds)

La mobylette de la pampa aura sacrément pétaradé en Chine ! Facundo Campazzo a été un des éléments moteurs de l’Albiceleste, terminant notamment 3e meilleur passeur du tournoi, sachant accélérer aux bons moments, mais aussi mettre une grosse pression sur les meneurs adverses. Surtout, il a été décisif pour passer l’obstacle serbe en quart : 18 points, 12 passes, 6 rebonds, et tout aussi insaisissable face à la France en demi : 12 points, 6 passes, 7 rebonds. Probablement à bout de force après avoir imposé un tel rythme défensif, le pensionnaire du Real Madrid n’aura par contre rien pu faire face à l’armada espagnole en finale (2/11 aux tirs).

Patty Mills (22.9 points, 3.9 passes, 2.3 rebonds)

À « la place du con » au pied du podium, Patty Mills et l’Australie peuvent nourrir de sérieux regrets. Terriblement frustrés sur la fin, les Boomers ont pourtant produit du très bon basket, à la fois carré mais aussi propice aux belles envolées. Notamment celles du feu follet texan qu’on n’imaginait pas aussi libéré et aussi fort sur la durée d’une compétition. Malheureusement, il va rater un lancer clutch face à l’Espagne, et finira carrément cuit contre la France (11 d’évaluation, son pire match). Mais il a assumé son statut de première option d’une grande nation du basket.

Tomas Satoransky (15.5 points, 8.5 passes, 5.6 rebonds)

La République Tchèque a été la grande surprise de ce tournoi, réussissant à se classer à la 6e place… devant les Etats-Unis. Et c’est son seul NBAer, Tomas Satoransky, qui a mené sa sélection vers ce résultat inespéré.

Avec son dynamisme habituel des deux côtés du terrain et sa capacité à jouer sur trois postes, la recrue des Bulls finit deuxième meilleur passeur du tournoi et dans le Top 10 des meilleures évaluation à plus de 21 par match. Privé de son acolyte sur le pick-and-roll, Jan Vesely, l’ancien Wizard s’est encore davantage imposé comme un vrai leader, capable de rendre les autres meilleurs mais aussi de prendre les matches à son compte.

Gabriel Deck (13.9 points, 3.1 rebonds)

L’ailier argentin fut un sixième homme de choix pour l’Abiceleste, apportant sa puissance poste bas et toute son énergie pour punir les changements défensifs. Précieux face à la Serbie et la France, il a carrément été le meilleur Argentin en finale, tentant de ramener son équipe. En vain malheureusement. De quoi lui offrir pas mal de confiance au moment de revenir au Real Madrid, où il devrait avoir un rôle plus important cette saison.

Rudy Gobert (10 points, 9 rebonds, 2 passes, 2 contres)

Etouffé comme tous les Bleus face à l’Argentine, mais aussi face à l’Australie lors de la deuxième phase, Rudy Gobert a tout de même été solide sur l’intégralité de la compétition. En leader, il a surtout répondu présent face au Team USA qu’il connait bien avec ses 21 points, 16 rebonds et 3 contres (pour 36 d’évaluation). Moins à l’aise qu’en NBA où il peut davantage jouer dans le dos, le pivot du Jazz doit continuer à progresser pour être un vrai danger en attaque. Comme Evan Fournier, il est appelé à être le patron de cette équipe pour la prochaine décennie.

Mentions Top 8: Donovan Mitchell (13 points, 5 passes, 4 rebonds), Nando De Colo (16.5 pts, 3.4 pds), Nikola Jokic (11.5 pts, 7.5 rbds, 4.8 pds), Jaromir Bohacik (15.3 pts, 4 rbds), Adam Waczynski (13.9 pts, 2.6 rbds)

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés