Matchs
hier
Matchs
hier
Coaching News

[Coaching] Giannis Antetokounmpo bloqué face au mur vert

En limitant Giannis Antetokounmpo à 22 points à 7/21 au tir, les Celtics ont fait dérailler les Bucks. En privant en premier lieu le « Greek Freak » de l’accès au cercle qu’il adore.

Al Horford est sans doute l’un de ceux qui gênent le plus Giannis Antetokounmpo, et tout le monde l’a encore bien vu lors du Game 1 de la série entre Boston et Milwaukee. Mais arrêter le « Greek Freak » est avant tout un travail d’équipe.

« Horford est un gars costaud », confirme le Grec. « On s’est affronté beaucoup de fois. Il connait mes moves, et c’est plus facile de défendre sur moi quand on peut m’envoyer d’un côté et que l’aide vient de l’autre. Au bout du compte, ils ont fait un très bon travail pour défendre, avec Horford qui m’envoyait vers l’aide. »

Un mur sur le repli, des aides systématiques sur les pénétrations

L’idée de Boston, c’est d’orienter au maximum Giannis Antetokounmpo vers la gauche, parce qu’il est beaucoup plus à l’aise pour finir sur sa main droite. Les Celtics misent ainsi sur le fait que soit le Grec va tenter un tir main gauche, avec un pourcentage de réussite plus faible, soit qu’il va faire un « spin move » pour revenir vers le centre, et qu’ils pourront alors compter sur une aide pour le tenir à distance du cercle et ainsi le forcer à un tir plus difficile.

« Ils ont mis du monde dans la raquette », explique Giannis Antetokounmpo. « Il y avait énormément de gars dans la peinture. Peu importe où j’allais, que je tourne ou que je change de direction, il y avait toujours un second gars. »

En regardant sa trajectoire sur chacun de ses tirs, on voit bien que l’ailier des Bucks a été orienté vers la gauche.

Pour éviter que Giannis Antetokounmpo ne se retrouve près du cercle sur sa main droite, et qu’il claque donc des dunks à tout-va, les Celtics ont monté un véritable mur. On l’a vu dès les premières possessions, avec un « Greek Freak » qui tente de prendre de la vitesse, mais une équipe de Boston appliquée sur le repli, et qui force surtout son adversaire à démarrer son mouvement de très loin, l’obligeant à faire un « spin move » qu’il termine difficilement. Avant de se faire contrer…

Dès qu’il attaquait le cercle, une aide était là pour le gêner, comme le notait Hubie Brown pendant la rencontre.

Les Bucks doivent trouver des moyens de relâcher la pression

L’ancien coach des Hawks, des Knicks et des Grizzlies relevait également la façon dont Al Horford et les autres Celtics utilisaient leur avant-bras pour maintenir Giannis Antetokounmpo éloigné du cercle lors de ses pénétrations et l’orienter.

Dans ce premier match, Boston a fait le pari que le potentiel MVP de la saison allait insister de près, malgré ce marquage resserré, et c’est ce qu’il s’est passé. Giannis Antetokounmpo notait ainsi que si les Celtics ne changent pas leur façon de défendre, il devrait « faire la bonne passe et faire confiance à mes coéquipiers pour rentrer leurs tirs ».

Milwaukee doit en effet profiter de cette défense qui vient systématiquement en aide pour décaler des shooteurs. La troupe de Mike Budenholzer a aussi mis en place des écrans d’Eric Bledsoe ou d’autres arrières pour Giannis Antetokounmpo et c’est une piste intéressante, qui a créé de bons shoots aux Bucks. Le problème, c’est qu’ils ont offert des shoots ouverts au duo Ersan Ilyasova – Pat Connaughton, et que les deux hommes n’étaient pas dans un bon soir de loin (1/12 à 3-points).

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *