News

Après sa première réussie, Jeremy Lin a l’impression de tricher en rejoignant Toronto

L’ancien joker des Hawks effectuait ses premiers pas sous la tunique de Toronto la nuit dernière.

Après le départ de Delon Wright, transféré aux Grizzlies, et la blessure de Fred VanVleet, Toronto a engagé Jeremy Lin comme remplaçant de Kyle Lowry. Mais c’est en étant à ses côtés sur le parquet que la recrue a fait vibrer la Scotiabank Arena.

Largement applaudi pour son entrée sur le parquet, « Linsanity » a perdu son premier ballon quelques secondes après l’avoir intercepté, et a été discret pour son premier passage sur le terrain. Sa deuxième entrée fut plus remarquée, avec une passe pour Serge Ibaka à 3-points en transition, et deux lancers, en l’espace de 20 secondes. Tandis que son troisième passage a coïncidé avec le moment où le match a basculé pour les Raptors.

Ainsi, quand Nick Nurse le relance, il y a 80-68 après trois minutes disputées en deuxième mi-temps. Avec la paire Lowry-Lin, les Raptors vont alors enchaîner un 15-0 pour repasser devant. Un moment charnière évidemment dans cette sixième victoire de suite, sur lequel Jeremy Lin, à l’écoute de ses partenaires, peut s’appuyer pour la suite.

« J’ai un peu l’impression que je ne l’ai pas mérité »

« Que ce soit Coach Nurse, Kyle (Lowry), Marc (Gasol), ils m’ont beaucoup aidé », notait-il après la rencontre. « On a essayé de faire le plus simple possible, on a dû faire deux ou trois systèmes quand j’étais sur le terrain. J’ai un peu plombé l’attaque car je ne savais pas grand-chose. Mais ça l’a fait. Avec ces deux joueurs-là pour stabiliser le jeu, tu n’as qu’à faire en fonction d’eux. »

Il termine finalement avec 8 points à 3/7 aux tirs, 5 passes, 5 rebonds, et un +/- de +10. Une belle façon de montrer aux Raptors qu’ils ont bien fait de venir le chercher.

« J’ai connu beaucoup de situations différentes, mais ici la franchise me veut, du front office aux coachs en passant par les joueurs. Jusqu’à maintenant, c’était un sur les trois ou deux sur les trois. »

Et c’est encore mieux quand on parle d’un cador de la NBA. « J’ai presque l’impression de tricher », sourit-il. « J’arrive dans une équipe qui a gagné plus de 40 matchs, j’ai un peu l’impression que je ne l’ai pas mérité, mais je suis content d’être ici, et je crois qu’il y a vraiment un trou que je peux combler, dans le rôle de créateur dynamique en sortie de banc. »

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *