Pariez en ligne avec Unibet
  • CLE2.08CHI1.79Pariez
  • IND1.15OKL5.9Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Le test de NBA 2K19 : toujours plus pointu, toujours plus exigeant

Nouvelle rentrée, nouvelle version de 2K. Scénario revu pour la carrière, gameplay amélioré, petites touches supplémentaires dans chaque mode… NBA 2K19 apporte, comme d’habitude, son lot d’annonces plus ou moins excitantes. Il est l’heure de faire le tri.

Gameplay : D-FENSE

Visuellement, l’évolution est quasiment invisible. La présentation et les graphismes sont dans la continuité de 2K18. Mais les choses sont vite différentes lorsqu’on veut attaquer frontalement, comme l’an dernier. La défense est plus affûtée. Terminé les courses directes ou les slaloms. Les défenseurs sont mieux organisés. Pour marquer, il faut être plus patient, plus organisé, et maîtriser la jauge de tir, présente y compris sur les lay-up. Le jeu de passe est moins permissif, attention aux interceptions ! Les déplacements des joueurs semblent un peu plus lourds. On sent, en tout cas, un peu plus leur masse et les contacts.

En clair : c’est toujours plus réaliste et exigeant. De quoi faire le bonheur des experts du basket. Un peu moins de ceux qui cherchent à s’amuser vite et à claquer des dunks dans tous les sens.

Seul bémol, lorsque vous êtes en défense, les interceptions sont plus simples si vous trouvez le bon timing.

Un scénario plus accrocheur

Le mode carrière étant le plus populaire, il est notre premier détour. Cette année, tout commence en Chine dans le Prélude. Votre surnom : « AI. » Non-drafté, vous devez réussir à être performant pour revenir en G-League, puis en NBA. Une progression accompagnée par une histoire et des cinématiques plus ou moins longues, et que vous pouvez passer en un clic.

Même si on ne se trouve pas face à du grand cinéma, ce scénario a le mérite d’être plus accrocheur que les précédents. On se prend plus facilement au jeu. Une fois arrivé en NBA, c’est la fin des scènettes. À vous de jouer. Il faut enchaîner les matchs, les entraînements et toutes les activités pour faire progresser votre joueur… où bien passer à la caisse.

Plus réduit, le quartier est plus agréable et facile à parcourir. Les nombreuses activités apportent de la diversité. Les objectifs de points et de paliers sont plus clairement annoncés. Il n’y a plus qu’à s’y mettre. En match, une jauge baptisée « Takeover » vous offre désormais un petit boost si vous arrivez à la remplir.

Comme l’an dernier, la frustration est inévitable lorsque vous découvrez le quartier et ses joueurs dotés d’évaluations stratosphériques pendant que vous galérez avec votre petit 60. Le choix est donc toujours le même : votre temps ou votre argent. Visual Concept a au moins la décence de ne plus vous faire payer les coupes de cheveux.

MyLeague et MyGM

Le mode carrière continue de bénéficier du gros du travail des développeurs. Si vous aimez MaLigue et MonGM, les nouveautés sont surtout des ajustements à des points de règlement ou de la vie de la NBA.

Mais dans le fond, les mécaniques restent les mêmes. Vous aimez marteler le bouton X de votre manette ? L’histoire sans intérêt de la version scénarisée de MonGM va vous ravir. Les dialogues sont longs et sans véritable intérêt. Heureusement, il est possible de choisir une version sans ce scénario.

À chaque fois, les joueurs retrouveront les échanges un peu trop faciles qui se succèdent tous les ans pour monter une équipe en béton.

Dans les deux modes, l’expansion de la ligue est toujours plus facilitée. En vous aidant des créations de la communauté, faire vivre l’équipe de vos rêves n’a jamais été aussi rapide.

MyTeam

Entre 3-contre-3, mode Unlimited et quelques autres nouveautés, les adeptes des cartes façon « Ultimate Team » devraient trouver leur bonheur et un peu de renouvellement.

Par ailleurs

Les menus gagnent en clarté. Tant mieux, car on commençait à s’y perdre. Pour la bande son, il vaut mieux aimer le hip-hop. La présentation avant les matchs reste désespérément la même, avec Shaquille O’Neal et ses amis version pixels. Dommage, il serait temps de passer à la vidéo, d’autant que les temps de chargement continuent d’être aussi nombreux que longs.

Faut-il craquer ?

Pour les joueurs hardcore, le gameplay toujours plus équilibré et les nouveautés par petites touches dans chaque mode rendent forcément NBA 2K19 intéressant. Pour les joueurs occasionnels et ceux qui ne se sentent pas attachés aux derniers effectif ? Pas forcément.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires