Pariez en ligne avec Unibet
  • CLE2.08CHI1.79Pariez
  • IND1.15OKL5.9Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Eddie Sutton, Kobe Bryant, Doc Rivers… Tony Allen sort la boîte à souvenirs

Auteur de 10 points et 4 rebonds hier pour la Nouvelle Orléans, Tony Allen n’a pas pu empêcher la défaite des Pelicans face à Minnesota. Mais l’arrière vétéran monte en puissance au sein de la rotation d’Alvin Gentry.

Dans sa quatorzième saison en NBA, et seulement trois franchises, Tony Allen en a vu des vertes et des pas mûres. Sextuple nominé dans les meilleurs cinq défensifs, il a récemment ouvert la boîte aux souvenirs… Mais le chien de garde de NOLA n’est pas encore prêt à raccrocher ses gants !

« Il y a tellement d’arrières talentueux, on pourrait en citer beaucoup. Pour ce qui est des plus durs à contenir, je ne vais pas leur rendre hommage maintenant [rires] » confie Tony Allen sur le site des Pelicans.

Quant à son meilleur souvenir en carrière, il le partage en deux…

« Gagner le titre NBA. Obtenir ma première récompense individuelle m’a aussi un peu surpris. Je ne pensais pas faire partie du débat. Être deuxième dans la course au défenseur de l’année quatre années d’affilée, avant d’être récompensé, je ne pensais pas que la ligue me suivait comme ça. Quand j’ai reçu ma plaque, j’étais sous le choc ! J’étais quasiment en pleurs. Je me suis dit que j’étais finalement pas si mauvais [rires]. Je pensais à Eddie Sutton, mon coach à Oklahoma State qui m’avait dit que je jouerais dix ans en NBA parce que je jouais des deux côtés du terrain. Et puis à Boston, Doc Rivers m’avait dit de faire tout ce que Paul Pierce et Ray Allen n’étaient pas payés à faire. C’est-à-dire se battre sur les ballons, aller au rebond offensif, courir en transition et couper les passes. Quand j’ai eu cette première récompense défensive, c’est à ça que j’ai pensé, mes entraîneurs, mes mentors qui m’ont aidé à survivre en NBA. »

« Kobe m’a fait sortir pour 6 fautes en 8 minutes »

Désormais moins aérien, Tony Allen pouvait décrocher le cocotier à ses débuts dans la Grande Ligue. Son meilleur dunk en carrière est logiquement survenu dans ses vertes années à Boston !

« Je l’ai revu récemment sur Twitter en fait. Quand j’étais avec Boston, on jouait Denver. J’ai récupéré la balle en transition, je me suis fait une passe à moi-même et j’ai passé un moulin à vent. J’étais un jeune rookie et on perdait assez largement. J’avais enfin un peu de temps de jeu et je voulais montrer ce que je pouvais faire. Mais je m’en souviens comme si c’était hier : Danny Ainge m’a pris à part et il m’a dit : « Viens-là TA, on doit causer ». J’étais bien, je venais de scorer 10 points plus ce dunk. Mais lui m’a calmé direct : « Tu ne peux pas faire ça, pas quand tu perds de 30 points ». Ça m’a marqué. Maintenant, quand je suis en contre-attaque, je fais un layup tout simple. Danny Ainge m’a appris à faire la part des choses. »

Marqué à vie par son passage à Boston, où il a développé cette mentalité défensive auprès de Kevin Garnett notamment (comme Kendrick Perkins), Tony Allen a également de nombreux souvenirs face à Kobe Bryant et les Lakers.

« Quand j’étais rookie à Boston, Kobe Bryant m’a fait sortir pour six fautes en huit minutes ou quelque chose comme ça… »

À 35 ans, Tony Allen est résolument en fin de carrière, lui qui ne tourne plus qu’à 4 points en 11 minutes de jeu. Mais tant qu’il sera en tenue, l’ancien cowboy d’OSU ne lâchera pas les colts !

Le dunk en question

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires