Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Smush Parker, de la souffrance aux Lakers au déclin en Asie

Smush Parker, de la souffrance aux Lakers au déclin en Asie La vie de Smush Parker est loin d’être un long fleuve tranquille. L’ancien joueur des Lakers, si méprisé par Kobe Bryant selon ses dires, joue toujours au basket depuis son départ de la NBA en 2008. Après des passages en Iran, au Vénézuela, en République Dominicaine, en Chine ou encore au Cibona Zagreb, le meneur s’était dirigé cette saison en… Mongolie. À l’époque joueur des Mon-Altius Madimos Falcons, l’ancien Laker se disait motivé par la découverte d’un nouveau pays.

Avril : « J’ai choisi de jouer en Mongolie pour découvrir un nouveau pays »

« J’ai choisi de jouer en Mongolie car je n’étais jamais venu ici auparavant » se justifiait-il alors à Mongolia.gogo. « Je voulais jouer dans des contrées où je n’avais jamais été. Je voulais découvrir quelque chose de nouveau, rencontrer de nouvelles personnes, apprendre une nouvelle culture et une nouvelle vie. »

Lors de son passage au pays, le joueur se disait aussi confiant sur l’évolution du basket local.

« L’avantage du basket mongol est qu’il est nouveau et se développe, il devient plus gros et les joueurs progressent aussi. Avec le temps, le basket pourra être compétitif dans le monde, contre d’autres équipes ou pays asiatiques. Il y a beaucoup de bons joueurs ici, avec beaucoup de potentiel. »

Juillet : « Je ne recommanderai à personne d’aller en Mongolie »

Quelques mois plus tard, Smush Parker tenait pourtant un tout autre discours. Il fait en effet partie des joueurs qui se sont présentés à la très étrange draft de la ligue… sud-coréenne. La KBL s’est déplacée jusqu’à Las Vegas afin de sélectionner des joueurs américains pour renforcer les équipes locales. Comme en NBA, deux tours de draft mais des contrats fixes, bien que généreusement rémunérés : 30 000 dollars mensuels pour un premier tour, 20 000 pour le second, net d’impôts. Présent à cette loterie, Smush Parker ne faisait pas mystère de son refus de revenir en Mongolie.

« Vous pouvez citer Smush Parker disant : ‘La Mongolie était la pire expérience de basket de tous les temps.’ Je ne recommanderai à personne d’aller là-bas. » confie t-il au New York Times.

Moins diplomate donc qu’avec la presse mongole, l’arrière s’est mis en quête d’un contrat avec une équipe sud-coréenne. Malheureusement, après un essai sur le terrain du casino, Smush Parker ne sera pas sélectionné à la draft. Dans son malheur, il est loin d’être le seul, à l’instar de Rashad McCants, l’ancien Tar Heel et espoir des Timberwolves, lui-aussi recalé à la sélection. Deux des nombreuses trajectoires de basketteurs passés un temps dans l’éclairage flatteur de la NBA, avant de retomber dans l’oubli.

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités

Tags →
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *