NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
MIA
BOS2:30
Pariez en ligne avec Unibet
  • MIA2.4BOS1.63Pariez
  • DEN3.1LOS1.4Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Golden State – New Orleans : une deuxième victoire à la Klay

Golden State - New Orleans : la victoire à la KlayLes Pelicans ont du coeur et du talent mais parfois ça ne suffit pas… La preuve avec cette seconde manche remportée à l’arraché par les Warriors. Un succès marqué du sceau de la patte de Klay Thompson, en feu dans le money time, pour permettre à Golden State de s’imposer 97-87 et de mener 2-0 dans cette série. New Orleans a joué les yeux dans les yeux avec les Warriors pendant 45 minutes, mais à ce niveau, le moindre ballon perdu ou tir manqué coûte très cher. Surtout face à la meilleure équipe de la saison régulière.

« On a gagné des matches de plus de 10 points mais il s’agissait de vraies batailles pendant 48 minutes. Tout le monde veut nous battre, et la saison régulière nous a préparés à faire face à ce type d’adversité. »

C’est ce que déclarait Stephen Curry avant le début des playoffs, et cette deuxième manche en est la parfaite illustration. L’écart final ne reflète pas du tout la physionomie du match avec des Pelicans qui, à cinq minutes de la fin, étaient encore sur les basques des hommes de Steve Kerr.

Des Pelicans un peu trop simplistes en attaque, mais qui ont montré de grosses qualités mentales. Notamment entre la fin du 2ème quart-temps et le début du 3e lorsque les Warriors ont enclenché le turbo pour faire oublier un premier quart-temps poussif. Car Eric Gordon et Anthony Davis avaient d’abord réussi à faire taire cette salle jugée « trop bruyante » par Monty Williams. Le premier quart-temps, remporté 28-17, montre que les Pelicans sont plus que de simples sparring partner, et que les Warriors, s’ils ne sont pas concentrés, peuvent prendre l’eau.

Le banc de Golden State colmate les brèches

Mais sur le banc de Golden State, il y a de l’expérience et de féroces compétiteurs. On peut compter sur Barbosa, Livingston ou encore Speights pour réveiller leur équipe. En trois minutes, les Warriors sont revenus dans le match (32-28). Les titulaires n’ont plus qu’à maintenir la même pression, et sans surprise, Golden State renverse le cours du match. C’est d’abord Klay Thompson qui égalise avec deux 3-points de suite (47-47). Puis, c’est le tandem Curry-Bogut qui colle un 8-2 pour rejoindre les vestiaires avec une courte avance (55-52). Les Pelicans ne pouvaient sans doute pas mieux jouer, et pourtant Golden State est devant.

Au retour des vestiaires, les Warriors confirment leur fin de première mi-temps avec un 6-1 pour prendre 8 points d’avance (61-53). Temps-mort pour les Pelicans, au bord de la rupture, et Monty Williams trouve les mots pour relancer ses joueurs. Eric Gordon et Omer Asik marquent de rares paniers, et ce sont Davis et Evans aux lancers qui permettent aux Pelicans de recoller au score. Finies les envolées de la première mi-temps, place aux barbelés. Des deux côtés, on sent déjà de la fatigue. Chaque panier relève presque du miracle, et l’Oracle Arena a peu d’occasion d’exploser. A la fin du 3e quart-temps, New Orleans a égalisé : 71-71.

La défense des Warriors hausse le ton

Stephen Curry éteint en deuxième mi-temps, c’est finalement son « Splash Brother » qui va débloquer la situation. Alors que les Pelicans s’entêtent parfois à aller au contact et à prendre des tirs compliqués, Thompson les refroidit avec 7 points de suite (88-84). Pendant trois minutes, les Pelicans n’inscrivent plus le moindre panier, et les Warriors ont repris la main sur match. Pourtant, lorsque Tyreke Evans, toujours dans son style si chaloupé, parvient à marquer au milieu d’une forêt de bras (88-86), on pense qu’on va assister à cinq dernières minutes serrées. Sauf que les Pelicans vont encaisser un 9-1 pour finir le match, ne marquant plus le moindre point pendant 4min30.

En face, la défense des Warriors a haussé d’un ton avec un immense Draymond Green comme leader. Les rotations sont actives, les prises à deux font mal, et les Pelicans ont lâché prise. C’est Andrew Bogut d’un dunk qui délivre son équipe et mais aussi toute la salle pour une victoire de 10 points (97-87). Il y a davantage de soulagement que de joie chez les Warriors, conscients que les Pelicans étaient tout proches de l’exploit. C’est frustrant d’autant qu’il manquait Jrue Holiday et qu’Evans a grimacé pendant tout le match en raison de douleurs au genou. En jouant davantage à l’intérieur (Asik ne voit pas un ballon…), New Orleans pourrait varier ses attaques et être plus dangereux. A tester au prochain match.

[box boxscore_200415_gsw-nor]

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Golden State Warriors en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés