Pariez en ligne avec Unibet
  • NEW1.72UTA2.13Pariez
  • LOS1.78LA 2.05Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Miami – OKC : coup de tonnerre sur la Floride !

OKC s'impose à MiamiDe mémoire de double champion en titre, jamais le Heat n’avait pris une telle soufflante sur son parquet. Les challengers aux dents longues se multiplient pour faire tomber Miami, et cette nuit, OKC s’est clairement imposé comme un candidat sérieux au titre, en l’emportant 112-95. Porté par une réussite à 3 points extraordinaire (16/27) et un Kevin Durant surmotivé (33 pts, 7 rbds, 5 pds), le Thunder signe un 9e succès consécutif et frappe un grand coup dans la hiérarchie de la NBA. Sans Russell Westbrook faut-il le rappeler…

Nombreux attendaient le retour des Spurs à Miami pour le remake des NBA Finals dimanche dernier. Mais le vrai choc de ce début d’année 2014 était bel et bien ce Heat-OKC, cristallisé par le méga duel entre les deux méga superstars de la meilleure ligue du monde: LeBron James et Kevin Durant. La rencontre entre un Thunder insaisissable et une formation floridienne reboostée aura tenu toutes ses promesses. Et la bande à LBJ, qui n’avait plus connu la défaite contre Oklahoma depuis juin 2012, en a pris pour son grade.

Le Heat prend le meilleur départ

Comme face à San Antonio, les troupes d’Erik Spoelstra ont réalisé un départ canon, avec une confiance inébranlable des deux côtés du terrain. Pendant que le Thunder butait sur un mur noir et rouge (2/12 au tir pour débuter), Miami déroulait, à l’image d’un Chris Bosh à nouveau au top (11 des 22 premiers points du Heat). L’ex raptor se faisait plaisir, en dunkant notamment sur un Serge Ibaka un brin en retard, puis faisait tomber la pluie d’un 3 points face au panneau, pour porter la marque à 18-2 après moins de 5 minutes de jeu, un score à peine croyable. Reggie Jackson rapidement sorti pour deux fautes, c’est l’inusable Derek Fisher qui remettait la machine en route dans son exercice favori. Oklahoma profitait aussi de 4 pertes de balle consécutives du Heat pour sortir la tête de l’eau. Mais le sort semblait s’acharner sur OKC qui perdait cette fois son joyau, Kevin Durant, auteur d’un passage en force évitable en début de partie, puis d’une 2e faute sur le mastodonte LeBron James en transition. Sans son leader, Oklahoma City allait pourtant réussir à revenir dans la partie, avec l’aide précieuse de son banc.

Lamb, loin d’être un agneau

En l’absence de KD, c’est Jeremy Lamb qui redonnait espoir aux hommes de Scott Brooks. En plantant deux 3 points coup sur coup en début de 2e acte, l’arrière d’OKC, impérial depuis la blessure de Russell Westbrook, ramenait sa formation à seulement 5 longueurs (32-37). Les remplaçants de Miami paraissaient figés face aux hommes de main du serial killer au numéro 35. Fisher y ajoutait son grin de sel avec un nouveau 3 points, son 3e de la soirée, avant que Lamb ne suive parfaitement une contre-attaque emmenée par Jones. Le Heat ne menait plus que de 3 unités, et le retour du King n’allait rien y changer. Durant, également de retour, reprenait les choses en main, laissant Sefolosha se coltiner LBJ en défense. Le Suisse ne se démontait pas, et rendait à chaque fois la monnaie de sa pièce à James lorsque celui-ci lui faisait des misères. Loin de se défiler dans cette ambiance hostile, Lamb, encore lui, d’un nouveau missile à 3 points, permettait à OKC d’égaliser (44-44).

Dans les dernières minutes précédant la pause, KD faisait le taf, trouvant notamment la ficelle au buzzer après un missile longue distance en reculant, ou son compère Ibaka, d’un savoureux caviar, pour creuser un peu plus l’écart désormais en faveur d’un foudroyant Thunder (50-55).

Un trio pour trois 3-points qui font mal

En plus d’avoir eu un banc des plus inspirés (23pts à 8 à la mi-temps), Oklahoma avait aussi pu compter sur une adresse extérieure toujours redoutable (7/13 à 3 points, contre 2/9 pour Miami). Les coéquipiers de Kevin Durant ne s’arrêtaient pas en si bon chemin, et frappaient très fort au retour des vestiaires, toujours de loin. Jackson, Sefolosha et Jones enfilaient les 3 points comme des perles pour faire passer OKC à +12 en moins de 2 minutes, tandis que le Heat paraissait amorphe, incapable de se révolter (52-64). Car si Miami peut se montrer irrésistible lorsque la confiance habite ses joueurs et que son jeu en transition les rend injouables, la franchise de Pat Riley peut aussi avoir de terrible trous d’air, sans créativité ni rythme, et déjouer complètement. Pendant de longues minutes, les Floridiens semblaient perdus et enchaînaient les mauvais choix.

Durant 1, James 0

Poussé par l’American Airlines Arena, c’est l’inévitable LeBron James qui tentait de sonner la révolte d’un lay-up autoritaire qui envoyait Ibaka au sol (68-78). Mais ce diable de Durant lui rendait la politesse, assénant un 3 points improbable qui ne trouvait que la ficelle. Le duel des titans prenait une dimension dantesque en fin de 3e quart, mais là encore, c’est James qui lâchait le premier. Au buzzer du 3e acte, Derek Fisher dégoûtait la salle pour de bon sur un missile qui rentrait avec l’aide de la planche, son second de la soirée, pour un avantage confortable aux siens (75-91). Deux nouveaux coups d’éclat d’entrée de 4e quart signés KD sur la truffe de James mettaient déjà fin au suspense. Le mentor Fisher n’était pas en reste, et confirmait les dispositions exceptionnelles d’Oklahoma City à 3 points (76-101). L’écart en restait finalement là, et Miami, qui avait tout de même compté jusqu’à 18 longueurs d’avance, s’inclinait 112-95 après 48 minutes de jeu.

Comme on pouvait s’y attendre, Kevin Durant a enchaîné avec un 12e match à plus de 30 points. Lassé d’être toujours 2e depuis le début de sa carrière, Durantula a envoyé un message on ne peut plus clair sur le parquet du champion en titre, en délivrant un récital face au quadruple MVP de la ligue. Mais ce qui compte le plus, au delà de la performance individuelle, c’est la victoire de son équipe, et le sentiment d’impuissance infligé à Miami après la pause. Alors qu’OKC prend de l’avance au sommet de sa conférence, le Heat aura deux matchs pour se remettre les idées en place, avant d’entamer un road trip de 6 rencontres à l’Ouest qui se terminera par la revanche, le 20 février prochain, dans l’enceinte qu’on surnomme  »Loud City ». Rendez-vous est pris.

Vidéo en cours de chargement...



[box boxscore_290114_mia-okc]

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oklahoma City Thunder en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés