NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
DAL
BOS2:30
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Al Horford et Brad Stevens, relation clé à Boston qui remonte à loin

NBA – Les deux hommes se respectent mutuellement depuis que leur chemin se sont croisés en NCAA.

Al Horford et Brad Stevens23 mars 2007. Champions universitaires en titre, les Gators de Florida doivent batailler face aux Bulldogs de Butler en demi-finale régionale. Mais finissent par s’imposer de huit points avec leurs hommes forts, Joakim Noah, Corey Brewer et Al Horford, qui s’apprêtent à prendre la direction de la Grande Ligue.

Sur le banc d’en face ce jour-là, un certain Brad Stevens, alors assistant des Bulldogs. C’est la toute première fois que ce dernier croise la route de celui qu’il considère comme le meilleur joueur des Gators, Al Horford, auteur de 16 points, 7 rebonds et 4 contres dans le match en question.

Deux semaines après cette confrontation, l’assistant est promu coach principal de sa formation, tandis que l’intérieur floridien file en NBA, drafté en 3e position par les Hawks. Le futur All-Star d’Atlanta garde tout de même un œil sur la suite des événements à Butler.

Ciblé en 2016 par les Celtics

Il fait bien car sous l’égide de Brad Stevens, la formation basée à Indianapolis s’invite à deux reprises en finale universitaire (2010 et 2011). « Des équipes très costaudes. Leur jeu est dur, l’exécution de l’attaque est impeccable, il est très difficile de se préparer contre eux. Brad Stevens avait trouvé le moyen de tirer le meilleur parti de chacun de ses joueurs. C’est ce qui m’avait le plus impressionné chez lui », remarque l’intérieur, dans un long papier d’ESPN sur leur relation.

Cette dureté plaît si bien que Brad Stevens se fait recruter comme coach principal d’une formation NBA, sans aucune expérience d’assistant dans la Grande Ligue au préalable, chez les Celtics en 2013. Trois ans plus tard, alors que les C’s cherchent à recruter Kevin Durant, une autre cible est visée par le club et Brad Stevens : Al Horford.

Après ses belles saisons à Atlanta, l’intérieur s’engage pour quatre ans et 113 millions de dollars. C’est alors le free agent le plus chèrement recruté de l’histoire des Celtics. Après des années d’admiration mutuelle à distance, les deux hommes se rejoignent enfin.

« Il ne fait aucun doute que lorsque vous jouez contre certains joueurs et que vous observez l’impact qu’ils ont sur le terrain grâce à leur jeu, mais surtout la façon dont leurs coéquipiers réagissent, répondent et jouent autour d’eux, vous les admirez et vous espérez qu’un jour ils pourront jouer pour les Celtics. Et il était clairement en haut de cette liste pour moi », ne cache pas Brad Stevens.

Des assistants stupéfaits

Celui-ci considère partager des points communs avec l’intérieur, sur l’esprit de camaraderie notamment. « Ce concept de ‘Nous sommes dans le même bateau, nous partageons les résultats et nous allons tout donner l’un pour l’autre’. Même si cela peut paraître cliché ou ringard, c’est de cela qu’il s’agit. C’est pour cela qu’il est si spécial », qualifie l’actuel président de la maison verte.

Le lien entre les deux hommes est si fort qu’après trois ans de collaboration commune à Boston, puis le départ d’Al Horford vers les Sixers et le Thunder, l’intérieur fait son retour en 2021, alors que Brad Stevens a rejoint les bureaux des Celtics.

Même vieillissant, Al Horford est le garant d’une éthique de travail en interne. Un étudiant jamais rassasié d’apprendre. « Nos assistants disent tout le temps qu’ils sont absolument stupéfaits qu’Al soit celui qui veut regarder les vidéos pour apprendre à s’améliorer. Il a 38 ans, il n’a pas besoin de faire ça. Mais c’est son état d’esprit. S’il peut s’efforcer de s’améliorer, tous nos jeunes de 22 ans peuvent s’efforcer de s’améliorer. C’est un message important pour toute la franchise », juge Brad Stevens.

Son chouchou est le deuxième joueur de tous les temps à avoir disputé le plus grand nombre de matchs de playoffs (183) sans avoir remporté le titre, derrière Karl Malone (193). Deux victoires de plus face aux Mavs et ce sera de l’histoire ancienne pour lui. Et la consécration pour ces deux hommes qui ont croisé leur route il y a 17 ans.

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités