Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Interview Sidy Cissoko : « Scoot Henderson est aussi un extraterrestre »

NBA – Le Français Sidy Cissoko fait partie des quatre joueurs de la G-League Ignite sélectionnés pour participer au Rising Stars dans la nuit de vendredi à samedi.

Sidy Cissoko avait les yeux qui brillent et la tête dans les nuages vendredi matin, au Jon M. Huntsman Center, lors de l’entrainement des quatre équipes qui participeront au Rising Stars Challenge cette nuit. Arrivé au G-League Ignite l’été dernier, devenant au passage le premier européen à rejoindre l’équipe des jeunes prospects, le Français aura la chance de se mesurer aux meilleurs jeunes de la NBA, avec la Draft 2023 dans sa ligne de mire.

Pour Basket USA, il est revenu sur sa sélection, sa saison en G-League, son coéquipier Scoot Henderson pressenti comme numéro 2 de la prochaine Draft derrière Victor Wembanyama, et sa feuille de route pour l’amener à rejoindre la NBA cet été.

Qu’est-ce que ça représente pour vous de participer au All-Star Weekend ?

C’est un rêve ! Tous les jeunes français ou internationaux, on rêve tous d’être All-Star ou d’être au All-Star Weekend un jour. C’est le premier pour moi, et j’espère que ce ne sera pas le dernier.

Est-ce que c’est difficile à réaliser ?

(il sourit) Je suis encore un peu sur mon nuage mais je pense que je vais vraiment commencer à réaliser quand je serais sur le terrain… Je suis un petit peu stressé, mais je ne suis pas nerveux, c’est du bon stress.

« On va se donner à fond pour que les gens nous respectent, pour qu’ils respectent la G League »

Même si c’est un match d’exhibition, est-ce qu’il y a une approche ou une motivation particulière parce qu’en tant que joueur de G-League, vous allez faire face aux meilleurs jeunes de NBA ?

C’est clair. Ce n’est pas juste pour nous personnellement, on représente aussi la G-League dans son ensemble et la plupart des gens pensent encore que le niveau de la G-League n’est pas top. Mais on va se donner à fond pour que les gens nous respectent, pour qu’ils respectent la G-League, et pour leur montrer qu’on a notre place face aux meilleurs jeunes NBA.

En France, on a toujours du mal à étalonner cette G-League par rapport à ce que l’on connait. Comment pourriez-vous la comparer par rapport à la Betclic Elite ou à ce que vous avez connu en Espagne ?

En fait, ça dépend… Ici, ça joue forcément plus à l’américaine avec beaucoup de un-contre-un, et la priorité va à celui qui est le meilleur joueur sur le terrain. Il ne faut pas oublier qu’il y a beaucoup de joueurs qui sont envoyés en G-League par leur franchise NBA, et par moment tu joues contre des équipes qui ne sont pas du tout organisées. Ça va être que du un-contre-un et du pick-and-roll. Les équipes qui ont plus de stabilité, comme la nôtre, on a un jeu plus collectif. Et pour répondre à ta question, je dirais que c’est équivalent à de la Pro A.

Vous avez donc fait le choix de venir en G-League, quel bilan tirez-vous de ces premiers mois ?

Je suis vraiment content d’avoir fait ce choix. La plus grosse différence, elle est du côté physique. Physiquement j’ai beaucoup changé depuis que je suis arrivé parce que l’accent est mis là-dessus mais aussi parce que le terrain NBA est plus grand que le terrain FIBA. On doit donc couvrir plus de distance. Les règles ne sont pas les mêmes, et au début, c’était dur de s’habituer mais on s’y fait.

« Dès que la saison se termine, je vais faire des workouts organisés par mon agent »

Vous jouez avec Scoot Henderson, sans doute le futur numéro 2 de la Draft, derrière Victor Wembanyama. Qu’est-ce qui vous impressionne le plus chez Scoot ?

Ses capacités athlétiques ! Ce gars, c’est… (il secoue la tête) c’est une fusée, c’est difficile à décrire… c’est aussi un extraterrestre ! Wemby aussi est un extraterrestre, mais Scoot c’est vraiment par ses capacités athlétiques et sa vision du jeu. Il a un premier pas rapide, sûrement même plus rapide déjà que certains joueurs NBA. C’est ça qui est impressionnant en fait, quand on joue contre des joueurs NBA dans nos matchs de G-League, Scoot est facilement au même niveau.

Après cette saison, direction la Draft NBA ?

Oui oui ! Là je me concentre sur la fin de saison mais dès que la saison se termine, je vais faire des workouts organisés par mon agent et m’attaquer à la Draft pour être prêt pour l’année prochaine.

Quand vous faites un bilan de votre jeu, quels sont les aspects sur lesquels vous voulez travailler en vue de la Draft ?

Je dirais le shoot, toujours. Continuer à être polyvalent parce que c’est une de mes forces, mais en particulier en défense. Ce sont les deux points sur lesquels on va insister.

Est-ce qu’il y a un ou des joueurs NBA que vous regardez particulièrement  ?

Je dirais Dyson Daniels (joueur des Pelicans, 8e choix de la Draft en 2022) parce qu’il faisait partie de la G-League Ignite l’année dernière. Mon coach m’a conseillé de regarder son jeu parce qu’il est capable de jouer meneur mais aussi de jouer 3/4 et de défendre sur toutes ses positions. J’essaie d’étudier son jeu et comment il a su adapter son jeu à la NBA.

Propos recueillis à Salt Lake City.

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités