Summer
league
Summer
league
SAC87
PHO77
WAS70
MIL71
CLE28
IND21
ATL
NYK0:00
LAL
CHI1:00
DEN
NOR3:00
DAL
OKC5:00
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Les regrets éternels de Mike D’Antoni quant aux playoffs 2018

NBA — Meilleure équipe de la ligue en saison régulière en 2017/18, les Rockets s’étaient ensuite inclinés en finale de conférence face aux Warriors. À une victoire des Finals…

Si les Rockets sont aujourd’hui la pire équipe de la ligue depuis deux ans, il faut se rappeler qu’ils étaient encore au sommet de la NBA, il y a seulement quatre saisons.

Sous les ordres de Mike D’Antoni, avec James Harden et Chris Paul à la baguette, la franchise texane avait effectivement décroché le meilleur bilan de son histoire, lors de la saison 2017/18 : 65 victoires et 17 défaites ! Suffisant pour que le barbu le plus célèbre de la ligue devienne (enfin) MVP et pour que Houston attaque les playoffs dans la peau du favori au titre, avec Golden State.

Au premier tour et en demi-finale de conférence, les Rockets avaient d’ailleurs assumé leur statut, éliminant tranquillement les Wolves (4-1) puis le Jazz (4-1), pour atteindre la finale de conférence. Et y retrouver les champions en titre des Warriors, pour une affiche de rêve entre les deux meilleures équipes du pays.

Chris Paul blessé, Houston ne conclut pas…

Une série qui a finalement tenu toutes ses promesses et offert son lot de dramaturgie, avec Golden State qui récupère immédiatement l’avantage du terrain au Game 1, avant que Houston n’égalise au Game 2, toujours au Toyota Center. Direction l’Oracle Arena, donc, pour voir les « Dubs » virer à 2-1 à l’issue du Game 3.

Moment choisi par les coéquipiers de James Harden pour revenir à 2-2 puis enchaîner à domicile, afin de mener 3-2 après le Game 5. Sauf que, dans ce même Game 5, Chris Paul se blesse aux ischio-jambiers et la série bascule, car le meneur All-Star est contraint de manquer le Game 6 puis le Game 7…

« Nous pouvions le voir dans leurs yeux, nous les tenions, ils étaient dans les cordes », se souvient Mike D’Antoni. « Personne ne sait si nous aurions gagné [avec Chris Paul]. Je ne suis pas stupide au point de dire : ‘Nous les aurions battus’. Un peu comme avec les suspensions de [Boris Diaw et Amar’e Stoudemire] avec Phoenix, en 2007. Je ne sais pas ce que ça aurait donné. [Les Warriors] étaient une grande équipe, ils auraient peut-être trouvé un moyen de l’emporter. »

Largement dominés dans le Game 6 à Oakland, malgré une avance de 17 points dans le premier quart-temps, les Rockets se sont ensuite effondrés dans le Game 7, pourtant disputé dans le Texas. En tête de 15 points en première mi-temps, les James Harden, Eric Gordon, Clint Capela, P.J. Tucker et autres Trevor Ariza n’ont finalement pas su survivre à leur série de 27 tirs à 3-pts manqués (!), entre les deuxième et quatrième quarts-temps…

Le plus gros « what if… » des Rockets ?

Quatre ans plus tard, et même si tout le monde ne s’épanche pas (ou plus) forcément sur le sujet, les regrets doivent encore être présents dans les têtes des joueurs texans de l’époque. Pour Mike D’Antoni, il est en tout cas difficile de ne pas le reconnaître…

« C’est un immense regret, car nous serions encore à Houston aujourd’hui », pense carrément l’ancien coach de Houston, parti par la petite porte. « Avec Chris [Paul] et James [Harden], nous serions toujours chez les Rockets, à enchaîner les victoires. Mais c’est ainsi, c’est comme ça que ça devait se passer. »

Après cette élimination douloureuse survenue en finale de conférence, donc, face aux futurs champions des Warriors, les Rockets n’ont effectivement jamais réussi à faire mieux ensuite, que ce soit en 2018/19 ou en 2019/20. Et, ce, en dépit d’un James Harden de gala au scoring (35.3 points de moyenne sur ces deux saisons !).

Au final, alors que Mike D’Antoni s’en est allé de Houston à l’automne 2020 et que Chris Paul a été envoyé au Thunder quasiment au même moment, James Harden a quant à lui quitté la franchise texane pour les Nets, en début d’année 2021. La laissant entamer une lente mais nécessaire reconstruction, après une belle période de succès, certes sans titre.

Et laissant surtout les fans des Rockets avec un sentiment amer en bouche, engendré par ce fameux « what if… » lié à la blessure de Chris Paul lors du Game 5 face aux Warriors, en plein playoffs 2018.

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités