Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Los Angeles, la maison des Coffey

En « two-way contract » chez les Clippers, Amir Coffey n’est pas le seul membre de la famille à essayer de percer à Los Angeles. Sa sœur, Nia, est elle aussi en balance pour intégrer l’effectif des Sparks, en WNBA.

Auteur de 13 points en 12 minutes hier soir, dans la défaite des Clippers face à La Nouvelle-Orléans, Amir Coffey a réussi son quatrième match à 10 points ou plus en NBA. Dans sa deuxième saison dans la ligue, mais en pointillés car en « two-way contract », il est peu à peu en train de se faire sa place dans la rotation d’un prétendant au titre.

Non-drafté à sa sortie de la fac de Minnesota en 2019, Amir Coffey a rapidement signé un « two-way contract » avec les Clippers, de Los Angeles d’une part, et de Agua Caliente d’autre part. Brinquebalé de l’une à l’autre équipe ces deux derniers mois, avec la « bulle » de G-League qui battait son plein, il a une nouvelle fois confirmé que ses qualités de shooteur pouvaient être utiles à sa franchise NBA en sortie de banc.

Entre deux eaux : de la Cité des Anges à Agua Caliente…

Mais c’est surtout pour travailler le reste de son arsenal d’arrière qu’Amir Coffey a été renvoyé à nouveau dans la « bulle », où il a tourné à 18 points, 4 rebonds et 4 passes en 7 rencontres. Il lui faut des minutes dans un rôle de créateur à plein temps pour complémenter son jeu de shooteur pur.

« Il s’agit simplement de lire les actions après l’écran, et de regarder des vidéos », expliquait-il. « Je dois faire les bons choix après la pose d’écran. Emanuel Terry fait du très bon boulot pour rouler, c’est un intérieur très athlétique donc c’est facile de lui donner la balle par-dessus la défense. On a des bons shooteurs aussi donc ça donne des espaces sur le terrain et ça rend le jeu plus facile pour les manieurs de ballon. »

En ces temps troubles de pandémie, ces allers et retours entre la Grande Ligue et son antichambre sont d’autant plus compliqués qu’il faut y ajouter des périodes de confinement et des tests additionnels. Mais Amir Coffey a fait le dos rond, acceptant bien volontiers de faire l’ascenseur, tout en restant productif, comme lors de ce match à 15 points à 5/6 à 3-points dans la victoire à Miami il y a un mois.

« Il a bien joué, avec confiance. Il vient juste de revenir de G-League et j’en rigolais avec lui car il a tenté 14 tirs à 3-points en G-League lors de son dernier match », rappelait Terrence Mann en février dernier. « Je vois ce que tu préparais dans ton coin, tu t’échauffais pour ce match ! Plus sérieusement, il a joué dur, comme on sait qu’il peut le faire. Et il a pris ses tirs comme nous le dit tout le temps le staff. »

Amir et Nia, la première fratrie NBA et WNBA à Los Angeles ?

Arrière gaucher de 2m01 qui peut aussi décoller pour des gros dunks, Amir Coffey pourrait pour le coup écrire l’histoire, avec sa soeur Nia, si cette dernière parvient elle aussi à se frayer un chemin jusqu’à l’effectif final des Sparks, en WNBA, où elle vient de signer un contrat pour le camp d’entraînement. Ils pourraient ainsi être la première paire de frère et sœur à jouer dans la même ville, l’un en NBA et l’autre en WNBA.

« Je pense que durant nos carrières, on a tous les deux dû traverser des moments difficiles », explique Amir Coffey dans le OC Register. « Mais en persévérant, en continuant à progresser et à se battre, on y est arrivé. Il faut savoir rester équilibré malgré les hauts et les bas. Je suis fier d’elle et à travers son parcours, ça me donne aussi le sens du travail et de la persévérance pour continuer mon propre chemin. »

De nouveau réunis dans la même ville, les deux Coffey peuvent remercier leur paternel, Richard Coffey, qui fut lui aussi professionnel en son temps, avec une pige en NBA chez les Wolves (en 1990-91) et une carrière à l’étranger en Espagne et en Turquie, après sa carrière universitaire également à la fac de Minnesota. Amir a suivi les pas de son père chez les Gophers, et il semble à même de faire mieux que papa en NBA…

« C’est un joli cadeau », reprend-il dans le LA Sentinel. « Ma sœur a connu plusieurs équipes WNBA et l’étranger, et elle continue à poursuivre son rêve, et maintenant, on est dans la même ville. Je suis content pour elle. À travers sa carrière, elle a connu des hauts et des bas et ça me donne de la force pour travailler et persévérer. »

Son meilleur score de la saison en NBA (15 points)

Son meilleur score de la saison en G-League (22 points)

Amir Coffey Pourcentage Rebonds
Saison Equipe MJ Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Fte Int Bp Ct Pts
2019-20 LAC 18 9 42.6 31.6 54.5 0.2 0.7 0.9 0.8 1.1 0.3 0.4 0.1 3.2
2020-21 LAC 44 9 43.7 41.1 71.1 0.2 0.8 1.0 0.5 0.7 0.2 0.3 0.0 3.2
2021-22 LAC 69 23 45.3 37.8 86.3 0.4 2.5 2.9 1.8 1.3 0.6 0.7 0.2 9.0
2022-23 LAC 50 13 38.6 27.5 77.8 0.3 0.7 1.1 1.1 1.0 0.1 0.4 0.1 3.4
2023-24 LAC 70 21 47.2 38.0 85.9 0.4 1.7 2.1 1.1 1.5 0.6 0.5 0.2 6.6
Total   251 17 44.7 37.3 81.3 0.3 1.5 1.8 1.2 1.2 0.4 0.5 0.1 5.8

Comment lire les stats ? MJ = matches joués ; Min = Minutes ; Tirs = Tirs réussis / Tirs tentés ; 3pts = 3-points / 3-points tentés ; LF = lancers-francs réussis / lancers-francs tentés ; Off = rebond offensif ; Def= rebond défensif ; Tot = Total des rebonds ; Pd = passes décisives ; Fte : Fautes personnelles ; Int = Interceptions ; Bp = Balles perdues ; Ct : Contres ; Pts = Points.

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités

Tags →