Pariez en ligne avec Unibet
  • CHA1.63CHI2.3Pariez
  • DET1.58HOU2.41Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

La France termine sa préparation par une 3e défaite d’affilée

4-Scola
La France a enregistré cette nuit sa troisième défaite consécutive lors de ce tournoi de Cordoba, 86-79. Si son match fut bien plus encourageant que les deux premiers, la sélection tricolore paye encore un début de rencontre laxiste. Lancée par Manu Ginobili puis conduite par Carlos Delfino, Nicolas Laprovittola ou encore Facundo Campazzo, l’Argentine de Luis Scola s’est fait plaisir à longue distance avec un très propre 19 sur 41 à 3-points.

La France rentre dans son match bien trop tard

Encore une fois, la France débute mal sa rencontre et c’est en grande partie la faute de ses rotations défensives et ses aides en retard qui laissent Manu Ginobili seul à trois-points à deux reprises, puis pénétrer à l’aide d’une feinte de grand-père dans la raquette française. De l’autre côté, la France insiste trop à trois-points, en vain à l’image de l’air-ball de Nando De Colo, en grande partie par son incapacité à prendre les intervalles et agresser la peinture argentine. Seuls Boris Diaw et le meneur du CSKA Moscou essayent de se rapprocher tandis que Rudy Gobert est bien contenu. En face, Nicolas Laprovittola puis Facundo Campazzo relayent Manu Ginobili à trois-points et la France accuse un déficit de 7 points après le premier quart-temps, 21-14.

Le début de deuxième quart-temps est du même acabit, hormis un tir extérieur de Mike Gelabale. Les Français perdent des ballons tandis que l’Argentine se montre en réussite, avec Carlos Delfino à huit mètres ou Campazzo dans le corner. Néanmoins, les Bleus insistent plus dans la raquette, un tir d’Antoine Diot par ci, une faute provoquée de Joffrey Lauvergne par là et la sélection reste dans le match à la moitié du quart-temps mais une nouvelle balle perdue tricolore conduit à un panier facile des Albicelestes et Vincent Collet arrête le match (36-27). Celui-ci ne change pas le cours du match, encore une fois car la défense tricolore est des plus friables, à l’extérieur avec Campazzo et Delfino et même à l’intérieur où Rudy Gobert ne tient pas Marcos Delia. Il faut des paniers opportunistes de Nando De Colo ou Thomas Heurtel et enfin un peu d’agressivité défensive avec un pressing tout terrain pour limiter la casse. Une agressivité mal dosée puisque Nicolas Batum récolte une antisportive avant la mi-temps. Néanmoins, la sélection est toujours dans le match avec sept longueurs d’écart seulement, 46-39. Un point inquiétant pour les Bleus : Manu Ginobili n’a pas eu besoin de jouer ce quart-temps.

Un visage défensif plus rassurant côté tricolore

Justement, le choix de Ruben Magnano de laisser sa star sur le banc n’était peut-être pas la plus pertinente : comme ses coéquipiers, Manu Ginobili vendange à la reprise. Moins concentrés, peut-être relâchés après l’hommage rendu à Fabricio Oberto, les Argentins laissent passer beaucoup de ballons que, cette fois, la France interceptent. Cela conduit à une belle révolte des Bleus, auteurs d’un 10-0 dans les 4 premières minutes (49-46), entre autres, grâce à Antoine Diot et Boris Diaw. Mais les cadres arrêtent la saignée : de deux tirs primés, Ginobili et Andres Nocioni remettent leur sélection dans la course, avant que Luis Scola ne provoque la faute de Rudy Gobert avec le panier (57-55). Enfin, Charles Kahudi et Nando De Colo mettent bien la pression en fin de période pour un panier facile du MVP en titre de l’Euroleague mais Carlos Delfino décoche encore une flèche longue distance pour conserver l’avantage (63-60).

À la décharge des Français, les Argentins font preuve d’une grosse adresse à trois-points, encore avec Delfino mais aussi Patricio Garino ou encore Laprovittola. Progressivement, l’édifice lâche et si Thomas Heurtel attaque la raquette, les joueurs de Vincent Collet retombent dans la passivité. Patricio Garino met une grosse pression sur Nando De Colo et le collectif redevient inexistant. Mais alors que la France accuse 13 points de retard à deux minutes de la fin, elle ne lâche rien. Nando De Colo insiste, au lay up ou encore en fixant pour Antoine Diot à longue distance et en un battement de cil, la voilà à 4 points (83-79) à 1 minute de la conclusion ! Mais la dernière minute est jouée dans la précipitation de part et d’autres et Gabriel Deck enfonce le clou pour la victoire, 86-79. A 3-points évidemment…

Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires
A lire aussi