Pariez en ligne avec Unibet
  • NEW1.23BOS4.35Pariez
  • TOR3.45IND1.34Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Mort de George Floyd : la NBA et ses acteurs « soulagés » après le verdict du procès

La condamnation de l’ancien policier Derek Chauvin est un soulagement pour la NBA et ses acteurs. Même si personne ne veut célébrer ce verdict, qui ne change rien des problèmes profonds.

Toute l’Amérique était inquiète dans l’attente du verdict du procès concernant la mort de George Floyd.

Accusé de l’avoir asphyxié en maintenant son genou sur le cou du quadragénaire pendant plus de neuf minutes, l’ancien policier Derek Chauvin a finalement été reconnu coupable de meurtre au deuxième et troisième degré et d’homicide involontaire, par le jury, suite à deux jours de délibération à huis clos.

Il risque désormais 15 à 40 ans de prison, le juge du Minnesota devant fixer la peine par rapport au chef d’accusation le plus important, soit le meurtre au deuxième degré.

Pour la NBA, qui craignait les conséquences d’un acquittement, c’est un soulagement général.

« Le meurtre de George Floyd a été un moment décisif dans notre façon de considérer la race et la justice dans notre pays, et nous sommes heureux que justice ait apparemment été rendue » ont réagi Adam Silver, le commissionner de la NBA, et Michele Roberts, présidente du syndicat des joueurs, dans un communiqué commun. « Mais nous reconnaissons également qu’il y a beaucoup de travail à faire. La NBA et le syndicat des joueurs, ainsi que notre Coalition pour la justice sociale nouvellement créée, redoubleront leurs efforts pour plaider en faveur d’un changement significatif dans les domaines de la justice pénale et du maintien de l’ordre. »

La ligue avait ainsi peur qu’un acquittement, ou une condamnation minimale, n’entraîne de nouvelles nuits d’émeutes et de manifestations dans tout le pays, causant le report de nouvelles rencontres.

« Je sais qu’il y avait beaucoup d’anxiété autour de l’équipe ces derniers jours, non seulement à propos du verdict, mais également sur ce qui pouvait arriver à notre communauté », expliquait Chris Finch, le coach des Wolves. « Nous avons tous des familles, des amis encore là-bas, donc il y avait beaucoup d’inquiétude. »

« Est-ce que cela va changer quelque chose ? C’était un verdict juste. Mais aura-t-il des implications plus importantes ? Nous forcera-t-il ou nous motivera-t-il à explorer de meilleures pratiques policières et à résoudre l’immense problème de l’injustice raciale ? »

Beaucoup de joueurs et d’entraîneurs se sont exprimés suite à l’annonce du verdict, et c’est peut-être Stan Van Gundy qui a le mieux résumé le sentiment général, entre soulagement à court terme et inquiétude à long terme.

« Quelqu’un a été tué inutilement, juste devant nous », a déclaré le coach des Pelicans. « Juste devant nous tous parce que nous avons pu le voir en vidéo. Et aucun verdict n’allait changer cela. Même si c’est juste, c’est difficile de célébrer ça. C’est aussi difficile à célébrer parce qu’il y a eu d’autres incidents comme celui-ci depuis que George Floyd a été tué. Je pense que ce qu’on se demande après ça, c’est si cela va changer quelque chose ? C’était un verdict juste. Mais aura-t-il des implications plus importantes ? Nous forcera-t-il ou nous motivera-t-il à explorer de meilleures pratiques policières et à résoudre l’immense problème de l’injustice raciale ? Est-ce que cela aura de réelles conséquences, est-ce qu’il va nous faire avancer sur tout cela ? Ou s’agit-il simplement d’un verdict isolé sur un cas où nous avions des preuves vidéo claires ? »

Stan Van Gundy assure même que les États-Unis « reculent sur les questions d’égalité raciale et de justice », la seule chose qui lui donne de l’espoir étant de voir à quel point la jeune génération est « engagée ».

« Je regarde les joueurs de la NBA et je vois leur niveau d’engagement, à leur âge. Je regarde mes enfants qui ont une vingtaine d’années et je vois leur niveau d’engagement. C’est à eux de jouer maintenant parce que ma génération s’est foirée. C’est à la jeune génération de s’en charger », conclut-il. « Quand je suis déprimé, j’ai besoin de regarder mes enfants. J’ai besoin de regarder les athlètes qui ont une vingtaine d’années et qui essaient de s’engager. C’est de là que vient mon espoir. »

A lire aussi