Matchs
hier
Matchs
hier
DEN114
LAL106
Pariez en ligne avec Unibet
  • MIA2.36BOS1.65Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Les Clippers fiers de leur culture

La seconde franchise de Los Angeles ne veut pas entrer en concurrence avec les Lakers. Elle préfère se concentrer sur son identité et sur l’éventuel plaisir de remporter un titre au nez de son rival.

L’accent a été mis sur la culture cette saison aux Clippers. Une culture alternative par rapport aux Lakers. Une nouvelle preuve est donnée avec l’entretien accordé à SLAM, qui s’est transformé en une du magazine.

Montrezl Harrell, Lou Williams et Patrick Beverley rejouent la photo du SLAM numéro 57 de 2002 avec Elton Brand, Lamar Odom et Darius Miles. Les joueurs y échangent notamment leur maillot, derrière ce titre « Rock L.A. Familia », sans doute inspiré de l’album de Jay-Z, The Dynasty : Roc La Familia, sorti en 2000.

« Quand l’idée nous a été proposée, j’étais chaud. On devait le faire », explique Patrick Beverley au magazine. « Ils représentaient une culture quand ils jouaient pour les Clippers. On réinvente quelque chose et on ajoute notre petite touche. » Lou Williams ajoute : « Je vois ça avec le recul : quand tout aura été dit et fait, on pourrait revoir cette une et se dire qu’on a eu la superbe opportunité de faire l’histoire. »

La franchise des cols bleus

L’histoire, ce serait de remporter le premier titre des Clippers, dans une ville de Los Angeles dominée par les Lakers. Un constat que les joueurs de Doc Rivers n’essaient pas de combattre, au contraire – encore plus avec le futur déménagement en tête. « C’est la ville des Lakers », réagit Lou Williams, qui a porté le maillot pourpre et or. « Il ne faut pas s’y méprendre. Et ça nous va. On préfère ne pas avoir la cote. Comme ça, ça fait ressortir le meilleur de nous-mêmes. C’est une des différences entre les deux franchises : aux Lakers, il y a de l’attente alors qu’aux Clippers, ce serait une surprise. »

Voilà pourquoi Patrick Beverley aime tellement les fans des Clippers, sans doute moins nombreux que ceux des Lakers, mais qu’importe. « Ils nous laissent être nous-mêmes. On vient aux matches avec des chaînes autour du cou, des pulls à capuche et on essaie de gagner. Et ils adorent ça, c’est le plus important. Ce sont les cols bleus, ceux qui n’ont pas grand-chose, qui bossent. On est comme ça nous aussi. On le fait pour eux. »

Et si la saison se termine bien, en juin prochain et avec une bague, Lou Williams pourra vivre un moment spécial, certes étrange mais qui semble le ravir. « On va devenir la première équipe de l’histoire à sans doute recevoir des huées pendant notre propre parade de champion. Je veux gagner pour vivre cette expérience. »

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LA Clippers en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés