Pariez en ligne avec Unibet
  • SAN1.83MIA1.9Pariez
  • DEN1.75IND1.99Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

The Birdman prend son envol

chris-andersen-birdman
Chris Andersen est une star malgré lui : son corps est devenu un mur de tatouages, il ne garnit pas les lignes de stats comme un James ou un Bryant et il joue seulement 20 minutes en saison.

Pourtant, ce roi du Vivelle Dop est quasiment indispensable à Denver, qui dispute mercredi soir le 5ème match de la finale de conférence contre les Lakers.
En effet, « Birdman » tourne à 7.2 pts, 6.5 rebonds et 1.9 contre par match en 21 minutes de jeu en play-offs !

Mais Andersen revient de loin. Après le Slam Dunk Contest du All Star Week end 2005, Andersen est suspendu par la ligue pour violation de la loi anti-drogue. En gros, il s’est fait chopper pour dopage, et il écope de deux ans de suspension !
Il ne joue aucun match de la saison 2006-2007, et seulement 5 en 2007-2008 sous les couleurs des Hornets.

A l’intersaison, New Orleans ne le conserve pas et ce sont les Nuggets qui décident de lui faire confiance. C’est un retour aux sources pour lui après son premier passage de 2001 à 2004.

Sous le leadership de Chauncey Billups, il devient l’une des armes défensives de l’équipe, avec 6.5 rebonds et surtout 2.5 contres par match. Contreur le plus rentable de la ligue, devant Ronny Turiaf, il prend part à la magnifique saison des Nuggets, avec notamment un match à 8 contres contre Utah en février.

Fiinalement, son cas s’inscrit parfaitement dans cette équipe, qui pourrait elle aussi se faire appeler la « redeem team », vu les casiers de ses joueurs : Kenyon Martin, Carmelo Anthony, J.R. Smith et bien sur Andersen.
Rappelez-vous de la vidéo dans les vestiaires après une victoire contre les Hornets, on aurait dit un épisode de la série OZ !

Forcément, tout ces éléments font penser à Dennis Rodman l’ancien machine à rebonds des Pistons et des Bulls : tatouages, problèmes extra-sportifs, faible attaquant mais gros défenseur, avec une intensité physique énorme malgré une relative petite taille.

Seul différence, Andersen est blanc et il n’est pas un Ver (« The Worm », surnom de Rodman).
Lui, c ‘est le « Birdman », et en voici la preuve avec des highlights.

Enjoy !

Les highlights de Chris Andersen

Crédit visuel : Linux 29

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés