Présaison
NBA
Présaison
NBA
Pariez en ligne avec Unibet
  • MIL1.9BRO1.88Pariez
  • LOS1.52GOL2.48Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Shai Gilgeous-Alexander souhaite marquer l’histoire avec le Thunder

NBA – À 23 ans, le meneur-arrière canadien a déjà vécu beaucoup de choses en NBA, entre sa saison rookie prometteuse aux Clippers, une année d’apprentissage aux côtés de Chris Paul et Dennis Schroder, puis un statut de « franchise player » qu’il entend bien justifier en se hissant au rang des meilleurs joueurs de la ligue.

« Je suis le Steve Nash noir ». Si GQ cherchait une « punchline » pour mettre en lumière son article XXL consacré à Shai Gilgeous-Alexander, à l’occasion de la première « Fashion Week » à laquelle le meneur du Thunder a assisté, à New York, celle-ci avait de quoi faire parler. Et ça a été le cas.

À travers cette phrase accrocheuse, « SGA », Canadien comme Steve Nash, laisse surtout transparaître sa détermination à marquer l’histoire de son sport, à l’image de l’empreinte laissée par l’actuel coach des Nets.

« Je veux être l’un des meilleurs meneurs de jeu à avoir jamais foulé les terrains. Je ne joue pas juste pour être un bon joueur de basket. Je veux être l’un des plus grands à avoir jamais joué », a ainsi déclaré le leader de la jeune troupe d’Oklahoma City, particulièrement fan de Steve Nash durant sa jeunesse.

La force tranquille

L’ambition de Shai Gilgeous-Alexander témoigne aussi d’une grande confiance en lui. « Je ne suis pas exubérant, je ne crie pas après les arbitres pendant tout le match. Je sais ce que je dois faire chaque soir et je vais le faire, puis je rentre chez moi. Je suppose que je suis simplement bien dans ma peau », a-t-il ajouté, mentionnant également l’éducation de ses parents pour justifier ce trait de caractère.

SGA a également déjà une solide expérience en NBA pour se construire. Alors qu’il n’a que 23 ans, le combo a déjà connu pas mal de situations, à commencer par sa première saison aux Clippers, saluée unanimement, mais qui ne l’a pas empêché d’être tradé dans la foulée, direction OKC dans l’échange qui a fait venir Paul George en Californie.

« Ça ne m’a pas vraiment gêné. Mais c’était surprenant. Ça m’a montré qu’au bout du compte, la NBA est un business. C’est à cela que ça se résume. Mon travail consiste à jouer au basket. C’est pour cela que je suis payé, non ? Quelle que soit la ville où je me trouve, ça n’a pas d’importance. Je suis juste heureux que ce soit à OKC ».

La feuille de route tracée par CP3

Lors de sa deuxième saison en NBA, du côté d’Oklahoma City donc, il a déjà été propulsé comme celui qui allait incarner l’avenir de la franchise, avec Dennis Schroder et surtout Chris Paul pour lui apprendre les rudiments du métier et ce qu’il fallait pour être un leader reconnu en NBA.

« Chaque jour, j’ai demandé : ‘Comment puis-je être le meilleur possible’ », s’est-il remémoré, agissant comme une véritable « éponge » aux côtés de ses deux grands frères. « Tout ce que je pouvais apprendre d’eux, je l’ai fait. Jouer avec ces deux-là m’a définitivement rendu meilleur ».

Avec la confiance de sa franchise mais sans la pression du statut d’un joueur majeur, Shai Gilgeous-Alexander s’est nourri de « l’esprit de compétition de Dennis et son attitude dans le jeu ». Quant à CP3 ? « Son CV parle de lui-même. J’ai pu apprendre beaucoup de choses sur le côté stratégique avec lui ».

C’est ainsi qu’à tout juste 22 ans, après les départs successifs de ses deux acolytes, le meneur/arrière s’est tenu prêt à endosser le costume de leader du Thunder, un rang qu’il a tenu en tournant à près de 24 points (à 42% de réussite derrière l’arc) et 6 passes décisives en moyenne sur 35 matchs, jusqu’à ce que sa blessure à la voûte plantaire ne vienne freiner son ascension.

Alors que son retour sur les parquets se précise, et qu’on l’interroge sur ce qu’il veut améliorer dans son jeu, sa réponse est à la hauteur de sa confiance développé ces trois dernières années : « Tout ».

Shai Gilgeous-Alexander Pourcentage Rebonds
Saison Equipe MJ Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Fte Int Bp Ct Pts
2018-19 LAC 82 27 47.6 36.7 80.0 0.7 2.1 2.8 3.3 2.1 1.2 1.7 0.6 10.8
2019-20 OKC 70 35 47.1 34.7 80.7 0.7 5.2 5.9 3.3 1.7 1.1 1.9 0.7 19.0
2020-21 OKC 35 34 50.8 41.8 80.8 0.5 4.2 4.7 5.9 2.0 0.8 3.0 0.7 23.7
Total   187 31 48.2 37.3 80.5 0.7 3.7 4.3 3.8 1.9 1.1 2.0 0.6 16.3

A lire aussi