Pariez en ligne avec Unibet
  • ORL2.29DAL1.57Pariez
  • WAS1.48CLE2.52Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Quel sera le MVP des Finals si les Spurs sont champions…

nba-standings-spurs-parker-duncan-leonardLe trophée de MVP des Finals n’est pas la priorité de Gregg Popovich. Le coach des Spurs doit d’abord penser à gagner le titre, et puis, les récompenses individuelles, ce n’est pas son truc.

« Question suivante », a-t-il balancé à un journaliste turc qui lui demandait quel serait son MVP de ces Finals.

Jacques Monclar, le consultant de BeIN Sport, est dans le même état d’esprit et se méfie de la réaction du double champion Miami.

La finale n’est certes pas terminée, mais jamais une équipe n’a remonté un déficit de 3-1 à ce niveau de la compétition. Le Heat est face à une montagne, qui vient de lui coller deux gifles de suite dans sa salle, et comme le prochain match est à San Antonio, difficile d’imaginer le Heat gagner trois matches de suite. Résultat, beaucoup commencent à réfléchir au titre de MVP des Finals.

Un collectif tellement dominant

Car si on y réfléchit déjà, c’est tout simplement que le choix n’est pas évident. Avec le Heat, les Lakers, les Bulls voire les Spurs, le choix est toujours simple : LeBron James, Kobe Bryant ou Shaquille O’Neal, Tim Duncan et Michael Jordan. Seul Tony Parker, en 2007, était parvenu à s’incruster au milieu de ces cinq monstres sacrés.

Mais avec les Spurs de 2014 (comme pour les Pistons 2004 par exemple), le collectif est tellement énorme que désigner le meilleur joueur de la finale est très compliqué. Tim Duncan est une machine à double-double, Tony Parker a été le plus régulier et reste le meilleur scoreur, Kawhi Leonard a sorti les deux plus gros matches individuellement et Boris Diaw est le plus complet et mérite le titre de facteur X de la séroe. Quatre joueurs, quatre profils différents, et une certitude : ce MVP sera historique.

Duncan pour l’histoire

Le meilleur ailier-fort de l’histoire compile 15.8 points et 10.5 rebonds de moyenne. Il vient de passer devant Kareem Abdul-Jabbar et Magic Johnson dans l’histoire des playoffs, et pourrait devenir, à 38 ans, le plus vieux MVP des Finals de l’histoire devant Jabbar, justement, qui avait 37 ans en 1985. Une manière peut-être aussi de partir au sommet. Il s’agirait alors de son quatrième, ce qui serait le deuxième total de l’histoire derrière les 6 de Michael Jordan. Le premier remonte à 1999, Kawhi Leonard avait 8 ans…

Leonard, le précoce

Un MVP des Finals a 22 ans ou moins, il n’y en a qu’un dans l’histoire : Magic Johnson en 1980 et 1982. Leonard a manqué ses deux premiers matches, mais à Miami, il a explosé les compteurs : 24.5 points, 9 rebonds, 2.5 contres, 2.5 interceptions de moyenne. Depuis le début de la Finals, il tourne à 16.8 pts, 5.5 rebonds, 2.2 passes 1.8 interception et 1.3 contre. De plus, il défend très bien sur LeBron James. S’il continue sur ce niveau de performances et avec ce genre de statistiques, difficile de ne pas lui donner. Un tel talent, aussi efficace et discret, récompensé au plus haut niveau, cela ne pourra rappeler que Duncan en 1999, titré à 23 ans.

Parker, Européen convaincu

Il ne manque qu’une chose à Parker dans cette série : un match ou un moment référence. TP est le meilleur marqueur (18.5 pts), le second passeur (5.3 passes) de son équipe, mais il traverse la finale dans un relatif anonymat. Il est régulier, mais ne fait pas de vagues. Pourtant, un second trophée de MVP des Finals après celui de 2007 ferrait de lui le premier Européen double vainqueur de ce trophée. Voire non-américain, si on considère Hakeem Olajuwon et Tim Duncan comme Américains, vu qu’ils ont joué avec Team USA.

Diaw, le symbole

Imaginer Boris Diaw MVP des Finals… Improbable il y a quelques années voire mois, l’idée est toujours aussi folle mais moins farfelue depuis une semaine. Boris est le symbole de cette équipe : collectif, passeur dans l’âme, efficace, capable de s’adapter en jouant à différents postes. Avec 6.5 pts, 8.5 rebonds et 5.8 passes, l’ailier des Bleus est ultra complet et quand il est sur le terrain, les Spurs dominent largement le Heat au scoring. Un second MVP Français en moins de 10 ans en NBA ? Ce serait géant pour le basket hexagonal, mais pour le moment, ça reste très lointain. Quant à un MVP des Finals à moins de 10 pts de moyenne, ça existe, mais il est bien seul : Wes Unseld, en 1978, avec 9 pts et 11.7 rebonds par match.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

San Antonio Spurs en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés