Pariez en ligne avec Unibet
  • ATL1.69DAL2.14Pariez
  • MIA2.08MIL1.73Pariez
  • 150€ offertsLa suite →

Covid-19 : la difficile lutte interne de la NBA face aux joueurs qui refusent de se faire vacciner

NBA – Si presque 90% des basketteurs de la ligue sont vaccinés, la NBA s’oppose désormais à une frange « dure » de joueurs qu’il sera très difficile de convaincre avant le début de la saison.

Les cas d’Andrew Wiggins et Kyrie Irving illustrent les problèmes qui risquent de se poser pour la reprise, avec une NBA qui tente de revenir à une situation normale, même si la pandémie du Covid-19 n’est toujours pas terminée, et une partie de ses joueurs (50 à 60) qui refusent pour l’instant de se faire vacciner.

Alors que la WNBA fait figure de modèle, c’est beaucoup plus compliqué du côté de la NBA. Dans un article très détaillé, Rolling Stone revient ainsi sur les fondements de la défiance, et notamment cette réunion virtuelle des dirigeants du syndicat des joueurs, début août, où une voix s’est élevée pour refuser l’obligation vaccinale.

Kyrie Irving, principal facteur de défiance ?

Était-ce Kyrie Irving, vice-président de l’union ? Ce n’est pas explicitement dit mais le meneur fait clairement partie des réfractaires, sa tante allant même jusqu’à évoquer la possibilité qu’il fasse l’impasse sur une partie des matchs.

Rappelons en effet que New York réclame une preuve de vaccination complète pour tous ceux accédant aux salles.

« Il y a tellement d’autres joueurs, en plus de lui qui choisissent de ne pas le faire, j’aimerais qu’ils trouvent une solution », explique ainsi Tyki Irving, qui dirige la fondation familiale du septuple All-Star et fait partie de ses quelques conseillers proches. « Cela pourrait être comme un match sur trois. Cela donne toujours une saison complète d’interactivité et de présence sur le terrain, mais avec les limitations qu’ils vous imposent, bien sûr. Il pourrait y avoir une sorte de formule où la NBA et les joueurs peuvent arriver à une sorte d’accord. »

Le problème, pour la NBA, c’est que les thèses antivax circulent abondamment dans les groupes de conversations que partagent les joueurs NBA. Kyrie Irving, qui a dû récemment expliciter un message où il disait à tout le monde « d’enlever son masque », assurant plus tard que ce n’était pas lié au Covid-19, a commencé à suivre des comptes et à « liker » des messages sur Instagram, sur des théories assurant que les vaccins sont implantés par des « sociétés secrètes » cherchant à relier les noirs à un ordinateur géant, selon « un plan de Satan ».

Mais le meneur des Nets est loin d’être le seul joueur NBA à refuser les vaccins contre le Covid-19, même s’il est le plus en vue. Jonathan Isaac, connu pour être très religieux, ne cache pas non plus son rejet.

« Au bout du compte, ce sont des gens », explique-t-il au sujet des scientifiques qui ont mis au point les vaccins, « et on ne peut pas toujours accorder une confiance totale aux gens. »

Pour l’ailier du Magic, il n’y a pas à faire des joueurs vaccinés des héros, et à brimer ceux qui refusent l’injection. « On peut jouer sur le même terrain. On peut toucher le même ballon. On peut se bumper le torse. On peut faire toutes ces choses sur le terrain. Et puis quand il s’agit d’être dans le bus, nous devons être dans des parties différentes du car ? » demande ainsi Jonathan Isaac. « Pour moi, ce n’est pas très cohérent. Si vous êtes vacciné, dans d’autres endroits, vous devez quand même porter le masque. On se dit alors : ‘OK, alors à quoi sert le masque ?’ Et si Kyrie dit cela depuis sa position au sein de la NBPA, alors bravo à lui ».

Kareem Abdul-Jabbar pour une vaccination obligatoire

Pour la NBA, la lutte interne est donc compliquée pour convaincre ces récalcitrants qu’il est important de se vacciner pour la prochaine saison, avec le variant Delta du virus qui change la dynamique de la pandémie.

Refusant de faire dans le coercitif, Adam Silver et les dirigeants de la ligue comptent pourtant sur la pédagogie pour convaincre le maximum de joueurs de se faire vacciner avant la saison, des données et des informations étant envoyées de façon hebdomadaire aux équipes ayant des joueurs refusant le vaccin, tout en misant sur les pressions indirectes, comme les règlements de New York et San Francisco, qui pourraient à terme priver les joueurs des Knicks, des Nets et des Warriors de leur salaire pour les matchs à domicile ratés.

Mais la NBA est également obligée de louvoyer avec son propre protocole sanitaire puisqu’elle oblige tous les arbitres et membres des franchises au contact des basketteurs à se faire vacciner, mais refuse donc de le faire pour les joueurs, sans pour l’instant vraiment différencier le protocole sanitaire des vaccinés et des non-vaccinés.

« La NBA devrait insister pour que tous les joueurs et le personnel soient vaccinés ou les retirer de l’équipe », insiste pourtant Kareem Abdul-Jabbar. « Il n’y a pas de place pour les joueurs qui sont prêts à risquer la santé et la vie de leurs coéquipiers, du personnel et des fans simplement parce qu’ils sont incapables de saisir la gravité de la situation ou de faire les recherches nécessaires. Ce que je trouve particulièrement malhonnête chez les antivax, c’est leur arrogance à ne pas croire les experts en immunologie et autres experts médicaux. Pourtant, si leur enfant était malade ou s’ils avaient eux-mêmes besoin d’un traitement médical d’urgence, à quelle vitesse feraient-ils exactement ce que ces mêmes experts leur ont dit de faire ? »

Pour le meilleur marqueur de l’histoire de la ligue, c’est aussi l’image du basketteur NBA qui est en jeu.

« Ils n’assument pas les responsabilités qui vont de pair avec la célébrité. Les athlètes n’ont aucune obligation d’être les porte-parole du gouvernement, mais il s’agit d’une question de santé publique » explique-t-il, regrettant également le discours public et les messages sur les réseaux sociaux contre la vaccination de certaines célébrités noires, comme Nicki Minaj. « En n’encourageant pas les leurs à se faire vacciner, ils contribuent à des décès. Je suis également préoccupé par la façon dont cela perpétue le stéréotype des sportifs idiots qui sont incapables de regarder des preuves scientifiques vérifiées et de parvenir à une conclusion rationnelle. »

A lire aussi