Matchs
hier
Matchs
hier
Pariez en ligne avec Unibet
  • LOS1.5MIA2.75Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Brad Stevens : « On n’a pas su les mettre K.O. »

Pour beaucoup, l’inexpérience des Celtics les condamnait à l’aube de cette finale de conférence Est face à Cleveland. Six matchs plus tard, celle-ci ne s’était pas encore faite sentir, mais aucune manche ne s’était véritablement jouée dans le money time. Si le Game 7 devait être serré, les jeunes Celtes allaient devoir montrer ce dont ils étaient capables.

Malheureusement pour eux, ils ont failli cette nuit, lorsque ce scénario s’est écrit sous leurs yeux : passés devant en fin de troisième quart-temps, les Cavaliers ont parfaitement maîtrisé le money time, brisant les rêves celtes dans les derniers instants de la rencontre. Un scénario qui aurait pu être bien différent.

En concluant le premier quart sur un 9-0, pour mener de 8 points, Boston s’était mis sur de bons rails. Quelques attaques poussives de Cleveland plus tard, les Celtics faisaient le trou avec 12 points d’avance et aucune raison de s’inquiéter : un renversement de situation express était alors très peu probable, surtout avec deux nouvelles balles perdues et autant tirs manqués pour un LeBron James émoussé. Parfait pour enfoncer le clou.

« Il y a des soirs comme ça »

Mais en enchaînant les tirs manqués et en baissant la garde défensivement, les hommes de Brad Stevens se sont tirés une balle dans le pied. En six minutes, Boston a rentré un tir sur neuf et laissé Cleveland se relancer près du cercle, les visiteurs enfilant un 12-2 pour recoller. Un long tournant dans ce match que les Celtes ne maîtriseront plus.

« Il y a des soirs comme ça » a admis Brad Stevens en conférence de presse, hagard, et qui à l’instar de ses joueurs n’a pas su trouver de solution. « Je pense que le moment le plus important du match, c’est quand on n’a pas su creuser l’écart. On était très bien, et on n’a pas su le faire. Je pense que ça a joué sur notre adresse le reste du match. »

La confiance a changé de camp à ce moment-là. Les Celtics n’étaient pas particulièrement adroits avant ça, mais ils ont été clairement maladroits après, terminant la partie à 7/39 de loin, dont 3/12 pour Jaylen Brown et 0/10 pour Terry Rozier. « On aurait pu gagner avec 36% de réussite » sourit Brad Stevens, donc la formation menait au score à 6 minutes de la fin. Elle aurait pu se mettre à l’abri bien avant.

« C’est un peu une frontière » décrit-il au sujet de cette avance en début de partie. « Vous jouez à ce niveau, en finale de conférence, contre des champions, des gars qui sont déjà passés par là, contre LeBron James. Vous savez que ce ne sera pas un match avec beaucoup de possessions, donc une avance de 15 ou 18 points est assez significative. Mais on n’a pas su les mettre K.O. Ce n’est la faute de personne, ça arrive, il y a des soirs comme ça. Ça va motiver les gars pour aller de l’avant. Et ils étaient à fond jusqu’aux dernières possessions parce que c’est leur mentalité. »

« Il y a des soirs comme ça ». C’est terrible quand ça arrive sur un Game 7.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Boston Celtics en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés