NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
DAL45
BOS25
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Draft 2023 | Présentation de Taylor Hendricks (UCF)

NBA Draft 2023 – Avec son super tir extérieur et son potentiel défensif, Taylor Hendricks coche les cases du profil de « 3&D » tant recherché en NBA.

Pur produit de la Floride, Taylor Hendricks a débarqué discrètement sur le campus de l’université de Central Florida l’été dernier, pour jouer sa saison « freshman ». Loin des projecteurs dans sa classe d’âge (#84 dans la promotion lycéenne de 2022), il avait effectivement décliné des offres des grosses cylindrées du « Sunshine State » (Florida, Florida State et Miami) pour jouer avec les plus modestes Knights, basés à Orlando.

Près d’un an plus tard, difficile de l’imaginer avoir des regrets. Central en tant que « freshman » dans le jeu de son équipe, le poste 3/4 de 19 ans s’est effectivement très vite imposé comme un des meilleurs joueurs de première année du pays, et même comme un très probable « lottery pick » le 22 juin.

Une sacrée ascension dans les projections qui fait effet de piqure de rappel sur les classements, pas toujours porteurs de vérités, particulièrement chez des lycéens. Dans le bon contexte au bon moment, Taylor Hendricks a sereinement dessiné sa trajectoire vers la NBA.

Profil

Poste : Ailier / ailier-fort
Taille : 2m06
Poids : 95kg
Équipe : University of Central Florida
Stats 2022/23 : 15.1 points, 7 rebonds, 1.4 passe et 1.7 contre

Points forts

Du shoot et de la défense. Qualités requises chez les jeunes ailiers pour se faire un trou dans une rotation en NBA, le shoot et la défense sont les deux gros points forts de Taylor Hendricks, qui possède clairement un gros potentiel de « 3&D ». Son tir est particulièrement au point, avec une mécanique fluide sans être esthétiquement parfaite (notamment en ce qui concerne sa prise d’appuis, parfois un peu fantasque), qui se déclenche vite et haut. Sur l’ensemble de sa saison « freshman », il a tourné à 39.4% sur quasiment cinq tirs extérieurs par match, dont un solide 40.9% sur les tirs pris en « catch-and-shoot ». Très rassurant pour sa projection chez les pros. En défense, il impressionne surtout par sa faculté à protéger le cercle depuis son aile. Ses lectures des rotations défensives sont effectivement bonnes, particulièrement quand il est côté faible et qu’il doit venir en aide dans l’axe, et ses longs segments lui permettent de venir ainsi à la rescousse en second rideau. Il a tourné cette saison à 1.7 contre par match, sans compter tous les tirs qu’il a perturbés par sa simple dissuasion verticale. Sur l’homme, sa défense est aussi convaincante. Il manque de puissance physique pour absorber les contacts, mais la réactivité de ses appuis lui permet de suivre son vis-à-vis et de contester son tir, ou alors de l’emmener vers l’aide.

Points faibles

Frêle physiquement. Axe de travail plutôt que véritable point faible, la dimension physique est effectivement le chantier principal pour Taylor Hendricks. Longiligne, il ne dépasse pour l’instant pas les 100 kilos, et va sûrement se faire bousculer durant ses premiers mois dans la Grande Ligue. Heureusement, ses qualités athlétiques et son QI basket compensent, mais la prise de masse musculaire n’en demeure pas moins « urgente » pour survivre en NBA, notamment dans la peinture où il n’absorbe pas très bien les contacts et n’est donc pas le plus à l’aise des finisseurs.

La création du tir. Très doué en « catch-and-shoot », Taylor Hendricks n’est pour l’heure pas un créateur fiable. Car son « handle » est encore un peu rigide, mais aussi car sa « gamme » d’appuis est limitée et l’empêche d’avoir une alternative quand sa première option tombe à l’eau. Autrement dit, après trois ou quatre dribbles, le jeune ailier peut très vite se retrouver dans l’inconfort, surtout si son défenseur le colle et tente de lui piquer le cuir… C’est d’ailleurs aussi à cause de ce dribble peu développé que Taylor Hendricks n’est pas très à l’aise pour finir au cercle : car il n’y accède tout simplement pas souvent, dans des situations de « drives ». Pour relativiser, on peut voir le verre à moitié plein et rappeler que son rôle en NBA ne sera de toute façon pas de poser souvent la balle au sol, mais plutôt de sanctionner avec son tir. Mais en voyant le verre à moitié vide, on peut aussi s’inquiéter qu’il se retrouve enfermé dans un rôle en bout de chaine en attaque, si son « handle » ne progresse pas…

Comparaison

Un profil à la PJ Washington.

Pronostic

Entre la 8e et la 12e place, où toutes les équipes concernées peuvent se laisser tenter par son potentiel de « 3&D ».

Les profils des joueurs de la Draft 2023

Scoot Henderson

Brandon Miller

Cam Whitmore

Nick Smith Jr

Jordan Hawkins

Keyonte George

Gradey Dick

Anthony Black

Cason Wallace

Jarace Walker

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités