Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Malgré les défaites, Gregg Popovich adore diriger les jeunes Spurs

NBA – Le légendaire entraîneur de San Antonio pourrait vivre sa pire saison en carrière. Mais c’est une nouvelle expérience pour lui, appréciée pour ce qu’elle est.

Gregg PopovichCela fait plusieurs années maintenant que Gregg Popovich n’enchaîne plus les saisons à au moins 50 victoires, avec des qualifications systématiques pour les playoffs. Néanmoins, avec seulement 4 succès à son compteur au moment de franchir le cap du premier tiers de la saison régulière, il est parti sur des bases historiquement faibles pour lui. Sa pire saison étant sa première, en 1996/97, avec 17 victoires.

La légende des Spurs ne fait presque plus le même métier qu’il y a une décennie. « Ils doivent apprendre à devenir des professionnels », explique-t-il pour le San Antonio Express News, en parlant de ses jeunes troupes.

En l’absence de cadres, Coach Pop’ joue tous les rôles !

Lors des plus belles années texanes, il pouvait s’appuyer sur ses cadres et l’expérience de son équipe pour trouver des solutions. Là, il est dans un rôle de professeur où il doit aider les jeunes à trouver leur place.

« C’est un processus en ce sens. Parce qu’ils ont du caractère, c’est vraiment agréable d’aller sur le terrain et d’entraîner de manière totalement différente de ce que je faisais avec Tim Duncan, Tony Parker et Manu Ginobili, tous trois membres du Hall of Fame », se souvient-il. « Il s’agissait de faire des ajustements et des choses pendant les matches, d’ajouter un élément ici et là à une équipe déjà très bonne. C’est différent. Il s’agit de plus d’enseignement, de fondamentaux, plus d’habitudes et de cohérence. La concentration et les priorités ne sont pas les mêmes. »

Pas agréable, mais excitant comme défi

N’est-ce pas difficile, à bientôt 75 ans, de ne plus côtoyer les sommets ? Existe-t-il une notion de plaisir quand on gagne seulement un match sur cinq ? « C’est un défi », répond le quintuple champion NBA. « Le mot agréable n’est pas le bon, mais c’est excitant et c’est un challenge, car je ressens une responsabilité envers ces gars. Si j’étais là quand on gagnait, alors je peux rester quand on perd. »

En signant une prolongation de contrat de cinq saisons pour plus de 80 millions de dollars cet été, Gregg Popovich s’est aussi offert une expérience unique : faire grandir Victor Wembanyama, qui lui-même doit porter les Spurs.

« C’est une dynamique différente et comme on le sait tous, il y a des cycles. J’ai estimé que c’était important de vivre cette expérience avec ces gars et de les aider à grandir et à comprendre ce que les dieux du basket exigent », conclut-il.

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités