Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Nicolas Batum : « J’étais persuadé de mettre ces lancers francs »

nicolas-batum-maillotCela devait être le match de l’apothéose, avec un public en feu et une équipe plus forte que jamais… mais les Bleus se sont à nouveau heurtés à la Roja. Face au monstre Pau Gasol qui termine à 40 points et 11 rebonds, l’Equipe de France a craqué en fin de match. Sur des lancers francs de Tony Parker, Boris Diaw, puis Nicolas Batum… les trois tauliers !

« C’est horrible. On craque à la fin aux lancers-francs. Moi le premier. J’étais persuadé de les mettre, » explique un Batum très touché en zone mixte. « À nous de se ressaisir même si c’est très, très dur de perdre un match qu’on avait entre les mains. C’est rageant. »

Héroïque en défense sur Pau Gasol, avec notamment le contre décisif qui permet d’arracher la prolongation, Rudy Gobert a dû lui quitter ses partenaires après sa cinquième faute commise face au géant ibère.

« On est si près de prendre ce match. Et on le perd à la fin. J’ai beaucoup de frustration. C’est dur de laisser ses coéquipiers à une minute de la fin, avec un Gasol chaud comme ça. Malheureusement, on a été punis derrière au rebond. Ça fait mal. »

Et pour cause, les Bleus ont mené pendant plus de 32 minutes sur les 45 de cette demi-finale à l’étouffée. Le capitaine, Boris Diaw, ne pouvait que regretter la baisse de régime de ses troupes en fin de partie.

« Il y a beaucoup de déception. On voulait bien entendu aller en finale. Devant notre public, ça aurait été quelque chose d’énorme. On va faire l’analyse en profondeur de ce match mais à première vue, on a fait le match qu’on voulait jusqu’à la 37e minute. On a flanché dans les trois dernières minutes. Dans les trois dernières minutes, on n’a pas fait les stops défensifs qu’on a voulus. Après, ça se joue sur les dernières secondes avec les lancers. »

Nicolas Batum : « On ne peut pas repartir sans rien »

La désillusion est aussi énorme que l’attente créée par cette équipe d’étoiles. Mais si les Bleus ont raté la qualification directe pour les Jeux Olympiques, en plus d’une finale européenne qui les aurait installés pour de bon tout en haut de la hiérarchie continentale, ils peuvent encore aller chercher une breloque. De bronze certes, mais breloque tout de même.

« On n’a pas le choix. On ne peut pas repartir sans rien, » reprend Batum. « Ce serait un manque de respect par rapport au public, par rapport à tout le travail qui a été fait pour l’organisation, tout le public français qui nous supporte. »

Boris Diaw confirme.

« On a la motivation. Jouer chez nous, ça va forcément être un plus. On est déçu pour nous mais on est déçu pour le public. On va au moins essayer d’aller chercher une médaille pour notre public. »

Une chose est en tout cas certaine, cette défaite va marquer au fer rouge une grosse génération de fans de basket… Et l’histoire des Bleus face à l’Espagne s’est enrichie d’un nouveau chapitre bien douloureux.

« Ça va être dur. Là on est tous très frustrés et énervés. Ça va être dur de dormir cette nuit. On va utiliser le temps qu’on a pour se remettre les idées au clair, » conclut un Rudy Gobert dont la sagesse est à la hauteur de son envergure.

Crédit photo : FIBA / Propos recueillis à Lille

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés