Matchs
hier
Matchs
hier
Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Les Raptors retrouvent du mordant

Avec quatre victoires de suite dont trois sans Kyle Lowry, Toronto remonte à la cinquième place à l’Est. Sans faire de bruit, et après une grosse performance défensive face à Joel Embiid, les champions 2019 montrent un visage bien plus combatif qu’en début de saison.

Les Raptors abordaient la rencontre contre les Sixers avec confiance et trois victoires de suite dans les jambes, mais aussi avec un défi à relever : comment défendre sur Joel Embiid, qui sortait d’un match à 50 points, quand on évolue sans véritable pivot et en « small ball » ?

Fallait-il modifier cette philosophie ponctuellement et faire d’Aron Baynes un titulaire, simplement pour défendre sur le pivot des Sixers ? Nick Nurse a tranché, sans changer son fusil d’épaule. Ce sont donc Pascal Siakam et DeAndre Bembry qui ont commencé face à Embiid, et mal : 22-8 pour Philadelphie après quelques minutes.

Le duo Baynes – Boucher intéressant pour la suite

C’est alors que Baynes a été fort utile pour offrir du répondant, des kilos et des centimètres. Le pivot australien a joué 30 minutes, son deuxième temps de jeu de la saison.

« Il fallait qu’il soit là », assure le coach au Toronto Sun. « Les moments sans lui n’étaient pas très beaux, c’était dur. Embiid a fait des ravages et on n’avait aucune réponse à apporter. Il était proche du cercle, il obtenait la faute. On n’a pas vraiment eu le choix, donc Baynes s’est battu. Il a fait un travail incroyable. »

Embiid a terminé avec 25 points à seulement 6/20 au shoot. Les Raptors n’ont pas hésité à faire prise à deux pour le forcer à lâcher la balle. Et un autre joueur a été précieux : Chris Boucher. Avec ses onze points et un contre sur Embiid en dernier quart-temps, ainsi que son travail aux côtés de Baynes. Cette combinaison a bien fonctionné.

« Faire jouer Chris au poste d’ailier-fort l’aide un peu car c’est injuste de lui demander d’évoluer face à un joueur qui pèse 50 kilos de plus que lui. Donc le faire jouer avec Baynes, c’est un bonus qu’on n’attendait pas. Et sur le long terme, ça peut payer car on peut alors trouver une place de plus à Boucher sur le parquet. Il est peut-être un meilleur contreur à ce poste 4 que lorsqu’il est pivot. J’espère que ce duo pourra continuer de jouer aussi bien. »

Quand on n’a pas de taille, on a des idées et du cœur

Nurse a su s’adapter avec son seul vrai pivot, mais il a tout de même conservé l’esprit de son « small ball », avec Boucher et Siakam. Ils ont trouvé un équilibre ainsi et c’est comme ça qu’ils ont battu deux fois les Bucks, et maintenant les Sixers, en quelques jours. Après quatre succès de rang, Toronto est remonté au classement, avec une cinquième place à l’Est, sans Kyle Lowry depuis trois matches.

« Pascal n’est pas un pivot, O.G. Anunoby non plus », constate Bembry pour Sports Net, qui a pris la place dans le cinq majeur du meneur champion en 2019. « On doit faire plus, surtout face à des équipes qui ont des extérieurs de grande taille comme les Sixers avec Ben Simmons. On doit en faire encore davantage, et ça marche. »

Toronto a tourné la page de Marc Gasol et Serge Ibaka pour devenir une équipe plus mobile. Avec de la concentration, de la discipline et de l’intensité physique, les Canadiens veulent prouver qu’ils peuvent compenser les centimètres manquants. Les champions 2019 ont du cœur et sans bruit, ils retrouvent leur visage combatif et accrocheur.

« Notre façon de jouer, de défendre, de faire des prises à deux poste bas ou poste haut face à Embiid, ça n’a pas vraiment de rapport avec la taille si on parvient à le repousser assez loin du cercle ou faire nos rotations », analyse Fred VanVleet. « O.G et Pascal ont bien bataillé contre Joel, et Baynes et Boucher ont apporté un nouveau visage. Tant qu’on est dominé par la taille, ils doivent jouer avec leur rapidité. »

Tirs Rebonds
Joueurs MJ Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Bp Int Ct Fte Pts
Fred Vanvleet 34 36.7 40.0 38.3 89.4 0.7 3.8 4.4 6.6 2.0 1.7 0.8 2.4 20.1
Pascal Siakam 30 35.8 45.3 29.5 81.9 1.9 5.5 7.5 4.8 2.2 1.2 0.7 3.1 20.1
Norman Powell 34 29.6 48.8 43.8 89.9 0.4 2.6 3.0 1.7 1.7 1.2 0.1 2.1 18.4
Kyle Lowry 29 34.6 45.7 40.3 85.8 0.8 4.7 5.5 7.0 2.8 1.2 0.2 3.2 18.0
Ogugua Anunoby 23 33.4 47.9 39.5 75.5 1.4 4.3 5.7 1.7 1.7 1.6 0.7 2.8 13.8
Chris Boucher 36 23.6 53.4 44.5 75.9 1.9 4.6 6.5 1.0 0.7 0.6 1.9 2.7 13.6
Terence Davis 30 14.7 42.2 36.4 88.9 0.3 1.6 1.9 1.1 0.8 0.5 0.2 1.5 7.1
Aron Baynes 33 19.7 44.0 24.3 75.0 1.6 3.8 5.4 1.1 0.9 0.3 0.3 2.4 6.3
Deandre' Bembry 27 16.4 57.0 36.4 70.0 0.4 1.6 2.0 2.0 1.0 0.6 0.3 1.6 4.4
Stanley Johnson 32 13.8 39.2 40.0 78.6 0.5 1.7 2.2 1.3 0.7 0.8 0.3 1.5 2.9
Yuta Watanabe 22 12.2 33.3 36.4 100.0 0.8 2.4 3.2 0.4 0.4 0.4 0.5 1.0 2.7
Matt Thomas 21 6.9 39.1 38.7 83.3 0.0 0.6 0.7 0.4 0.2 0.1 0.0 0.4 2.5
Alex Len 7 10.8 50.0 50.0 50.0 0.0 1.6 1.6 0.4 1.1 0.1 0.9 1.4 2.3
Malachi Flynn 15 8.4 26.7 19.2 66.7 0.1 0.7 0.7 1.1 0.3 0.3 0.0 0.8 2.2
Paul Watson 16 4.6 50.0 52.9 0.0 0.1 0.8 0.9 0.1 0.1 0.0 0.1 0.6 1.8
Patrick Mccaw 3 6.5 0.0 0.0 0.0 0.3 0.0 0.3 1.3 0.0 0.0 0.0 1.0 0.0
Jalen Harris 2 2.2 0.0 0.0 0.0 0.5 0.0 0.5 0.0 0.5 0.0 0.0 1.0 0.0

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |