Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
CHA
MIA1:00
IND
DET1:00
ORL
POR1:00
PHI
OKC1:00
WAS
LAC1:00
BOS
UTH1:30
TOR
BRO1:30
MEM
ATL2:00
MIL
CHI2:00
DEN
NOR3:00
HOU
SAS3:30
Magazine News

La course au MVP : gros plan sur les monstres de longévité

Chaque mardi, Basket USA vous propose son Top 5 des candidats au titre de Most Valuable Player et si celui qui tient la corde cette semaine ferait un MVP inédit, quelques-uns des ses poursuivants ont déjà connu cet honneur par le passé.

Parmi les candidats sérieux derrière James Harden, on retrouve ainsi la doublette de la Baie : Kevin Durant et Stephen Curry, MVP en 2014 pour le premier, en 2015 et 2016 pour le second. Mais les chances de voir un des deux hommes soulever le trophée sont minces tant qu’ils joueront pour la même équipe. Reste le monstre LeBron James, auteur d’un début de saison incroyable, alors même qu’il nous a habitués depuis des années à transformer l’exceptionnel en banal.

De la difficulté de rester au sommet

Avec presque un triple double de moyenne, des records d’adresse en carrière et une équipe de Cleveland à 12 succès de rang, le King reste encore et toujours un des plus sérieux prétendants au trophée de meilleur joueur. En valeur intrinsèque, c’est sûrement le meilleur basketteur de la planète, comme depuis plusieurs années, mais il faut savoir partager les statuettes. Sauf que, quatre ans après son dernier sacre, le Roi aimerait sûrement retrouver son trône et ainsi devenir un des MVP les plus patients entre deux sacres.

Il est non seulement difficile de régner seul sur ce sport collectif, mais il l’est davantage de le faire sur la durée. Les quinze hommes qui ont obtenu le trophée plusieurs fois, sur trente-deux lauréats au total depuis 1956, méritent ainsi le respect. Et c’est encore plus fort d’avoir été élu à plusieurs années d’intervalle. Dans cette catégorie, ils ne sont que neuf, dont Magic Johnson, Karl Malone et LeBron James, qui ont connu une « saison blanche » entre leurs trophées. Bob Petit, Bill Russell, Moses Malone et Kareem Abdul-Jabbar ont eux attendu un peu plus longtemps avant de décrocher une nouvelle statuette. À titre d’exemple, Bill Russell a remporté son premier trophée en 1958, et son dernier en 1965. Pour Kareem Abdul-Jabbar, c’est six trophées entre 1971 et 1980.

Mais il y a eu aussi des laps de temps encore plus grands.

LeBron James entre Wilt Chamberlain et Michael Jordan

Dans cette liste de neuf, il reste donc deux noms et pas des moindres, dans la catégorie des joueurs patients : Michael Jordan et Wilt Chamberlain. Le premier a été cinq fois MVP entre 1988 et 1998, avec trois saisons et une retraite entre son troisième (1992) et son quatrième sacre (1996). À 33 ans, MJ était au encore au sommet de son art, et ses Bulls avaient réussi la deuxième meilleure campagne collective de l’histoire. À l’époque, il tournait à 30.4 points de moyenne (meilleur marqueur de la ligue) à 50% aux tirs et 43% derrière l’arc, son record en carrière. Il gagnera son ultime trophée à 35 ans, pour sa dernière saison aux Bulls ponctuée d’un sixième titre. Trente-cinq ans, c’est l’âge actuel de Tony Parker ou Dwyane Wade, et ça en dit long sur les incroyables qualités de longévité de Michael Jordan.

Pour sa part, Wilt Chamberlain fait partie du club très fermé des rookie MVP, sacré dès sa première année dans la ligue en 1960. Mais pour avoir la deuxième de ses quatre statuettes, « The Stilt » avait dû attendre six saisons, et ce malgré des statistiques surhumaines : 41.1 points et 24.5 rebonds de moyenne en 47.1 minutes sur ces cinq exercices. Il avait dû regarder Bill Russell, patron des invincibles Celtics, soulever le trophée quatre fois, et Oscar Robertson, « Mr Triple-Double », une fois, avant de le retrouver à 29 ans. Et de garder sa couronne trois ans cette fois-ci. Au total, l’homme aux 100 points a remporté quatre trophées entre 1960 et 1968.

LeBron James, Most Valuable Player en 2009, 2010, 2012 et 2013, est donc en course pour gagner sa cinquième récompense cette année, cinq saisons après la dernière. La preuve de son talent, de sa régularité, de sa longévité, mais surtout que sa place est bel et bien tout en haut du classement des meilleurs joueurs de l’histoire. En juin prochain, il aura 33 ans, et il n’existe d’ailleurs que deux MVP plus âgés : Michael Jordan et Karl Malone, récompensés à 35 ans.

NOTRE TOP 5 AU 5 DÉCEMBRE

1 – James Harden
Bilan : Rockets – 18v-4d – 1er à l’Ouest
Stats : 36 min, 31.7 pts, 9.7 pds, 5.1 rbds, 1.7 int, 0.5 ct, 4.6 bps, 45.8% tirs, 40.5% 3-pts, 86.6% LF

2 – LeBron James
Bilan : Cavaliers – 17v-7d – 2e à l’Est
Stats : 37 min, 28 pts, 8.5 pds, 7.9 rbds, 1.3 in, 1.1 ct, 4 bps, 58.4% tirs, 41.6% 3-pts, 77.3% LF

3 – Kyrie Irving
Bilan : Celtics – 21v-4d – 1er à l’Est
Stats : 32 min, 23.5 pts, 3.2 rbds, 5 pds, 1.5 int, 0.3 ct, 2.2 bps, 48.7% tirs, 38.2% 3-pts, 86.6% LF

4 – Stephen Curry
Bilan : Warriors – 19v-6d – 2e à l’Ouest
Stats : 33 min, 26.3 pts, 5.1 rbds, 6.6 pds, 1.7 int, 0.2 ct, 2.9 bps, 47.3% tirs, 38.1% 3-pts, 93.3% LF

5 – Giannis Antetokounmpo
Bilan : Bucks – 12v-20d – 6e à l’Est
Stats : 37 min, 29.9 pts, 10.2 rbds, 4.5 pds, 1.7 int, 1.7 ct, 2.8 bps, 54.8% tirs, 25% 3-pts, 76.6% LF

Mentions : Al Horford, Andre Drummond, LaMarcus Aldridge, DeMarcus Cousins, Kevin Durant, Ben Simmons…

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *