Matchs
hier
Matchs
hier
News

Le premier tour des playoffs a déjà commencé pour les Celtics et les Pacers

Victorieux des Pacers hier, les Celtics pensent déjà à leur nouveau duel samedi prochain. Avant de très probables retrouvailles au premier tour des playoffs.

La rencontre d’hier soir entre Boston et Indiana était sans doute la première d’une longue série puisque les deux franchises s’affronteront encore une fois en saison régulière, avant de se retrouver probablement au premier tour des playoffs.

Reste à savoir qui bénéficiera de l’avantage du terrain : Celtics et Pacers ont le même bilan à la 4e place à l’Est avec 45 victoires pour 31 défaites, et si les premiers figurent devant au classement, c’est qu’ils ont gagné deux des trois confrontations directes entre les deux clubs, dont celle d’hier soir grâce à un game winner de Kyrie Irving à la dernière seconde. Un layup précieux pour conclure un premier tour de chauffe, destiné à se jauger mutuellement.

« C’était super, un peu comme un match test en vue des playoffs, mais l’avantage du terrain était en jeu et on les recroise encore une fois donc on verra ce que ça donne » décrit le héros de la soirée.

La grande partie d’échecs est lancée un peu plus tôt que prévu, aux deux entraîneurs de préparer leurs prochains coups.

« C’est fun, on apprend d’eux, ils apprennent de nous », confie Aron Baynes au Boston Herald. « Les deux équipes vont procéder à des ajustements. Il y a évidement des choses qu’on peut améliorer, et ils vont aussi changer certains trucs de leur côté. »

Premier enseignement : l’importance de l’engagement

« C’est du basket de playoffs, c’est marrant », poursuit-il. Il y a une bonne ambiance ici, ce sera bien là-bas chez eux, et après on se retrouvera probablement pour quelques matchs supplémentaires. Ce n’est que du plaisir, on est en plein dedans, c’est pour ça qu’on joue et qu’on se prépare. »

« Probablement » précise l’Australien, car si personne au classement ne peut les rattraper derrière, Philadelphie, troisième, n’a que trois matchs d’avance alors qu’il en reste six à jouer. Néanmoins, il y a peu de chance pour que la hiérarchie change vu le calendrier des Sixers : ils vont jouer Minnesota, Dallas, Atlanta, Milwaukee, Chicago, Miami et Chicago.

Brad Stevens le sait : il a toutes les chances de retrouver ses adversaires d’hier en postseason, et son carnet de notes s’est considérablement rempli. Alors, quels enseignements tirer de ce round d’observation ?

Que les Celtics ont fait mal à Indy dans la raquette (54 points contre 40) avec un très bon Aron Baynes (13 points, 13 rebonds), qu’ils ont besoin de l’agressivité affichée hier pour exister, mais qu’il en faudra un peu plus s’ils veulent remporter une série en sept matchs vu tous les ballons que les Pacers ont réussi à récupérer au sol ou dans les aires, loin comme prés du cercle. Un domaine dans lequel les Celtics sont d’ordinaire souverains, mais ils ont trouvé un adversaire à leur taille.

« En fin de compte, si on veut gagner plus qu’un match de saison régulière à la maison contre ces gars, il faut les contrôler au rebond comme sur les ballons qui traînent, ce qu’on n’a pas fait en fin de partie. C’est pour ça qu’ils sont où ils sont. »

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *