Matchs
hier
Matchs
hier
TOR117
CHI100
OKC105
NYK84
LAL92
LAC108
News

Bilan mi-saison : le Top 10 des franchises

Suite de notre bilan de la mi-saison avec les Power Rankings, vous savez, ce classement toutes conférences confondues, sorte de baromètre des équipes en forme du moment.

A ce petit jeu, l’Ouest domine (6 équipes dans le Top 10) mais l’écart n’est pas si flagrant… en tout cas pour ce qui concerne les cadors de chaque conférence. Un groupe se détache pourtant à l’Ouest avec Oklahoma City, les Clippers et San Antonio qui ont tous trois dépassé les 30 victoires.

Derrière, on retrouve le Heat, les Grizzlies et les Knicks. La grosse surprise du classement est évidemment la chute des Bulls par rapport à la saison passée. Inutile d’en donner la raison. Idem pour le Magic à l’Est. A l’Ouest, c’est surtout la méforme des Lakers qui marque les esprits.

1- Oklahoma City (32 victoires – 9 défaites)

Les derniers finalistes ont certes perdu James Harden dès le début de saison, mais ils n’ont pas baissé le pied pour autant. Le duo Durant (29 points, 7 rebonds, 4 passes) – Westbrook (23 points, 8 passes, 5 rebonds) est tout simplement magistral pour OKC. La greffe Kevin Martin a bien pris, et la seconde partie de la saison régulière devrait permettre de travailler encore davantage une alchimie qui effraie déjà le reste de la ligue. Et à juste titre ! Scott Brooks a tous les éléments en place pour retourner en finales et inverser le résultat de l’an passé.

2- Los Angeles Clippers (32 victoires – 9 défaites)

C’est LA sensation de l’année. Les éternels losers de Lalaland sont devenus les patrons de la cité californienne ! Emmenés par un Chris Paul taille patron (17 points,  10 passes, 4 rebonds) et un Blake Griffin toujours aussi explosif (18 points, 8 rebonds), les Clippers squattent le sommet des charts à égalité avec la locomotive Thunder. N’oublions pas que les coéquipiers de Turiaf ont réussi l’exploit de rester invaincus durant tout le mois de décembre. Pas une mince affaire ! Et avec Grant Hill qui revient tout doucement, Billups toujours en costard, Odom qui retrouve la forme ou encore le prodige Bledsoe qui attend son heure de gloire, l’escouade de Del Negro a du talent à tous les postes…

3- San Antonio (32 victoires – 11 défaites)

C’est la valeur sûre de la conférence Ouest. Chaque année, on les dit vieillissants, sur le retour, un pied dans la tombe mais chaque année, les Spurs déroulent leur basket comme une leçon bien apprise et récitée à la perfection. Tony Parker a pris les commandes du bateau et avec 20 points et 7 passes de moyenne, il est peu de dire qu’il réussit dans sa mission. Derrière lui, Tim Duncan (17 points, 10 rebonds) est toujours aussi efficace malgré le poids des années (36 pour être précis). Ginobili semble être le seul à baisser un peu le pavillon cette saison avec des stats similaires (13 points) mais des pourcentages en berne et de nouveaux pépins physiques. Mais qu’importe, avec les Green, Leonard, Diaw, Jackson ou encore Splitter, les Spurs ont nombre d’options dans leur jeu collectif léché. Mais cela sera-t-il suffisant dans les matchs couperet des playoffs (sous-entendu, où les défenses s’adaptent)?

4- Miami (26 victoires – 12 défaites)

Le champion en titre n’est ni vraiment convaincant, ni vraiment décevant cette saison. On le sait, il est souvent difficile de se remettre d’un titre, comme en atteste l’exemple le plus récent des Mavs, et dans le cas du Heat, c’est le même constat. Malgré les arrivées de Ray Allen et Rashard Lewis qui devaient rendre Miami encore plus imbattable que jamais, la réalité du terrain a prouvé que l’équipe de LeBron James (26 points, 8 rebonds, 7 passes) connaissait encore des gros trous d’air (et des problèmes chroniques au rebond) mais également des victoires de prestige. En fait, il semble que la défense du Heat ne soit pas encore bien mise en place et nul doute que Spoelstra saura utiliser la seconde partie de la saison pour resserrer les boulons et mettre son équipe dans les conditions du ‘Repeat’.

5- Memphis (26 victoires – 13 défaites)

Comme OKC, petit marché de la ligue, Memphis continue son petit bonhomme de chemin. Avec leur cinq majeur parmi les plus équilibrés de la ligue et surtout la frontline Gay – Gasol – Randolph, les Grizzlies réalisent à nouveau une superbe saison régulière. Le banc a parfois souffert du départ de Mayo mais grosso modo, Memphis tient bon la barre. En fait, le vrai problème pourrait arriver incessamment sous peu avec le possible transfert d’un gros contrat : Rudy Gay ou Zach Randolph en ligne de mire ! Cela modifierait profondément le rapport de forces à l’Ouest où leur puissance intérieure est quasiment inégalée.

6- New York (25 victoires – 13 défaites)

Les Knicks sont de retour. Il faut dire qu’ils n’ont pas lésiné ces deux dernières saisons pour former un effectif qui a tout d’un grand. Avec le retour d’anciens comme Camby, Kidd ou encore Sheed Wallace, les Knickerbockers ont clairement gagné en sérénité et en expérience. Avec un Carmelo Anthony (29 points, 6 rebonds) qui n’est toujours pas redescendu de son nuage des derniers JO de Londres ou la superbe saison de JR Smith (17 points, 5 rebonds) à ses côtés, New York dispose du potentiel offensif le plus effrayant de la conférence Est. Imaginez qu’il y a encore Stoudemire, Felton, Shumpert voire Chandler derrière le duo susmentionné. Une finale de conférence face au Heat aurait de quoi relancer la rivalité historique entre ces deux franchises…

7- Golden State (24 victoires – 15 défaites)

C’est la belle surprise de l’année. L’équipe coachée par Mark Jackson a effectué un bond de géant par rapport à sa saison dernière, encore gâchée par les blessures. Stephen Curry à nouveau sur pied, David Lee toujours aussi monstrueux, et la confirmation des talents que sont Barnes et Thompson mis sous la tutelle de quelques vétérans comme Jack voire Landry ont fait des Warriors une équipe très intéressante à voir jouer mais désormais efficace et victorieuse. Et tout cela sans l’apport de leur recrue numéro 1 de mars dernier, Andrew Bogut ! Si le grand australien parvenait à revenir à temps pour les playoffs, Golden State pourrait créer quelques surprises…

8- Indiana (25 victoires – 16 défaites)

Danny Granger out, Indiana n’a pas attendu longtemps pour lui trouver un remplaçant en interne : il s’agit de Paul George. Dans sa troisième année en NBA, l’ailier a décidé de passer un cap et clairement, il est en train d’impressionner son monde. 17 points, 8 rebonds, 4 passes : c’est excellent, et quand on sait que les Pacers disposent d’une raquette très dense avec Hibbert et West en titulaires et Mahinmi et Hansbrough au relais, Frank Vogel peut voir venir. Et pour cause, Indiana parade au top du classement défensif avec le plus petit total de points encaissés sur 100 possessions (95,7). En fait, le problème des Pacers se situe en attaque car Hibbert ne confirme pas son statut All Star et George est encore trop inconstant pour tenir l’attaque à lui seul. C’est là que le banc aura son rôle à jouer avec Gerald Green, Mahinmi ou Hansbrough notamment.

9- Brooklyn (24 victoires – 16 défaites)

La révolution est en marche pour Brooklyn. Propulsés sur le devant de la scène après leur déménagement spectaculaire dans le cœur de la Grosse Pomme, les Nets ont surfé sur cette vague de positivité pendant un moment… avant qu’une lame de fond ne les rattrape et les entraîne vers un chavirement complet. Résultat des vélos : Avery Johnson a été prié de faire ses valises et son assistant PJ Carlesimo (celui qui s’était fait étrangler par un certain Latrell) a repris le train en marche. Pour l’instant pour le meilleur, mais les Nets doivent encore convaincre. Leur effectif est conséquent, reste à voir si ces joueurs sont capables de se sublimer en playoffs.

10- Denver (25 victoires – 18 défaites)

Toujours positionnés, jamais récompensés : tel pourrait être le slogan des Nuggets ces dernières saisons. Tels les Poulidor de la NBA, les joueurs de George Karl réalisent encore une fois une saison régulière de très bon aloi avec leur effectif sans véritable star mais avec un paquet (et vraiment beaucoup) de joueurs de qualités à tous les postes. Doublés voire triplés à tous les niveaux, les Nuggets sont une équipe dangereuse pour tout adversaire qui n’est pas préparé à relever le challenge physique de cette escouade d’athlètes. Leur plus gros point noir : l’adresse longue-distance avec un petit 32%. Objectif : passer un tour de playoffs !

Classement de 11 à 15 : Chicago, Atlanta, Milwaukee, Utah, Boston.

Et de 15 à 20: Portland, Houston, Minnesota, Dallas, Philadelphie.

Et vous, quelle est votre champion à la mi-saison ?

Quelle est la meilleure équipe à mi-saison ?

View Results

Loading ... Loading ...
Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *