NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
TOR
NOR2:00
LAC
LAL4:30
Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Michele Roberts critique le « double discours » sur les demandes de transfert des stars

La patronne du syndicat défend le comportement des joueurs, qui veulent contrôler leur destin, alors que les franchises peuvent elles les transférer à leur guise.

Damian Lillard le pense : les joueurs ont pris le pouvoir cet été en NBA. Ce sont eux qui font et défont les grandes tendances. Kawhi Leonard impose l’arrivée de Paul George vers les Clippers quand Anthony Davis avait forcé, en deux temps, son transfert vers les Lakers.

Une situation, celle de l’ancien intérieur des Pelicans, qui fut parfois critiquée, notamment par Steve Kerr. Les joueurs qui décident de ne pas aller au bout de leur contrat dérangent alors qu’une franchise qui transfère du jour au lendemain ces mêmes joueurs relève de la banalité, du folklore de la NBA.

Patronne du syndicat des joueurs, Michele Roberts s’en prend à ce « double discours ».

« Si on veut critiquer, il faut critiquer les deux », déclare-t-elle ainsi à The Undefeated. « Personne ne dit jamais rien quand une équipe transfère un joueur, un père de famille, avec les conséquences que cela implique. On passe tellement de temps à critiquer les décisions des joueurs, mais jamais à se demander ce qui entoure celle d’une équipe. Aucun des deux camps n’est à diaboliser. C’est ainsi que ça fonctionne : une équipe peut transférer un joueur et un joueur peut partir d’une équipe. »

Michele Roberts fait notamment référence à Chris Paul, président du syndicat des joueurs, qui a été transféré cet été vers Oklahoma City, un an seulement après avoir signé une prolongation de 160 millions de dollars sur quatre saisons. Elle rebondit ainsi avec un vocabulaire bien précis, justement abandonné par la NBA.

« On a l’impression que les propriétaires ont le droit et pas les joueurs. Je ne sais pas pourquoi, peut-être à cause des soucis de couleur ou de classe, mais on continue de voir, à un certain niveau, les joueurs comme des propriétés et non des êtres humains. L’équipe devient une propriété, on peut donc la gérer comme bon vous semble. Donc, on s’accorde une certaine flexibilité avec ces droits de propriété, qui est bien plus importante que la liberté individuelle des joueurs. Pour moi, la liberté individuelle est plus importante. »

Pour Michele Roberts, il faut donc normaliser ces comportements de la part des joueurs, afin d’éviter de futures et nouvelles polémiques.

« Il faut arrêter d’en parler, de faire monter l’idée qu’il y aurait un problème avec les mouvements de joueur. Je ne le vois pas. C’est comme quand un avocat décide de changer de cabinet. Je pensais qu’on était censé pouvoir faire cela dans ce pays. C’est possible tant qu’on se plie aux règles. »

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés