Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
CHA
MIN0:00
WAS
DEN0:00
ATL
UTH0:30
PHO
DET3:00
SAC
DAL3:00
GSW
IND3:30
News

Trae Young apprend à devenir un franchise player

Le meneur des Hawks réalise une bonne première saison, faite de progrès et de montée en puissance. Le fruit du travail de son coach, Lloyd Pierce, qui n’hésite pas à le piquer.

Avec ses performances, ses shoots de loin et sa relation technique naissante avec John Collins, Trae Young a rendu la saison des Hawks plus intéressante que prévu. Néanmoins, le rookie n’a pas carte blanche non plus.

Plusieurs fois cette saison, Lloyd Pierce n’a pas hésité à piquer son joueur pour le faire progresser plus vite.

« Le plus grand impact d’un coach se remarque dans les moments d’échec », estime le coach des Hawks. « Je ne vais pas prendre Trae, meilleur marqueur et passeur du pays la saison passée, en juin pour lui demander de changer son shoot. C’est la pire chose à faire à un joueur. Mais quand il tire à 20% de réussite à 3-pts en novembre, on a besoin de bosser. Il a vu qu’il shootait à 20%, on lui a montré et il ne peut pas nier. »

Même technique pour son temps de jeu. Trae Young joue un peu moins de 31 minutes par match, ce qui le positionne à la quatrième place chez les rookies. Son coach aimerait le faire monter à 35 minutes de moyenne, mais le mérite-t-il ?

Le visage de la franchise avec John Collins

« Ces cinq minutes, à quoi pourraient-elles ressembler ? », se justifie Lloyd Pierce. « Actuellement, je lui montre les efforts qu’il ne fait pas. Comment pourrais-je le lancer cinq minutes de plus alors qu’il fait si peu d’efforts ? En 30 minutes, il galère ici, ici et encore là. Donc il faut faire mieux ça et ça. »

Outre son coach, Trae Young peut compter sur l’immense expérience de Vince Carter, drafté avant sa naissance, pour emmagasiner des conseils précieux.

« Trae, avec John Collins, est le visage de la franchise », rappelle l’ancienne star des Raptors. « Il doit répondre aux questions après un mauvais comme un bon match, après une victoire ou une défaite. Quand on veut être le franchise player, il faut composer avec beaucoup de choses. J’ai connu ça pendant plusieurs années. Donc je partage mes connaissances, sur le terrain et avec des discussions. Mais je pense que dans le monde actuel, il faut faire plus que de simples conversations, il faut montrer l’exemple et la voie aux plus jeunes. »

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *