News

Pour bâtir une équipe, Magic Johnson préfère la dureté à l’adresse

Avec la signature de LeBron James, Magic Johnson a d’ores et déjà réussi son été et pérenniser la suite de sa carrière en tant que président des Lakers. Pour autant, de nombreux doutes subsistent au sujet de la tournure prise par l’effectif angeleno. Lors de la finale de Summer League, celui qui a une statue à son effigie devant le Staples Center a rapidement établi au micro d’ESPN l’objectif de cette saison.

« Nous savons tous ce qu’est la valeur-étalon et c’est Golden State. En ce qui nous concerne, nous allons essayer de faire une belle saison, d’aller en playoffs et après, nous verrons ce qu’il se passe. »

« J’ai construit cette équipe par rapport à ce que j’ai vu en playoffs »

Pour l’heure, les Warriors restent en effet l’équipe à battre mais en l’état, Magic Johnson ne se fait guère d’illusions sur les chances de son escouade face à celle de Steve Kerr. D’ailleurs, même s’il ambitionne à terme d’atteindre leur niveau, il a expliqué que ce n’était pas en imitant leur style de jeu que les Lakers parviendraient au même succès.

« Nous n’allons pas battre Golden State en faisant du Golden State », a t-il précisé, répétant les propos de son GM, Rob Pelinka. « Tout le monde dit que les Lakers n’ont pas de shoot. Nous en avons ! Mais nous avons aussi vu toutes les équipes qui avaient du shoot : elles ont été battues. Faisons la liste : Philly avait deux grands shooteurs et Boston n’avait pas les siens. Qui a fini par gagner ? Boston. Ils avaient plein de joueurs capables de casser les défenses, de shooter et ils étaient sérieux dans le secteur défensif. C’est pourquoi Boston a avancé jusqu’en finale de conférence et ils l’ont fait sans leurs deux meilleurs joueurs. »

Boston et Houston, les inspirations de Magic

À l’Ouest, Magic Johnson estime aussi que l’équipe la plus dangereuse en dehors des Warriors, Houston, avait un style de jeu à part et finalement plus indépendant de l’adresse extérieure que ce que l’on pourrait penser.

« J’ai regardé chaque série, j’ai donc construit cette équipe en fonction de ce qu’il s’est passé en playoffs. On ne construit pas une équipe par rapport à la saison régulière. Il faut aussi le faire pour les playoffs », poursuit le président des Lakers. « Nous avons vu ce que Houston a fait. Ils n’avaient pas tant de shooteurs, ils en avaient quelques-uns mais ils avaient surtout beaucoup de joueurs capables de porter le ballon, casser les défenses et de se créer leur propre tir. Ils vont jusqu’en finale de conférence Ouest et poussent Golden State en sept matchs. »

Ainsi, Magic Johnson justifie les arrivées de Lance Stephenson, JaVale McGee ou encore Rajon Rondo en évoquant leur intensité, d’après lui la qualité clef pour parvenir au sommet.

« Houston avait des gars durs, Boston aussi. Qu’est-ce qui les a poussés ? Des gars durs. C’est donc de cette manière que j’ai construit l’équipe. J’ai appris beaucoup en regardant Boston et Houston jouer, progresser, et battre toutes les équipes qui avaient tous les meilleurs shooteurs. »

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *