News

Brooklyn : Kenny Atkinson, une signature aussi importante sur le terrain qu’en dehors

NBA: All Star Game-Rising Stars ChallengeMalgré la bonne volonté de Tony Brown, Sean Marks souhaitait encadrer son équipe par une valeur reconnue au sein de la ligue et hormis Luke Walton, dont le recrutement était sans doute voué à l’échec, le nouveau general manager des Nets n’avait de yeux que pour Kenny Atkinson, l’assistant-coach de Mike Budenholzer aux Nets.

Ancien joueur de basket, passé par l’Europe dont la France durant cinq saisons, puis assistant du PSG Racing avant de filer vers les États-Unis, le cerveau déniché par Sean Marks suscite beaucoup d’enthousiasme. Reconnu pour sa pédagogie et ses compétences en matière de développement des joueurs, Kenny Atkinson est un coach qui dispose d’un atout primordial pour une franchise en reconstruction : il a la confiance des joueurs.

Les joueurs reconnaissants et admiratifs de son travail

Interrogé par le Atlanta Journal-Constitution, Kyle Korver raconte ainsi une anecdote révélatrice de l’adhésion que l’entraîneur génère. En 2013, l’arrière est free agent et s’interroge sur l’orientation des Hawks. À 32 ans, le shooteur est même inquiet de l’avenir de la franchise mais il se rassure vite après une discussion avec l’assistant.

« J’ignorais si j’allais revenir, » raconte t-il. « C’est important lorsque vous êtes free agent : vous ne savez pas ce que l’équipe va être, ni à quoi le coaching staff va ressembler. Mais Kenny m’a dit qu’il revenait et ma prise de décision a débuté ce jour-là. ‘Kenny sera là ? Les choses vont bien se passer.’ Il a été incroyable pour nous, ici, à Atlanta. Ces quatre dernières années, notre programme de développement des joueurs a été sans égal. Je pense que c’est génial de voir des joueurs évoluer et c’est Kenny qui a permis cela. »

De la bouche d’un vétéran de 35 ans, fort d’une expérience de 13 saisons, cela en dit long sur l’aura de l’ex-assistant de Gordon Herbert à Paris. Pour beaucoup, il est l’une des clefs principales du succès des Hawks, et de leurs joueurs, ces dernières années.

« Ses exercices, énormément axés sur le dribble ou le pick-and-roll, sont ce dont vous avez besoin pour survivre dans cette ligue, » explique Kent Bazemore, en gros progrès depuis son arrivée en Georgie, à ESPN. « Si l’on ne peut pas jouer le pick-and-roll en tant qu’arrière ou ailier, les choses vont se compliquer pour vous. Il connaît l’un des éléments majeurs de l’attaque, le pick-and-roll, sur le bout des doigts. »

Le mentor de Jeremy Lin à New York

Lorsqu’il était aux Knicks, Kenny Atkinson a contribué à l’éclosion médiatisée d’un joueur sorti de nulle part, un certain Jeremy Lin. C’est sous son aile que l’actuel meneur des Hornets a connu la période la plus faste de sa carrière.

« Les mots manquent pour décrire ce gars, » disait ainsi le meneur il y a quatre ans au Daily News. « Ce gars se lève à 6h chaque matin. Je peux lui envoyer un message à minuit, à une heure quand je rentre à la maison pour lui demander si je peux avoir des vidéos de certaines balles perdues, de l’équipe à venir ou des rapports sur leur façon de jouer le pick-and-roll et il fera en sorte que je les ai dès que j’arrive à l’entraînement le matin suivant. Quand je ne jouais pas beaucoup, nous nous entraînions avant l’entraînement et après l’entraînement, il travaillait sur mon jeu en m’apprenant comment jouer dans le système de Coach D’Antoni. »

Le recrutement de Kenny Atkinson est peut-être déjà la plus grande réussite de l’intersaison de Sean Marks. Le general manager n’a en effet que très peu de marge de manoeuvre pour la saison prochaine puisque les Nets n’ont pas de choix de draft et si la franchise aura bien de l’argent à dépenser cet été (entre 35 et 45 millions de dollars), il est difficile d’attirer les joueurs dans un environnement en pleine déliquescence, un problème également connu par les Knicks et les Lakers.

En six ans chez les Spurs, le GM a compris que l’élément principal était la culture de l’équipe : un environnement discipliné et professionnel sera toujours plus à même de séduire les joueurs ambitieux sur le plan sportif. Reconnu pour son aide apportée aux joueurs placés sous son aile, Kenny Atkinson pourrait donc être un atout de poids dès cet été lorsque l’heure du recrutement viendra.

Kyle Korver : « Ils essayent de mettre en place une culture de la gagne »

Et si les Nets ne parviennent pas à attirer les joueurs espérés, leur futur coach pourrait favoriser le développement des jeunes, comme Rondae Hollis-Jefferson, Markel Brown ou Sean Kilpatrick.

« Ce sera un grand coach, » assure Kyle Korver. « Les Nets sont dans une situation difficile sans choix de draft. C’est une situation difficile pour commencer mais ce qu’ils essayent de faire est d’établir un programme de formation des joueurs et une culture de la gagne, Sean Marks était à San Antonio et ils vont essayer de faire la même chose. Kenny est la bonne personne pour ce job. »

Avec Sean Marks reconnu comme l’un des stratèges les plus talentueux du sport professionnel, même au-delà de la NBA, et Kenny Atkinson, Brooklyn entame sa reconstruction en coulisses avant de s’affairer au terrain, un choix pertinent quand des franchises comme Sacramento n’arrivent pas à décoller malgré leur talent, en grande partie en raison du manque de stabilité sur le banc ou dans les bureaux. La franchise part peut-être enfin dans la bonne direction.

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *