Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
HOU
LAL2:00
SAS
LAC2:30
ORL
CHI3:30
PHO
DAL4:30
Histoire News Vidéos

Le 2 mars 1962, Wilt Chamberlain réalise l’impossible : 100 points en un match

wilt-chamberlain-100-pointsLe 2 mars 1962, Wilt Chamberlain réalisait l’impossible : marquer 100 points dans un match, le record le plus mythique du basket américain. Pour célébrer l’anniversaire de ce record NBA, Basket USA ressort des placards un article pour rendre hommage à cet exploit et bien sûr à l’homme, disparu en 1999.

Rappel des faits

Né le 21 août 1936, Wilt Chamberlain (2m16, 125 kg) est drafté en 1959 par les Philadelphia Warriors après un tour par les Harlem Globe Trotters. Il débute sa carrière le 24 octobre, et finit sa saison rookie avec 37.6 pts et 27 rebonds par match !

Il est évidemment élu rookie de l’année mais aussi MVP, une première dans l’histoire (Wes Unseld sera le second à réaliser cet exploit en 68-69). La saison suivante, Chamberlain score 38.4 pts et prend 27 rebonds par match, et on comprend alors que ce joueur va laisser son empreinte dans ce sport.

Sa troisième saison sera l’apothéose de sa carrière d’un point de vue individuel avec une moyenne juste ahurissante de 50.4 pts/match ! Accompagnée de 25.4 rebonds. Mais, petit paradoxe, il ne sera pas MVP, ces confrères (les joueurs votaient à l’époque) lui préférant son ennemi intime, Bill Russell…

Nous voilà donc en 1962, et avant ce fameux 2 mars, il a déjà scoré 60 pts ou plus à 17 reprises, dont une pointe à 78 en triple prolongation contre les Lakers ! C’est le record NBA.

Un soir d’histoire

Le 2 mars 1962, Wilt et ses Warriors accueillent à Hersey, en Pennsylvanie, les Knicks de New York. Après un quart temps, l’échassier (son surnom) a déjà scoré 23 points, et à la mi-temps, il en est à 41 unités. C’est énorme mais dans la lignée de ses cartons habituels. Mais la deuxième mi-temps va le faire entrer dans les livres d’histoire.

Un quart-temps et 28 points plus tard, le voilà à 69 points. Il est donc à seulement 9 unités de son précédant record (78 points), qui est aussi le record dans l’histoire de la ligue à cette époque. Dès lors, les spectateurs s’impatientent. À quelle hauteur Wilt Chamberlain va-t-il faire grimper ce record ? Des « Give it to Wilt ! » résonnent dans toute la salle et les joueurs de Philadelphie vont suivre les ordres…

Et c’est sur un dunk qu’il atteint les 100 points. À ce moment, la foule, peu nombreuse avec seulement 4 124 personnes présentes dans la salle, envahit le terrain et le submerge. Il reste pourtant 46 secondes à jouer.

On ne sait pas vraiment si ces dernières secondes ont été jouées. Aujourd’hui, 53 ans après, peu importe, la performance est là. La vérification est impossible car aucune vidéo n’existe de ce match, seul un enregistrement radio est disponible.

Son coach, Frank Mcguire témoigne de cet exploit.

« J’ai toujours pensé que c’était inévitable qu’il le fasse. Mais quand il l’a fait, je me suis arrêté : je ne pouvais pas y croire ».

Au final, les Warriors gagneront ce match 169-147 et Wilt Chamberlain a explosé tous les records : 100 points donc (avec 25 rebonds tout de même) mais également 63 shoots tentés et 36 rentrés, et aussi un 28/32 au lancer francs. C’est une énorme perf’ pour lui puisqu’il tournera en carrière à 50%…

Deux autres records tombent aussi ce soir-là : 59 pts en une mi-temps et 31 en un quart-temps. Le premier tient toujours, Kobe Bryant ayant marqué « seulement » 55 pts, le 22 janvier 2006. Le deuxième est battu d’abord par George Gervin puis ensuite par Carmelo Anthony avec 33 pts, et enfin par Klay Thompson avec 37 unités face aux Kings.

Un héritage énorme

Plus d’un demi- siècle plus tard, son record tient toujours. Seul Kobe Bryant est parvenu à s’en approcher le 22 janvier 2006 avec ses 81 pts contre les Raptors. Même si à l’époque cet exploit est passé quasi inaperçu, son impact aujourd’hui est énorme : c’est le record le plus symbolique de la NBA et la photo de Chamberlain avec son affichette « 100 » est resté dans les esprits. L’homme qui a conçu cette petite affichette est mort l’an passé. Âgé de 93 ans, Harvey Pollack travaillait pour la NBA dès la première saison…

Malgré cet exploit, Wilt Chamberlain avouera que ce match n’est pas son préféré. Il préfère sa performance de 55 rebonds (record NBA également) contre le pivot défensif des Celtics, Bill Russell, son meilleur ennemi.

Enfin, pour l’anecdote, sachez que ce record de Wilt Chamberlain n’est peut-être pas le plus imbattable de tous.

En effet cette même saison, en 1962, The Stilt a joué 3 882 minutes en 80 matchs. C’est-à-dire 48.5 minutes par match, alors même qu’un match dure 48 minutes ! Cela s’explique par les nombreuses prolongations jouées par les Warriors cette année là et par le fait qu’il ne sortait évidemment quasiment jamais du terrain.

Crédit photo : DR
Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *