Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Les Raptors, finalistes NBA sans le moindre joueur sélectionné dans le Top 10 d’une Draft

C’est une performance anecdotique mais qui est intéressante. L’effectif de Toronto ne compte aucun joueur drafté dans le Top 10, et c’est une première depuis 50 ans.

Même si au fil des années les positions dans la Draft offrent de nouvelle perspectives et révèlent des bides mais aussi des surprises, elle peuvent parfois servir de révélateur pour le niveau d’une équipe.

La preuve avec les Raptors puisque d’après les spécialistes statistiques Elias, les troupes de Nick Nurse sont la première équipe depuis 50 ans à rejoindre les Finals sans le moindre joueur drafté dans le Top 10 d’une Draft.

En effet, malgré son statut actuel de superstar, Kawhi Leonard n’avait été drafté qu’en 15e position en 2011. Et c’est le joueur le mieux placé dans l’effectif. O.G Anunoby a été sélectionné en 23e position en 2017, quand Kyle Lowry et Serge Ibaka ont attendu la 24e position pour être appelés, respectivement en 2006 et 2008. L’excellente pioche Pascal Siakiam n’est qu’un 27e choix.

Pour le reste des joueurs marquants, ils sont des seconds tours : Marc Gasol, Danny Green et Norman Powell. Pis, Fred VanVleet n’a pas été drafté.

Les anciens finalistes tous très bien armés

Comparons donc avec certains des anciens finalistes des deux dernières décennies. Commençons avec les Warriors bien évidemment. Stephen Curry a été drafté en 7e position et Andre Iguodala en 9e, tandis que Andrew Bogut est un ancien premier choix de Draft (2005), et Kevin Durant était le 2e choix de la Draft 2007.

Pour les Cavaliers, c’est encore plus simple : LeBron James et Kyrie Irving avaient chacun été choisis en première position. Kevin Love, lui, était 5e de sa Draft.

On retrouve James avec le Heat, accompagné de ses camarades de promo 2003 : Dwyane Wade 5e, Chris Bosh 4e. On peut également ajouter Ray Allen, 5e en 1995. L’ancien shooteur des Celtics qui était également aux côtés de Kevin Garnett, 5e lui aussi, et Paul Pierce, 9e, lors des deux Finals de Boston.

En face, on retrouvait alors les Lakers, qui ne pouvaient pas compter sur Kobe Bryant dans ce domaine (13e seulement), mais avaient tout de même Pau Gasol, 3e, Lamar Odom, 4e ou Andrew Bynum, 10e.

Que dire d’Oklahoma City en 2012 qui, non content de posséder trois futurs MVP, alignait Durant, 2e, James Harden, 3e, et Russell Westbrook 4e. Le champion 2011, Dallas, était armé d’une colonie de vétérans revanchards mais avec de jolis CV à la Draft : Jason Kidd était 2e de sa promo, Dirk Nowitzki 9e, Tyson Chandler et Shawn Marion, chacun 2e.

L’analogie avec les Spurs

Et les Pistons dans tout ça ? Référence collective avec un Chauncey Billups couronné MVP des Finals sans jamais avoir été All-Star à l’époque, Detroit avait pourtant des joueurs draftés assez haut. Billups justement est un ancien 3e, Rasheed Wallace fut 4e, Richard Hamilton 7e, Lindsey Hunder 10e. Sans oublier, l’oubliable Darko Milicic 2e de la cuvée 2003.

Finalement, l’équipe qui ressemble le plus à ses Raptors, ce sont les Spurs sacrés en 2014. La troupe de Gregg Popovich n’avait qu’un seul Top 10 de Draft, certes monumental : Tim Duncan. Kawhi Leonard, on l’a vu, est 15e, Danny Green est un second tour, Tony Parker et Boris Diaw, seulement 28 et 21e ou encore Manu Ginobili, sélectionné en 57e position, en fin de second tour !

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toronto Raptors en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés