Summer
League
Summer
League
MIN92
MEM95
Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

[Preview] Entre la Slovénie et la Serbie, les destins se croisent

La Slovénie et la Serbie s’affrontent ce soir (20h30, en direct sur Canal+ Sport), dans une finale de l’EuroBasket 2017 aussi inattendue qu’intéressante. Outre l’échec des Bleus, trahis par un effectif beaucoup trop tourné vers l’attaque, cette ultime compétition européenne avant le nouveau calendrier de la FIBA a aussi vu la chute de l’Espagne de Pau Gasol, grande favorite de l’épreuve mais à bout de souffle et tombée en demi-finale.

Des chutes accompagnées par celles de la Lituanie en huitième de finale ou de la Croatie, au même stade de la compétition. À l’inverse, d’autres nations ont rebondi, comme la Russie avec Alexey Shved et des talents se sont révélés. Kristaps Porzingis a ainsi brillé avec la Lettonie, malgré des soucis de faute, Lauri Markkanen a fait parler la poudre à Helsinki avant de rater son huitième de finale à Istanbul, comme ses coéquipiers. Quant à Luka Doncic, il n’en finit plus d’impressionner.

Goran Dragic et Luka Doncic, le maître et l’élève

La pépite slovène arrive alors que Goran Dragic s’en va. Le meneur a laissé planer le doute sur sa retraite après la qualification en finale mais ça semblait surtout être une forme de compliment pour son entraîneur et on l’imagine mal revenir sur une décision qu’il avait visiblement longuement réfléchi et qu’il assumait, à 31 ans.

Pour un tournoi, le passé et l’avenir de la Slovénie se sont donc superposés, pour l’instant dans un accord parfait.

Ayant évolué avec son père à l’Olimpija Ljubljana, Goran Dragic connait Luka Doncic depuis très longtemps. Et dans cet Euro, le meneur du Heat a servi de guide et de maître à son jeune élève. Compagnons de chambre, les deux hommes traversent le tournoi avec une confiance mutuelle qui guide leur équipe. Et qui sera sans doute encore la clé de la finale.

Igor Kokoskov, le coach serbe à la tête de la Slovénie

Dans ce duel fratricide entre Républiques de l’ex-Yougoslavie, les liens sont forcément étroits. Goran Dragic et Luka Doncic ont ainsi tous deux des pères d’origine serbe et Igor Kokoskov, leur sélectionneur, est lui-même serbe.

Quand on lui demandait qui il souhaitait affronter en finale, ce dernier ne faisait d’ailleurs pas vraiment de mystère.

« Mon coeur est serbe. Je suis né et j’ai été élevé à Belgrade. Avec tout le respect que j’ai pour l’équipe russe, je vais supporter l’équipe serbe. »

Pourtant, Igor Kokoskov a un parcours atypique pour un coach européen. Sa carrière de joueur ayant pris fin à la suite d’un accident de voiture, il s’est vite tourné vers le coaching… et les Etats-Unis. À 28 ans, il accepte ainsi un poste d’assistant coach à l’université de Missouri, en NCAA, avant de devenir un an plus tard le premier non-Américain à devenir assistant à temps plein d’un club NBA. C’était aux côtés d’Alvin Gentry, chez les Clippers.

Champion NBA en 2004 en tant qu’assistant de Larry Brown à Detroit puis passé par les Suns, les Cavaliers ou encore le Magic, il est depuis 2015 le premier assistant de Quin Snyder à Utah. Détail intéressant : il a également été l’assistant de Zeljko Obradovic lors des Jeux olympiques de 2004 et de l’Euro 2005… dans la sélection serbe.

Anthony Randolph, l’ascète mercenaire

L’influence d’Igor Kokoskov est déterminante pour mettre en ordre une sélection slovène qui avait jusqu’à présent du mal à trouver le curseur entre attaque et défense. Le coach répète ainsi que pour donner du rythme à l’attaque, ses joueurs doivent commencer par défendre et la naturalisation au cours de l’été d’Anthony Randolph a de ce côté été précieuse. Si son regard rivé sur son téléphone dans les vestiaires alors que ses coéquipiers se tombent dans les bras ou le fait qu’il observe les matchs adverses en écoutant de la musique, pendant que ses camarades débattent, laissent clairement voir que sa naturalisation n’a rien d’affectif, sa présence est néanmoins précieuse.

Timide lors de la phase de poules, il a haussé le niveau depuis son arrivée à Istanbul. Face à la Lettonie et l’Espagne, il a ainsi aidé Gasper Vidmar à contenir Kristaps Porzingis puis les frères Gasol, faisant aussi parler son shoot de loin.

Sur les trois derniers matchs, il tourne ainsi à 17.3 points de moyenne, avec un extrêmement impressionnant 9/11 derrière la ligne à 3-points. Et il sera encore précieux ce soir face à la Serbie pour contenir le solide Ognjen Kuzmic ou encore l’énorme Boban Marjanovic. Si la Slovénie décroche la médaille d’or, il restera en tout cas comme l’un des naturalisés les plus influents de l’histoire de l’Euro, aux côtés de J.R. Holden et autre Bo McCalebb…

Les adieux de Bogdan Bogdanovic à Istanbul

Côté serbe, la grande question fut de savoir si sans sa myriade d’absents (Milos Teodosic, Stefan Markovic, Nikola Jokic, Nemanja Bjelica, Miroslav Raduljica…), l’équipe de Sasha Djordjevic avait le talent pour résister à ses adversaires.

Elle a montré que c’était le cas, s’appuyant sur davantage de rigueur au fur et à mesure de l’avancée de la compétition et surtout sur le talent de Bogdan Bogdanovic, capable jusqu’à présent d’éteindre toutes les alertes adverses. Shooteur mais également créateur, l’arrière pourra sans doute compter ce soir sur de nombreux fans. Car si on annonce un bon nombre de supporters slovènes, venus célébrer cette finale historique, les fans d’Istanbul viendront sûrement apercevoir une dernière fois le joyau du Fenerbahce, avant qu’il ne s’envole pour la NBA et les Kings.

Vainqueur de l’Euroligue cette saison avec le club turc, champion de Turquie mais également MVP des finales du championnat, Bogdan Bogdanovic a réalisé un carton qui sera totalement plein s’il remporte ce titre avec la Serbie. Et les fans du Fenerbahce qui lui chantent du « M-V-P ! M-V-P ! » depuis plusieurs matchs auront définitivement raison.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés