News

Adam Silver prêt à revoir sa position sur l’âge minimum d’entrée en NBA

Validé par les joueurs et les propriétaires en décembre, l’accord collectif entre la NBA et le syndicat des joueurs doit prendre effet le 1er juillet prochain, pour sept ans. Date à partir de laquelle les parties concernées devront attendre une période incompressible de six ans pour pouvoir modifier les dispositions ratifiées.

Mais à quatre mois de cette date, Adam Silver avoue se poser des questions sur l’âge minimum pour entrer en NBA.

« Premièrement, on doit se réunir pour parler de l’age minimum » explique-t-il ainsi pour ESPN. « Il est de 19 ans actuellement, mais ce dont on parle avec Michele (Roberts, l’avocate du syndicat des joueurs) – et c’est différent de notre dernière négociation du CBA – c’est que plutôt que de dire ‘Revenez nous voir dans sept ans’, elle et moi sommes d’avis que le sujet mérite d’être étudié en dehors des lumières qui éclairent un accord collectif. »

« Sur les cinq dernières années, on doit avoir huit joueurs concernés par le one and done »

Avec l’objectif affiché d’une véritable discussion plutôt qu’un bras de fer habituellement de mise lors d’une négociation aussi serrée que celle visant à signer un CBA.

« Alors que notre position traditionnelle serait d’élever l’âge minimum de 19 à 20 ans, et que celle de Michele serait de le rabaisser de 19 à 18 ans, il y a une prise de conscience que le problème est bien plus compliqué que ça, et qu’il demande la présence de toutes les parties autour de la table. »

Le grand patron est donc prêt à revoir sa position sur ce sujet en particulier.

« C’est peut-être quelque peu différent de ma position de départ (…) mais je dirais que j’ai une meilleure approche du problème grâce aux discussions que j’ai avec des jeunes joueurs qui entrent dans notre ligue, qui ont complété une partie de leur première année de fac, et qui ont une meilleure compréhension de ce qu’on attend d’eux au niveau académique et du basket. »

Le commissionnaire fait ici allusion à la règle du « one and done » qui déchire les différentes parties en question, et qui vise à obliger les jeunes joueurs à passer au moins une année à l’université pour annuler la possibilité de faire le grand saut depuis le lycée. Un phénomène finalement marginal au vu des chiffres avancés par Adam Silver.

« En combinant les divisions I, II et III du basket universitaire, on compte à peu près 16 000 joueurs, alors que sur les cinq dernières années on doit avoir huit joueurs concernés par le « one and done ». Donc je ne veux pas réagir de manière démesurée, mais je pense qu’une nouvelle approche du problème est nécessaire. »

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *