Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Il y a 30 ans, les Pistons remportaient leur premier titre de champion NBA

Après être passés tout près du titre en 1988, les Pistons prennent leur revanche avec brio, face aux Lakers, le 13 juin 1989. Dans une série qui marque le début du déclin du Showtime et la retraite de Kareem Abdul-Jabbar.

Les fins de cycle sont souvent brutales. Les grandes dynasties meurent dans le sang et leurs adversaires ne font jamais dans la demi-mesure pour abattre l’équipe dominante, qui a marché sur le concurrence pendant des années.

En 1989, la NBA vit sous la double monarchie des Lakers et des Celtics depuis une décennie, qui se partagent la quasi intégralité des titres depuis 1980 – excepté le sacre des Sixers en 1983. Les Pistons ont manqué l’occasion de priver les Lakers de doublé en 1988. Ils peuvent prendre leur revanche en 1989 alors que Los Angeles vise un triplé.

Magic Johnson et sa bande parviennent en Finals sans lâcher un seul match en playoffs quand les Pistons ont seulement bataillé en finale de conférence face à Michael Jordan. Mais un premier coup dur frappe les Lakers avant la première manche à Detroit : Byron Scott se blesse aux ischio-jambiers. Il ne jouera pas de la série.

Des similitudes avec Raptors – Warriors ?

Les Pistons remportent le premier match (109-97) mais Los Angeles réagit dans la seconde manche avant le tournant des Finals. Magic Johnson se blesse à la cuisse en revenant en défense, dans le troisième quart-temps. Le MVP de la saison régulière sait tout de suite que cette blessure est sérieuse, en affichant sa frustration et sa tristesse.

Detroit s’impose encore (108-105) et mène 2-0.

Ces deux blessures seront de trop pour les Lakers. Sans oublier un Kareem Abdul-Jabbar qui avait annoncé sa retraite et dispute sa dernière série en carrière. Pour un joueur de 42 ans, le pivot est encore capable de bonnes choses. Il compile même 24 points et 13 rebonds dans le Game 3, mais il n’a logiquement plus son impact d’antan.

Ce Game 3 est surtout celui du court retour de Magic Johnson. De nombreuses questions, comme Kevin Durant dans les Finals 2019, entourent cette rencontre : va-t-il revenir ? Quel sera son niveau ? Peut-il peser ? Finalement, le meneur quitte le parquet après seulement cinq minutes et il ne reviendra pas… « Je voulais tellement jouer », expliquera-t-il. « Mais ce n’était pas possible. »

Joe Dumars, MVP des Finals

Joe Dumars, excellent dans cette troisième manche avec 31 points dont 17 de suite en troisième quart-temps, lui rend hommage : « Il a fait un sacré effort. Mais il n’était pas prêt, on le voyait à ses mouvements. Un moment, la balle était simplement à quelques centimètres de lui, mais il ne pouvait pas l’atteindre. »

Avec cette troisième victoire (110-114) des « Bad Boys », les Finals sont terminées. Même si Pat Riley pousse James Worthy à faire des miracles pour le Game 4 – l’ailier va marquer 40 points – ce n’est pas suffisant pour éviter le coup de balai. Le « Showtime » vivra encore jusqu’en 1991 avec les Finals face aux Bulls mais Kareem Abdul-Jabbar et Michael Cooper ne seront plus là et ces Finals perdues marquent le début de la fin pour les brillants Lakers des années 1980.

Pour les Pistons, c’est enfin le sacre tant attendu. Cette première bannière sera confirmée dès l’année suivante avec le doublé contre Portland. Le 13 juin 1989, après l’ultime victoire des siens (97-105), Joe Dumars est élu MVP des Finals avec 27.3 points à 57% de réussite au shoot et 6 passes de moyenne.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Los Angeles Lakers en 1 clic

Detroit Pistons en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés