Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
DET
NOR21:30
TOR
MIL0:00
SAS
UTH1:00
NYK
CHA1:30
News

Les Nets plongés dans un remake de « Un jour sans fin »

Les Nets n’y arrivent plus. La défaite contre le Thunder est la 8e de suite, mais plus encore que le simple résultat, c’est encore la manière qui inquiète et qui se répète.

Pourquoi ? Parce que Brooklyn avait encore fait le boulot pour se mettre en position de gagner. Ils ont compté jusqu’à 23 points d’avance en 3e quart-temps et en possédaient encore 15 à sept minutes du terme. Certes, Russell Westbrook a réalisé un triple double et Paul George a pris feu, mais les Nets se sont tirés une balle dans le pied.

« On est arrivé à un point où ça arrive trop souvent. On est dans ‘Un jour sans fin’ », regrette Jared Dudley. « On perd toujours de la même façon : on ne fait pas attention à notre sélection de shoot, au temps sur l’horloge, à nos fautes. On joue un mauvais basket dans les sept dernières minutes et on ne fait pas les ajustements nécessaires. »

Le vétéran de Brooklyn a raison de rappeler les récents matches perdus un peu bêtement par les Nets. Après tout, ils avaient 20 points d’avance contre les Sixers, huit dans le dernier quart-temps contre Utah et dix contre les Grizzlies. À chaque fois, Brooklyn s’est finalement incliné et ça commence à peser sur le groupe.

« C’est dans la nature humaine », poursuit Dudley. « Quelle est la définition de la folie si ce n’est de faire la même chose encore et encore sans ne rien changer ? Je ne pense pas que le Thunder ait douté de gagner ce match. Parfois, on est nerveux et on perd le match par défaut de succès auparavant. »

La fameuse « peur de gagner » ? « On joue bien pendant trois quart-temps et demi. Puis, dans les six ou sept dernières minutes, on tombe dans le pick-and-roll, l’isolation. Je ne comprends pas. Je ne vois pas de joueurs assez bons ici pour le faire constamment. »

C’est donc un manque de confiance dans le jeu collectif ainsi qu’une absence de lucidité dans les moments chauds qui pénalisent Dudley et ses coéquipiers.

« On n’est pas intelligent. L’équipe se donne à fond, ce n’est pas la question. Jouer dur, chez les pro’, ça ne suffit pas. Ça devrait être le minimum, une obligation. On apprend en marchant. »

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *