Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
HOU97
LAL95
SAS89
LAC75
ORL24
CHI26
PHO
DAL4:30
News

Earl Watson juge les décisions des Suns « imprévisibles »

Le timing du renvoi de Ryan McDonough, ex-GM des Suns, a surpris pas mal de monde. Mais pas Earl Watson. L’ancien coach de Phoenix avait connu une expérience similaire la saison passée : être viré… après trois matchs de saison régulière.

« Ce genre de situation m’est familière », confirme-t-il ainsi. « Je dirais que le « rythme » des Suns dans leurs prises de décision était imprévisible depuis un bon moment. Son renvoi a été tellement soudain. Cela aurait pu arriver durant l’été, même après la Draft ou avant. »

« Je ne pouvais pas le faire, cela dépassait le basket pour moi »

Dans son cas personnel, l’année dernière, Earl Watson révèle que les dirigeants de la franchise lui avaient fixé un ultimatum. « J’ai été remercié à mon troisième match mais je savais deux semaines plus tôt que j’avais cet ultimatum », raconte-t-il sans vouloir donner davantage de détails. Il faut quand même dire que les trois premiers matchs perdus par les Suns avant le renvoi d’Earl Watson étaient très inquiétants, avec deux défaites de 48 et 42 points, face aux Blazers et aux Clippers…

Alors qu’Eric Bledsoe poussait pour partir, l’ancien coach du groupe estime que la situation était impossible à redresser.

« Je ne pouvais pas le faire », reconnait Earl Watson, qui venait de rentrer dans sa deuxième année de coach. « Cela dépassait le basket pour moi. »

Comme pour Ryan McDonough, Phoenix avait des raisons pour se séparer d’Earl Watson mais c’est la logique de laisser un entraîneur faire toute la préparation, pour le remplacer après une semaine de saison régulière, qui est difficile à suivre.

Earl Watson en lutte avec Ryan McDonough au sujet de Devin Booker ?

Outre cette curieuse gestion du timing, Earl Watson assure aussi que son sort a été beaucoup lié à Devin Booker. Lors de la saison 2015-2016, alors que le backcourt Eric Bledsoe – Brandon Knight multiplie les passages à l’infirmerie, Jeff Hornacek lance son rookie dans le cinq. Les victoires ne sont pas plus au rendez-vous mais le gamin affiche son talent offensif.

Faut-il le garder dans le cinq la saison suivante, alors qu’Earl Watson a repris l’équipe ? Cette décision fait visiblement débat par la suite au sein des Suns, Ryan McDonough appuyant apparemment pour que Brandon Knight retrouve une place de titulaire, en utilisant Devin Booker comme remplaçant. Un choix qu’Earl Watson assure avoir contesté.

« Je n’avais rien contre cette combinaison mais nous devions apporter de l’espoir à tout le monde, des fans jusqu’au coaching staff. En NBA, tu as trois ans pour construire un joueur mentalement. Ces trois années sont très importantes car elles te disent quel joueur tu vas devenir. On ne voulait pas que Devin Booker devienne 6e homme. On savait qu’il aurait des problèmes défensivement mais tous les rookies en ont. KD (Kevin Durant) était mon coéquipier durant son année rookie et il avait le pire plus / minus de l’équipe. Il fallait lui donner sa chance même si je savais que c’était un risque pour mon poste. »

Difficile tout de même de croire qu’Earl Watson a été viré pour avoir conservé Devin Booker dans le cinq de Phoenix…

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *