Coaching News

[Coaching] Avec PJ Tucker et Luc Mbah a Moute, Houston teste l’anti-Warriors

Avant le début de la saison, Daryl Morey expliquait très honnêtement que les Rockets se construisaient pour faire face aux Warriors. Avec notamment les recrutements de défenseurs polyvalents comme P.J. Tucker et Luc Mbah a Moute.

« Je déteste m’inquiéter d’une seule équipe habituellement, mais ce serait vraiment idiot de ne pas le faire maintenant. Ils sont si bons que nous avons passé beaucoup de temps à imaginer comment battre les Warriors. On sait qu’on va les affronter. Nous devons évidemment éliminer d’autres fortes équipes pour y arriver : les Spurs, Oklahoma City, Memphis… Mais si vous savez que vous allez faire face à une équipe si vous réussissez votre saison, et comme nous voulons le titre, je pense qu’il est logique de se concentrer sur cette équipe […] Luc Mbah a Moute et P.J. Tucker ont été signés avec l’idée de faire face à Golden State en tête. Je ne dis pas que nous ne l’aurions pas fait sans ça, mais nous pensions à eux. Nene était évidemment essentiel. Chris est un trade que nous aurions fait quoi qu’il arrive. Chaque fois qu’on peut ajouter un des dix meilleurs joueurs, on le fait. »

Mike D’Antoni a donné raison à son GM dès le premier match de la saison. Car c’est avec P.J. Tucker et Luc Mbah a Moute (aux côtés de Trevor Ariza, James Harden et Eric Gordon) que les Rockets ont provoqué cette perte de balle fatale de Stephen Curry et renversé la fin de rencontre. Pour réaliser le hold-up sur le parquet des champions en titre.

Car comme le note Cleaning The Glass, les arrivées de P.J. Tucker et Luc Mbah a Moute permettent aux Rockets d’être extrêmement polyvalents en défense. C’est bien simple, Houston change quasiment sur tous les écrans dans les situations où l’ancien joueur des Suns et des Raptors se retrouve en position de pivot. Ça peut paraître risqué alors que P.J. Tucker ne fait que 1m96 mais le vétéran est assez solide pour résister poste bas, et assez rapide pour tenir les extérieurs adverses.

Depuis le début de la saison, P.J. Tucker n’a toutefois passé que 6% de son temps au poste de pivot (soit 76 possessions). Ce n’est donc pas une utilisation systématique mais ce qui est sûr, c’est que c’est très efficace.

P.J. Tucker comme pivot ? C’est peu utilisé mais très efficace

Sur les lineups utilisés plus de dix minutes par Mike D’Antoni depuis le début de saison, deux des trois plus efficaces ont P.J. Tucker comme pivot. Avec Chris Paul, James Harden, Eric Gordon et Luc Mbah a Moute, les Rockets marquent ainsi 168.5 points pour 100 possessions et n’en encaissent que 95.7 points pour 100 possessions. Soit un différentiel astronomique de +72.8 ! En remplaçant James Harden par Trevor Ariza dans ce cinq, Houston marque moins (126.3 points pour 100 possessions) mais prend moins de points (73.1 points pour 100 possessions) et le différentiel est toujours énorme : +53.1 !

C’est comme ça que l’équipe a renversé le match à Portland, alors qu’elle était menée de 14 points après trois quart-temps.

On le voit, les Rockets peuvent changer sur absolument tous les écrans et lorsque Chris Paul se retrouve face à un joueur trop grand, P.J. Tucker vient le récupérer. Résultat : les Blazers n’arrivent à libérer personne et perdent le ballon.

Portland s’est cassé les dents face à cette défense extrêmement polyvalente, qui s’inspire de la tendance lancée par les Warriors et qui semble clairement destinée à les ralentir, en cas d’un affrontement en playoffs. Privés de Jusuf Nurkic ce soir-là, les hommes de Terry Stotts n’ont pas réussi à punir leurs adversaires poste bas et ont vu le match leur glisser entre les doigts. La seule solution proposée par les Blazers a été de profiter des changements pour forcer James Harden à défendre sur Damian Lillard. Puis de laisser le meneur attaquer le défenseur le plus faible du groupe adverse en un-contre-un.

Mais même si le meneur obtenait de bons tirs, ça n’a pas suffi à freiner ce « Death Lineup » à la sauce texane. On note d’ailleurs que les Rockets sont actuellement la sixième défense de la ligue, ainsi que la deuxième attaque. L’an passé, ils étaient déjà la deuxième meilleure attaque… mais ils n’étaient à l’époque que la 18e défense.

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *