Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
CHA
BOS23:00
WAS
MIA0:00
ATL
PHI0:30
CHI
UTH1:00
MEM
MIN1:00
GSW
DAL1:30
POR
DET3:00
SAC
PHO3:00
News

Le Manceau Petr Cornelie est toujours dans l’œil des Nuggets

cornelie-nuggets23 juin 2016, New York. Petr Cornelie est en costard dans l’antichambre de la NBA accompagné de son père, de sa copine et de son agent Bouna Ndiaye. C’est le jour de la draft et d’un clic il peut devenir millionnaire. Ou pas.

Petr – à prononcer Peter – est depuis des mois l’objet de page et de page de rapports de scouting. Sa taille, mesurée par son club à 2m15 avec chaussures et 2m12 sans, est forcément un atout majeur même si son envergure est relativement petite, ce qui fait que bras levés il atteint « seulement » 2m78. Le Manceau est mobile, possède un « moteur » formidable qui ne le menace pas d’épuisement, est opportuniste sous les cercles et sait déclencher la foudre, à plus de 6m75.

Une interminable cérémonie de la Draft

Ce n’est pas du menu fretin qui s’est déplacé à Antarès, la salle du MSB. Après les scouts internationaux (qui veulent voir de visu ce qu’ils ont découvert en vidéo), des assistants généraux managers, des généraux managers, des vice-présidents, et même Masai Ujuri, le président des Toronto Raptors, ont fait le voyage au Mans sachant que le club possédait la saison dernière une incroyable triplette avec Petr Cornelie donc, mais aussi Youssoupha Fall (2m22) et Jonathan Jeanne (2m17). Une telle chaîne de montagnes n’avait probablement pas d’équivalent dans le monde.

Les franchises NBA ont mené leur travail d’enquête digne du FBI, interrogeant tout l’aréopage manceau et tout spécialement l’assistant du coach Erman Kunter, Alexandre Ménard, qui s’occupe du travail individuel de Petr et qui ainsi pouvait leur fournir le meilleur feedback aussi bien technique qu’humain. Avant même de s’entretenir avec le joueur, elles savaient absolument tout de lui, même s’il est français et vit au bout du monde.

Les scouts avaient noté par exemple que la principale faiblesse de Petr Cornelie, c’est son manque de poids, de force, de dureté et qu’il n’est pas un addict de la salle de musculation. Par contre, il a fait des efforts pour avaler des protéines et surtout parvenir à manger deux fois le soir, afin de faire quatre gros repas journaliers plus des collations.

« L’idéal c’est de faire un repas à 19h30/20h et un autre avant d’aller se coucher à 22h30/23h », disait-il. « C’est le contraire vis à vis de certains (Ndlr : Mouph Yarou, son équipier béninois au MSB) dans mon équipe qui parfois veulent perdre du poids. »

Petr Cornelie et son entourage n’avaient aucune certitude quant à sa place dans la Draft, estimant seulement qu’elle devait se situer entre la fin du premier tour et la 45e place. Le Manceau a trouvé le temps de la cérémonie interminable. Les quatre autres Français lui sont passés devant, y compris Isaia Cordinier, 44e. Il lui a fallu attendre que les Denver Nuggets le pêchent au 53e rang pour ne pas rentrer bredouille. Un épisode que Petr a mal vécu, forcément.

Le temps des doutes

Ce qui a fait plonger sa côte ? Une fin de saison de Pro A fadasse, le coach Erman Kunter lui préférant à son poste Romeo Travis, un Américain solide et expérimenté. Le camp de Trévise et les workouts de pré-draft ne se sont pas déroulés non plus comme sur des roulettes. Selon les informations qui sont remontés jusqu’au MSB, les franchises NBA se sont montrées très interrogatives sur sa faculté à supporter l’impacts physique dans la ligue.

Malgré sa taille, Petr Cornelie est essentiellement un « 4 face up ». Il faut savoir qu’il lui est même arrivé en jeune d’être utilisé en 3. Il a le profil. Il lui faut juste améliorer son dribble et sa finition après le dribble. À l’occasion, il peut quand même jouer en post-up car il a la capacité de lâcher haut le ballon sur les hooks, mais davantage quand c’est un 4 qui est face à lui. Le rapport de force avec un pivot lourd lui est trop défavorable.

Petr Cornelie, qui avait signé à l’été 2015 un contrat de trois ans, est donc demeuré au Mans. En attente.

Coup du sort : lors du premier match de préparation, à Pornic contre Nantes, il chute lourdement sur le sol et la radio révèle une fracture du manubrium sternal. Il manque ainsi les trois premiers matches de la saison et à son retour, il joue très peu pour quelqu’un dont on attend la confirmation au plus haut niveau national.

« Il est revenu cet été très motivé pour ne faire qu’une année chez nous et montré qu’il méritait d’être titulaire, » analyse Vincent Loriot, le directeur sportif du Mans Sarthe Basket. « La blessure ne l’a pas aidé car cela a permis à la hiérarchie de s’installer différemment et donc à Ryan Pearson de prendre ses marques. Quand Petr est revenu à la compétition, il n’avait pas un énorme retard à part reprendre du rythme. Il était déjà à 80% de ses capacités. Et vu que c’est quelqu’un qui a un super moteur, qui a toujours eu de la motricité, de l’aisance, de la course, il n’était pas du tout en retard flagrant vis à vis du groupe. Le fait qu’il ait peu joué, c’est le choix d’Erman qui n’a pas estimé intéressant de le faire jouer davantage plus tôt. Petr est peut-être ensuite rentré dans une forme de frustration, de résignation, en se disant que cette année qui devait être très importante n’allait pas forcément être si évidente à valoriser. Il a eu une période de flottement mental, mais pas physiquement. Et pourtant c’est quelqu’un qui ne lâche pas forcément le truc. Seulement il est plus dans la réaction que dans l’action. Il faut le piquer pour attendre de lui qu’il donne sa pleine mesure. »

Il a rencontré le GM des Nuggets

Le dernier trimestre a visiblement ébranlé la confiance du jeune Manceau rejeté sur le banc et qui, à de rares exceptions, ne revenait en jeu que pour des passages furtifs. Heureusement, une bonne nouvelle est venu ensuite éclairer la grisaille. Il faut savoir qu’aucun technicien ou préparateur physique des Denver Nuggets n’est attaché à lui. Alexandre Ménard et Vincent Loriot ont seulement des rapports avec Rafael Juc, l’ « International Scout », qui les a notamment questionnés sur les raisons de son faible temps de jeu. Mais pour le match à Antibes du MSB, le vendredi 13 janvier, Jim Clibanoff, le directeur international du scouting de la franchise, était présent dans la salle.

Mieux : alors que les Nuggets étaient en déplacement à Londres pour les NBA Gobal Games et un match contre les Pacers, le General Manager Tim Connely en a profité pour dîner le samedi avec lui à Paris. Le fil n’est donc pas rompu avec la franchise du Colorado.

Ce qui est réconfortant aussi, c’est que depuis le début de cette année 2017, c’est un tout autre Petr Cornelie que l’on voit à l’œuvre. Déjà, même s’il n’est jamais dans le cinq de départ, il a retrouvé la confiance de son coach et il joue. Et bien. Sur les cinq derniers matches – deux de Pro A et trois de Champions League – ses stats s’établissent à 10.4 points à 59.4% de réussite aux tirs et 5.0 rebonds en 20 minutes en moyenne.

Vincent Loriot estime que si les Nuggets suivent toujours Petr Cornelie, c’est plutôt bon signe pour lui.

« Il n’y a quasiment plus de pivots postés en NBA et les intérieurs sont plutôt des joueurs du gabarit de Petr même s’ils sont plus musclés et plus forts. Ce sont des intérieurs longs, athlétiques, qui courent, qui jouent sur des rolls. D’ailleurs sur la summer league cet été, ils ne l’ont quasiment fait jouer que cinq. Il faisait beaucoup de pick and rolls, je te file la balle en l’air pour finir. Ils l’ont utilisé sur un registre qui n’est pas le sien avec Erman. »

La nouvelle règle du Two-Way contrat qui permettra, à partir de la prochaine saison, à chaque franchise d’avoir deux joueurs qui pourront alterner entre NBA et D-League va constituer une opportunité pour un joueur de son profil. Il ne faut pas oublier non plus que, derrière son évidente maturité et ses lunettes de ville qui lui donne un petit air intello, se cache un jeune homme de 21 ans dont la trajectoire n’est pas certainement pas arrivée à son sommet.

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *