News Résumé

Rising Stars Challenge : un trophée de plus pour Zach LaVine

lavine-wiggins
Battus l’an dernier pour la première édition du Rising Stars Challenge version USA contre le Reste du Monde, les États-Unis ont pris leur revanche en terrain ennemi à Toronto. Portés par Zach LaVine (30 pts), les Américains s’imposent 157-154 dans un match où les joueurs ont avant tout tenté de régaler le public avec des highlights dignes des plus beaux Top 10.

Les « étrangers » ont bien commencé par la partie sous l’impulsion d’Emmanuel Mudiay mais les joueurs de l’Oncle Sam sont revenus au score avant la pause et n’ont rien lâché en deuxième période, malgré un Kristaps Porzingis des grands soirs. En toute logique, LaVine a décroché le titre de MVP, un nouveau trophée dans sa collection après sa victoire lors du Slam Dunk Contest l’an dernier. Peut-être ajoutera-t-il un nouveau trophée lors du concours de dunks ce soir ?

49 points inscrits en… cinq minutes !

Dès l’entame de match, c’est un véritable feu d’artifice. Entre Kristaps Porzingis d’un côté et Jordan Clarkson de l’autre, les paniers s’enchaînent à une vitesse faramineuse et une horloge de 10 secondes par possession aurait été amplement suffisante. Avec des défenses très relâchées de part et d’autre, les actions offensives sont à l’honneur avec des alley-oop, passes lasers et dunks stratosphériques.

Petit à petit, ce sont les joueurs de la World Team qui se détachent avec un Emmanuel Mudiay des grands soirs. Le meneur des Nuggets est au four et au moulin, entre une adresse exceptionnelle à 3-points et des passes qui mettent parfaitement en confiance ses coéquipiers, comme Andrew Wiggins. Le MVP 2015 de cet événement, originaire de Toronto, régale son public et après cinq minutes, le score est déjà de… 28-21. Les États-Unis ne se laissent pas faire et recollent au score grâce à Clarkson et LaVine.

Raul Neto prend le relais de Mudiay à la mène pour la Team World et distribue caviar sur caviar mais les États-Unis restent en embuscade et finissent par passer devant (53-52) à la 12e minute du match. Puis c’est au tour de Mario Hezonja et de Devin Booker de s’échanger les paniers primés. En fin de première mi-temps, les Américains enfoncent le clou, toujours avec Clarkson et LaVine mais aussi Jahlil Okafor. À la pause, le score est déjà de 88-79 !

Kristaps Porzingis entretient le suspense

Au retour des vestiaires, l’état d’esprit reste le même, à savoir tout pour l’attaque des deux côtés. Le Canadien Dwight Powell et le Letton Porzingis relancent la Team World qui revient au contact après avoir compté un retard à deux chiffres.

L’écart descend à quatre points (93-89) mais les Américains en remettent une couche et recreusent un écart conséquent et gardent la maîtrise du match. A chaque tentative de comeback, LaVine et sa bande répondent immédiatement derrière et brisent les espoirs de Wiggins et de ses coéquipiers. Au final, les États-Unis l’emportent par 157-154 au terme d’un match très spectaculaire mais comme toujours sans grande intensité sur le plan défensif.

Outre LaVine, les États-Unis ont pu compter sur 23 points de Devin Booker, 22 points de Jordan Clarkson et 21 points de D’Angelo Russell. Chez la Team World, Kristaps Porzingis, omniprésent en deuxième période, et Emmanuel Mudiay ont inscrit 30 points chacun et le meneur congolais a également distribué 10 passes décisives. Andrew Wiggins a terminé avec 29 points et Clint Capela a ajouté 12 points et 7 rebonds.

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *