Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
CHA
BOS1:00
DET
CLE1:00
IND
UTH1:00
PHI
PHO1:00
ATL
LAC1:30
MEM
DAL2:00
MIL
DEN2:00
NOR
SAS2:00
SAC
OKC4:00
News Portrait

Doron Sheffer, prophète en son pays

Flickr_-_Government_Press_Office_(GPO)_-_Doron_Sheffer

Son nom est certainement inconnu des nouvelles générations ainsi que de elles et ceux qui ne s’intéressent qu’à la NBA, pourtant, non content d’être le sosie officiel de Mark Renton, Doron Sheffer fut une star. D’abord, en NCAA, à Connecticut puis en Europe, au Maccabi Tel-Aviv.

Un petit prodige bien candide

D’abord, en NCAA, à Connecticut puis, en Europe au Maccabi Tel-Aviv. Surtout, Doron Sheffer aurait pu sans aucun problème faire valser plus d’un défenseur en NBA mais il a choisi son propre chemin, en marge des lumières de la grande ligue.

Dès ses 10 ans, alors en Israël, Doron Sheffer s’essaye au basket, en plus de pratiquer le football ou encore le tennis. Finalement, ce n’est qu’à partir de ses 16 ans qu’il comprend qu’il pratique la balle orange plutôt bien, voire très bien, jusqu’à imaginer en faire sa vie.

« J’ai décidé que j’irai jouer, voir à quel point je peux être bon et voir combien d’équipes me désirent » narre t-il, il y a déjà dix ans, au blog UconnHoopsLegend.

L’arrière-ailier fait alors le choix de Galil Elyion, qui parvint à gagner le titre israélien, pourtant trusté par le club-nation, le Maccabi Tel-Aviv.

Après son service militaire, long de trois ans en Israël, Sheffer se destine à l’université, aux États-Unis. Son choix se porte sur le Connecticut de Jim Calhoun, au détriment de Kentucky ou Temple. La présence antérieure de son compatriote Nadav Henefeld y est pour beaucoup.

Le bras droit d’un certain Ray Allen à Connecticut

hc-olliegeorgetown1995En trois ans, UConn affiche un bilan de 89 victoires pour 12 défaites et se classe n°1 du pays. Doron Sheffer fait durant son séjour là-bas la connaissance d’un autre joueur illustre, Ray Allen, avec lequel il fut très lié.

« Vous pouviez voir quelque chose de spécial et d’unique chez Ray, dans la manière de se comporter. » se rappelle l’Israëlien auprès de Sports Illustrated. « Doron était tellement calme. » répond Allen. « Il avait beaucoup de contrôle sur son jeu, sa vie et nous avons appris de lui. »

À sa sortie de l’université, Doron Sheffer est le premier Huskie de l’histoire à avoir compilé 1300 points, 500 rebonds et 400 passes, une performance restée inégalée jusqu’à… Shabazz Napier cette saison. À 24 ans, il est drafté 36e choix de la draft par les Clippers qui lui proposent un contrat garanti. Oui, mais voilà, le pays lui manque et le joueur refuse. Il rentre chez lui.

Il joue durant quatre ans au Maccabi Tel-Aviv où il devient le pilier de l’équipe avec Oded Katash (légende du basket israëlien, engagé par les Knicks en 99 mais barré par le lock-out). La carrière de Sheffer est déjà couronnée de succès mais à 28 ans, la tête ne suit plus. Il dit stop.

« Mon coeur m’a dit qu’il était temps de partir, de dire au revoir car je ne pouvais plus le faire avec tout mon coeur et je ne voulais pas jouer à ce jeu que j’aime tellement sans être à 100% dédié à lui. C’était une décision très forte et cela a été un grand drame en Israël mais c’était paisible et sain pour moi. »

Comme Jordan, une retraite avant l’heure

C’est alors que Doron Sheffer entame un nouveau chapitre de sa vie. Il décide de voyager, un périple qui le mène de l’Inde au Costa Rica en passant par l’Amérique du Sud ou encore le Brésil. L’ex-star découvre un autre rapport au temps et d’autres priorités. Sa vie change, jusqu’à lui remuer profondément les tripes. Durant son voyage, l’homme apprend qu’il est atteint d’un cancer des testicules. Comme Joël Bats et Lance Armstrong.

Heureusement, une opération suffira à lui enlever la tumeur, sans chimiothérapie. Il garde quand même des séquelles, psychologique et physique. Il a notamment perdu une quinzaine de kilos.

Trois ans après sa retraite, Sheffer replonge… dans le basket. Son sport lui manque et à 31 ans, ce talent hors norme peut encore jouer sans le moindre doute. Il reprend brièvement au Maccabi Tel-Aviv, avant de bifurquer vers l’Hapoel Jerusalem. Mais déjà, le basketball de 2003 ne se joue pas comme celui de 99. Doron Sheffer retrouve les terrains avec des sensations différentes.

« C’était le même ballon, le même terrain, les mêmes coaches, les mêmes joueurs mais un jeu totalement nouveau. Je pouvais le voir d’une manière plus saine, plus équilibrée. Avec beaucoup moins de pression, de tension. Je pouvais aussi jouer plus librement. » confie t-il à Sports Illustrated. « J’essayais toujours de gagner, mais sans me perdre à courir après la victoire, à être esclave du score. »

Le basket, avant tout un terrain de jeu

Malgré le plaisir du jeu retrouvé et un titre d’Eurocup, Doron Sheffer se fait la malle à nouveau en 2005, deux ans après son retour. Pour de bon. L’ancien enfant prodige s’est reconverti dans les chambres d’hôte et la religion. Pour la spiritualité, cela lui est venu avec le temps, notamment durant sa première retraite.

« La décision n’est pas venue en un jour ou une minute. » relate t-il au site Ou.org. « Pourtant, un jour, je me suis dit de le faire. Il y a eu des hauts et des bas. Je me suis mis à porter des tefillin et j’ai arrêté. J’ai appris la Torah et j’ai arrêté. J’ai observé le Sabbat et j’ai arrêté. »

Depuis, Sheffer est resté fidèle. De retour dans sa région natale, il accueille régulièrement des hôtes en villégiature. Il promeut le végétarisme et les médecines douces. Il transmet aussi son expérience de sportif et de malade aux jeunes générations.

Doron Sheffer a trouvé son équilibre et tâte de temps en temps du ballon, notamment dans son jardin où trône un panier sans panneau. La NBA est bien loin. Pourtant, pour beaucoup, sa carrière aurait pu être très belle outre-Atlantique.

« Je pensais que Doron allait jouer au moins dix ans en NBA » confia Ray Allen. « Il était tellement talentueux. »

L’arrière en a décidé autrement. À 42 ans, il n’éprouve aucun regret. La preuve vivante qu’il est possible d’être prophète en son pays.

Vidéo en cours de chargement...



Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *