Magazine News

Il y a 10 ans, Kobe Bryant entrait dans l’histoire avec quatre matches d’affilée à 50 points et plus

Il y a 10 ans, en mars 2007, Kobe Bryant livrait sa version de la « March Madness » avec une semaine de pure folie. L’arrière des Lakers, alors âgé de 28 ans, va ainsi inscrire 50 points et plus lors de quatre matches d’affilée ! Dans l’histoire, un seul joueur avait réussi pareil exploit : Wilt Chamberlain.

Les chiffres sont vertigineux. Entre le 16 et 23 mars, on compte 225 points marqués avec 76 shoots inscrits, soit 56 points de moyenne à 54% de réussite ! Un bilan prodigieux pour un arrière qui shoote autant de loin. On ajoute alors 56 lancers-francs à 93%, et on obtient la série offensive la plus impressionnante de ses 30 dernières années.

65 points, 2e marque de sa carrière

À l’époque, la saison des Lakers n’est pourtant pas un long fleuve tranquille. 26 victoires en 39 matches pour démarrer la saison puis des blessures viennent noircir le tableau. Malgré ces coups durs, Kobe Bryant brille, et vient d’être élu MVP du All-Star Game avec ses 31 points à Las Vegas.

Sa série prend sa source face aux Blazers, le 16 mars. Kobe Bryant inscrit 65 points à 23/39 au shoot, 8/12 à 3-pts et 11/12 aux lancers-francs. On retient son magnifique tir primé sur Zach Randolph à 20 secondes du terme pour arracher la prolongation. Ensuite, à 108-108 partout, il marque un des shoots les plus incroyables de sa carrière. Un 3-pts dans le coin alors qu’il est pris à deux… Ses 65 points demeurent le plus gros score de sa carrière après ses 81 points de janvier 2006.

Viennent ensuite les Wolves de Kevin Garnett. Cette fois-ci, le futur MVP 2008 colle 50 points à Minnesota, à 17/35 au shoot. Il entre dans l’histoire en devenant le premier Laker à enregistrer deux rencontres à 50 points de suite depuis 1962 et Elgin Baylor.

Il rejoint Chamberlain, Jordan, Baylor

Tout le monde se passionne pour Kobe, et le match du 22 mars contre Memphis est l’objet de tous les regards. Peut-il réussir le triplé ? 24 points à la pause, puis 19 dans le troisième quart-temps, 17 dans le dernier, le calcul est rapide : 60 points à 20/37 au shoot. À la fin du match, lorsqu’un journaliste lui demande s’il pourra refaire une performance similaire dans 24 heures, Kobe Bryant fait le malin : « Vous allez aimer ».

Encore une fois, avant ce quatrième rendez-vous, il avait déjà rejoint Elgin Baylor, Wilt Chamberlain et Michael Jordan dans l’histoire comme le 4e joueur à réaliser ce triplé.

« C’est spécial parce que cela vient avec trois victoires consécutives. C’est juste énorme car j’ai grandi en idolâtrant ces joueurs. De MJ à Wilt en passant par Baylor, c’est un immense honneur d’être dans la même catégorie que ces gars dans les livres d’histoire. »

Le lendemain de la rencontre contre Memphis, Kobe Bryant ne déçoit pas face aux Hornets (qui deviendront les Pelicans de New Orleans). Il a déjà collé 27 points à la pause. Phil Jackson peut bien le reposer en le plaçant sur le banc, rien ne peut éteindre le « Black Mamba ». Il rend une nouvelle copie exceptionnelle : 50 points à 16/29 aux tirs, 2/5 à 3-pts et un parfait 16/16 sur la ligne des lancers-francs.

Seul extérieur sur sa planète

Avec 4 matches à 50 points d’affilée, il rejoint Wilt Chamberlain sur une planète unique où il demeure le seul joueur extérieur. La performance est immense, historique, monstrueuse. Il suffit de choisir l’adjectif le plus précis : « Kobesque » peut-être. Les éloges se multiplient, le Bryant scoreur pur est à son apogée et jamais depuis Michael Jordan, la ligue n’avait observé pareil phénomène au scoring. Si complet, si prolifique, si fluide.

Évidemment, pour le match suivant face à Golden State, l’attente est immense. Internet et les réseaux sociaux n’ont pas encore la puissance d’aujourd’hui, mais on ne parle que de Kobe Bryant depuis une semaine. Finalement, il ne marque « que » 43 points contre les Warriors. Outre la performance historique du meilleur marqueur de la ligue 2006 et 2007, les Lakers s’imposeront durant ces quatre rencontres, ainsi que face à Golden State.

Le secret de cette folle série ? La colère !

En sept jours, Kobe Bryant aura proposé un show fabuleux, une démonstration technique sublime et une orgie de points qui restent dans toutes les mémoires. Comment l’expliquer ? Comment une telle montée de température est-elle possible, à ce moment de la saison ? Phil Jackson donne la clé.

« Souvenez-vous, il y a deux semaines, Kobe avait été suspendu pour avoir soi-disant donné un coup. Je pense que c’est l’élément déclencheur. Désormais, il est motivé comme jamais. »

Un version confirmée par Kobe Bryant.

« Ce qui m’a énervé, c’est qu’on me considère comme un vicieux, un sale joueur. Je me suis senti insulté. Maintenant, ces mêmes personnes parlent de moi pour toute autre chose et je préfère. »

On en parle encore 10 ans plus tard. Et pour cause, on n’a plus vu, depuis, une aussi incroyable série offensive.

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *