Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
TOR
MIL2:30
Frenchies Interviews

Interview Joakim Noah : « J’aurais plus progressé en restant avec l’équipe de France »

joakim-noah

Grâce à Romain Brunet, Basket USA est à Londres pour la rencontre entre le Jazz et les Bulls, diffusée en direct mardi soir sur Canal + Sport à partir de 20h45.

L’occasion de rencontrer Joakim Noah qui parle des Bulls, de son été avec l’Equipe de France, et de ses nouvelles responsabilités au sein de son équipe.


Vous avez passé un été studieux ?

Je me sens bien, j’ai beaucoup travaillé cet été. Physiquement je me sens bien, mais ma condition n’est pas encore au top, je suis rapidement fatigué. Ça fait un mois que je n’ai pas fait de match, il faut le temps que ça revienne.

Comment ça se passe avec l’équipe ?

Il va falloir un peu de temps pour que tout se mette en place, surtout sans Ben Gordon. Il y a beaucoup de potentiel, mais en même temps on a beaucoup de progrès à faire. C’est une longue saison. En attendant, c’est cool pour le groupe de passer un peu de temps ensemble en Europe.

Vous êtes prêt à endosser de nouvelles responsabilités ?

Déjà l’année dernière pendant les playoffs j’avais de grosses responsabilités. À partir du moment où tu as beaucoup de temps de jeu, ça veut dire qu’on compte sur toi. Je sais que j’ai un rôle à jouer. Mon jeu offensif ne va pas beaucoup évoluer, mais je suis plus confortable sur le terrain, je sais que je vais avoir du temps du jeu et en NBA c’est vraiment tout ce qui compte. Parce qu’à partir du moment où je suis certain d’avoir des minutes, je sais que je vais pouvoir apporter quelque chose. Mon rôle, c’est d’abord la défense, les rebonds, les contres. C’est ce qui m’a amené où je suis aujourd’hui, et en NBA, si déjà tu peux avoir un point fort, c’est déjà bien. Je vais donc rester agressif au rebond offensif, rester près du panier et foutre ma merde. (rires)

Le staff des Bulls a l’air content de votre été…

Oui, mais je pense que j’aurais plus progressé en restant avec l’équipe de France, parce que jouer des matches c’est ce qu’il y a de plus important, même si je respecte la décision des Bulls. C’était difficile de quitter l’équipe de France au bout de deux semaines. J’ai vraiment kiffé et je sais que Tony a tout essayé pour que je reste. J’espère faire partie de ce groupe l’année prochaine pour le championnat du Monde et par la suite pour les Jeux olympiques. C’est une super bande de potes. C’est pas vraiment la fierté nationale qui me fait kiffer, mais plutôt passer du temps avec les gars et jouer avec eux. J’ai réalisé qu’il y avait des mecs super cools dans l’équipe et j’ai adoré. Je me suis éclaté pendant le stage et j’aurais aimé jouer avec eux. Bien sûr, j’ai suivi les résultats de l’équipe pendant l’Euro, j’étais aussi en contact avec les joueurs par texto.

Êtes-vous prêt à faire le forcing auprès de vos dirigeants pour jouer avec la France ?

Oui, c’est ce que j’ai envie de faire. Mais je ne crois pas que ce soit le moment. On a une saison importante devant nous, qui va être longue. Une fois qu’elle sera terminée ce sera le moment d’en parler, mais pas avant.

Qu’est-ce que les Bulls peuvent viser cette année ?

La saison est tellement longue qu’il faut se créer des objectifs réalistes. On doit continuer à progresser, notamment en défense pour avoir davantage de contre-attaques. On peut en tout cas être une équipe qui fait du bruit, mais pour cela il faut progresser. Ne comptez pas sur moi pour vous dire que l’on va gagner 50 matches, je n’en ai aucune idée. Au basket, gagner ou perdre, ça se joue à tellement à peu de choses…

Propos recueillis par Romain Brunet pour Basket USA / Au rebond

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *