Interviews NCAA News

Interview Killian Tillie : « On a l’équipe pour remporter le Final Four ! »

Revenu au jeu le 5 janvier dernier après une vilaine entorse de la cheville qui l’a tenu éloigné des parquets depuis le dernier Sweet 16, Killian Tillie (2m08, 20 ans) ne boude pas son plaisir. Le natif de la Côte d’Azur a remis le bleu de chauffe avec le sourire après avoir vu ses copains remporter le trophée à Maui, en abattant Duke en finale.

Avec un bon match à 10 points, 4 rebonds et 6 passes à Portland, qui fait suite à une autre solide prestation à 14 points, 6 rebonds, 3 passes et 3 contres une semaine plus tôt contre San Francisco, le fils de Laurent Tillie et frère de Kim Tillie retrouve petit à petit son rythme de croisière. Son coach, Mark Few, regrettera à notre micro qu’il prenne encore trop de fautes rapides, à cause d’un manque de condition physique. Mais Killian en est conscient.

Le jeune intérieur tricolore en est à sa troisième campagne NCAA, avec une finale en 2017 et une belle expérience. Littéralement dans la « loading zone » du Chiles Center alors que le PR des Zags nous orientait vers les bus à l’extérieur, BasketUSA n’a pu mentionner la Draft mais Killian Tillie semble avant tout concentré sur des objectifs collectifs alors que « la folie de mars » est déjà au coin de la rue.

« Je suis encore à 80% »

Killian, vous venez de revenir au jeu il y a une vingtaine de jours, quelles sont vos sensations ?

« Je suis très content d’être de retour déjà. Après pour mes sensations, c’est vrai que c’est compliqué au début de bouger, de garder mes adversaires devant moi. En défense, c’est un peu galère. Mais les gars arrivent à me mettre en confiance, donc je reviens petit à petit. Ça va. »

À quel pourcentage vous placeriez-vous sur l’échelle du retour ? 

« Je dirais 80%. Il y a encore du travail à faire défensivement et ça ira. »

Qu’est-ce qui a été le plus dur pendant cette blessure ?

« C’était surtout de voir les autres jouer. Surtout que c’étaient des gros matchs, comme face à Duke à Maui. C’était dur de regarder ça du banc, mais les gars ont assuré en faisant du super boulot. »

Quel était le programme typique d’un jour de rééducation pour vous ?

« Le matin, j’allais direct en muscu pour la rééducation. Ensuite, j’allais voir le kiné pour faire du mouvement et de la mobilisation. Après, je regardais l’entraînement et j’essayais de faire du shooting sur le côté. »

« On a tendance à ne pas bien suivre les consignes défensives »

La saison tire déjà sur sa fin, comment sentez-vous l’équipe ? Quels sont les objectifs avoués ?

« L’objectif est clairement de gagner la conférence WCC, ça sera à Vegas. Tous les ans, c’est un objectif pour notre équipe. Et puis, plus loin, de refaire le Final Four et de le gagner parce que je pense qu’on a l’équipe pour le faire. »

Oui ? Vous pensez que c’est aussi fort, voire plus, que la mouture 2017, finaliste malheureux contre North Carolina ?

« Clairement, oui. On a une équipe capable de le faire. Il faut qu’on soit concentré sur chaque match et qu’on respecte encore plus les plans de match. C’est ça notre problème. On a tendance à ne pas bien suivre les consignes défensives notamment. »

Vous jouez aussi avec une rotation à trois intérieurs, avec Hachimura, Clarke et vous, vous aimez cette configuration ?

« Nos deux intérieurs sont très bons depuis le début de saison, et moi je reviens dans l’équipe et j’essaye de m’incruster là-dedans. Je dois encore bien trouver ma place mais ça va. Pour l’instant, ça se passe bien. »

Et puis, c’est tout de même votre troisième année, vous êtes désormais à l’aise dans le système ?

« Les coaches ont confiance en moi déjà. Je suis plus leader, c’est vrai. J’ai plus d’expérience tout simplement et je sais déjà quelles sont les attentes des coaches, donc ça m’aide beaucoup. Je peux aider les autres autour de moi aussi, et c’est important. C’est pour ça que les coaches me donnent beaucoup de minutes maintenant. »

Propos recueillis au Chiles Center, à Portland

L’avis du coach, Mark Few :

Coach, qu’avez-vous pensé de la prestation de Killian contre les Pilots ?

« Till, il fait de bonnes choses pour l’équipe, surtout offensivement. Il doit encore retrouver ses cannes en défense. Il commet trop de fautes et ça devient difficile de le laisser sur le terrain sur de longues séquences. Il doit s’adapter, travailler encore sur sa forme physique, retrouver une meilleure posture défensive. Il doit s’adapter et apprendre à éviter ces fautes rapides car c’est une tendance forte en ce moment… »

Comment évaluez-vous son retour de blessure ?

« C’est toujours difficile de revenir d’une blessure qui touche la partie inférieure des jambes. On ne peut pas sauter, courir et glisser. Ce n’est pas comme Geno qui a pu revenir comme une fleur. Till doit encore s’adapter car il va être jeté dans le feu de l’action et il doit rester sur le terrain. Il va avoir besoin de temps avant de revenir complètement à 100% »

Est-ce que cette blessure a un peu cassé sa progression ?

« Non, sa progression n’est pas brisée. C’est un très bon joueur. Il faut laisser le temps au temps, tout ira bien pour lui. A mon avis, très honnêtement, il faut surtout éviter de penser à la draft et toutes les rumeurs fumeuses qui traînent. »

Vous avez joué avec Killian mais aussi Rui Hachimura et Brandon Clarke dans un cinq de grande taille, est-ce une stratégie à exploiter pour la suite ?

« On veut continuer à expérimenter des choses. Le public doit surtout comprendre qu’on a la meilleure attaque du pays, sans utiliser cette rotation à trois grands, donc tout va bien. On essaye simplement de faire tourner notre effectif. »

Killian revient sur sa rééducation

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *