News

Markelle Fultz a conquis tout le monde aux Sixers

Bien que n°1 de la dernière Draft, après un échange de bons procédés entre Celtics et Sixers pour l’ordre de choix, Markelle Fultz est loin d’être le prototype du jeune joueur imbu de ses privilèges et trop conscient de son talent.

Au contraire, l’ancien de Washington est le premier à jouer la carte de l’humilité, et son absence prolongée n’a fait que renforcer ce trait de caractère. Raison de plus pour ses coéquipiers de l’accueillir à bras ouverts…

« Tout ce qui m’arrive en ce moment, c’est un véritable bonheur », reconnaît-il sur NJ.com. « Je ne le prends pas pour argent comptant, au contraire, j’essaie d’en profiter au maximum et d’être reconnaissant. Il y a beaucoup de gens qui aimeraient être à ma place. »

Revenu au jeu en toute fin de saison, juste assez pour se mettre une dizaine de matchs dans l’escarcelle, Markelle Fultz a réussi à placer un triple double dans une victoire face à Milwaukee (13 points, 10 rebonds, 10 passes), devenant ainsi le plus jeune joueur de l’histoire à en réaliser un.

« Quand il a réussi son triple double, je suis entré dans une autre dimension », concède TJ McConnell. « Je l’ai attrapé, j’étais tellement content pour lui. Il le mérite tellement. Je considère Markelle comme un frère, c’est un mec très spécial. »

« Cette équipe est une équipe »

Placé sous le microscope des médias à Philly, Markelle Fultz est désormais soulagé de pouvoir jouer et ne plus avoir à parler de son épaule… Littéralement, quand un journaliste essayait de lui voler dans les plumes, il lui a répondu par le silence !

« Si vous prêtez vraiment attention à ce qui se passe, c’est un instantané de ce dont je suis le plus fier », remarque Brett Brown. « Cette équipe est une équipe. On a TJ McConnell qui l’embrasse, lui lève le bras, le fait parader autour du terrain. Et c’est justement le gars à qui Markelle prend des minutes. »

Après des années de disette, à être le sujet des moqueries, les Sixers ont passé le cap. Le « Process » a changé de phase et ces playoffs sont un premier test grandeur-nature pour la jeunesse conquérante de Philly. Pour Markelle Fultz, c’est aussi l’occasion de découvrir le plus haut niveau de la NBA avec un basket plus intense, plus précis et plus physique.

« Je travaille beaucoup d’aspects de mon jeu, que ce soit le dribble, le un-contre-un. Il faut savoir se montrer patient, il ne faut pas forcer, il faut lire son défenseur. Il s’agit de bien lire sa défense et quand il y a une opportunité, il faut la saisir. »

Comme Joel Embiid et Ben Simmons avant lui, Markelle Fultz a dû manger son pain noir dès son arrivée en NBA. Mais comme ses deux coéquipiers, il en sort plus fort encore !

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *