Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
CHA
BOS1:00
DET
CLE1:00
IND
UTH1:00
PHI
PHO1:00
ATL
LAC1:30
MEM
DAL2:00
MIL
DEN2:00
NOR
SAS2:00
SAC
OKC4:00
Magazine News

Le tir à trois points, de Disneyland à l’arme la plus puissante du basket moderne

Le tir à trois points, de Disneyland à l'arme la plus puissante du basket moderneCe n’est un secret pour personne : le basket évolue de plus en plus au large et le tir à trois points a pris une place considérable dans le jeu des équipes NBA. Sans parler de Stephen Curry, qui révolutionne l’exercice. Pourtant, cette révolution a été très longue à se dessiner et ce tir un peu farfelu n’a pas été très bien accueilli à ses débuts.

Testé lors d’un match NCAA en 1945, l’idée d’un tir à trois points traine dans les tiroirs jusqu’à ce qu’Abe Saperstein ne décide de la relancer. Celui qui gère les Harlem Globetrotters attend depuis longtemps une équipe NBA mais la ligue fait blocage. Du coup, en 1961, il décide de créer sa propre association, l’American Basketball League, avec ce tir lointain.

Le tir à trois points prend son envol à Disneyland

L’affaire ne durera pas et après la disparition de l’ABL, c’est finalement l’ABA qui reprendra l’idée en 1967. Ligue concurrente de la NBA, elle veut développer un jeu plus spectaculaire et se différencier de sa rivale. Son commissioner, le légendaire George Mikan, instille différentes mesures dans ce sens : une horloge à 30 secondes, un ballon bleu/rouge/blanc aux couleurs du drapeau américain, un concours de dunks lors du All-Star Game et une ligne à trois points.

Ironie de l’histoire, c’est donc le premier pivot dominant de l’histoire du basket, pour qui la NBA avait élargi sa raquette (afin de l’empêcher de recevoir la balle trop près du cercle) qui lance la révolution.

« Le tir à trois points donnera aux joueurs plus petits une chance de marquer et ouvrira les défenses pour rendre le jeu plus attrayant pour les fans », explique-t-il.

L’annonce se fait dans un quasi-anonymat, à l’hôtel Disneyland d’Anaheim. C’est en effet dans les salles de réunion de l’immeuble destiné à accueillir les visiteurs du célèbre parc d’attractions que l’ABA tient ses colloques ou vote ses décisions. Et c’est donc là que le tir à trois points débute sa véritable existence.

Le « home run » du basket

Dans la première saison de l’ABA, le tir à trois points est donc un gadget. Le 13 novembre 1967, les Indiana Pacers affrontent ainsi les Dallas Chaparrals. Menée 116-118 avec une seconde à jouer, l’équipe d’Indianapolis effectue la remise en jeu pour Jerry Harkness, qui tente un tir de l’autre bout du terrain. Ça rentre et les joueurs se précipitent autour de leur héros qui vient d’arracher la prolongation. Enfin, c’est ce qu’ils croient…

« On courait sur le terrain afin de se regrouper pour la prolongation et l’arbitre, Joe Belmont, est venu me voir : ‘Jerry, c’est fini, c’était un trois points’, » expliquera l’intéressé dans Loose Balls. « Je lui ai répondu : ‘J’avais oublié, un trois points’. On a alors recommencé à faire la fête, mais parce qu’on venait de découvrir qu’on avait gagné le match ».

Dans la ligue, il faut retravailler toutes les bases.

« Il fallait rappeler aux joueurs qui étaient les shooteurs et qu’il fallait sortir sur eux et défendre, même s’ils étaient à plus de 7 mètres », raconte Hubie Brown. « Il ne fallait pas laisser de tirs à 7 mètres, ce qui est quelque chose que les joueurs avaient eu l’habitude de faire toute leur vie. Et en tant que coach, si on avait un joueur capable de tirer de loin, il fallait le laisse faire. C’était une philosophie qui allait contre tout ce qu’on avait appris avant, à savoir mettre la balle à l’intérieur ».

Mais en 1976, l’ABA est aspirée par la NBA et le tir à trois points retourne dans les tiroirs. Il n’y restera pas longtemps car le tir à trois points est synonyme de miracle. C’est encore George Mikan qui l’explique le mieux.

« On l’appelait le home run, parce que le trois points, c’était exactement ça. Ça faisait lever les fans de leurs sièges ».

L’opposition acharnée… du propriétaire des Warriors

Comme le « home run » au baseball, le tir à trois points est donc vu comme un shoot rare et spectaculaire. Mais quand le commissioner Larry O’Brien propose de l’introduire en NBA, en 1979, il déclenche une véritable guerre entre les propriétaires d’équipes puristes, qui n’en veulent pas, et ceux qui souhaitent apporter plus de spectacle.

En juin, le bureau des gouverneurs de la ligue organise un vote et c’est à 15 voix contre 7 que le trois points est institué pour une durée d’un an, renouvelable si l’expérience s’avère concluante. Evidemment, il ne disparaitra plus, et l’histoire retiendra que le premier trois points de l’histoire a été inscrit par les Celtics, le soir du premier match en carrière de… Larry Bird.

« Changer le principe des deux points est immoral », s’exclame Franklin Mieuli, furieux, à la sortie de la réunion. « L’ABA l’avait fait et elle s’est effondrée. Qu’est-ce qu’on a fait, à part se tirer une balle dans le pied ? On se sépare du reste du basket en trafiquant un jeu qui est resté le même depuis 90 ans. Le prix est trop élevé. Nous allons détruire le concept d’équipe ».

Des déclarations ironiques quand on sait que Franklin Mieuli était le propriétaire des Golden State Warriors. Plus de 30 ans plus tard,  Stephen Curry et son équipe sont en effet en train de battre tous les records dans le domaine.

stephen-curry-3-points

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *