Pariez en ligne avec Unibet
  • IND1.65OKL2.25Pariez
  • PHI1.17CLE5.2Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Draft 2014 : le Top 10 des extérieurs

Andrew Wiggins en défense sur Jabari ParkerAprès la finale NBA, remportée par les Spurs, et en attendant l’ouverture du marché des transferts, place à la draft 2014, prévue pour le 26 juin prochain. Après le Top 5 des meneurs, voici le Top 10 des extérieurs et le moins que l’on puisse dire est qu’il y a du beau monde avec notamment Jabari Parker et Andrew Wiggins, attendus aux deux premières places de la draft !

1. Jabari Parker

Le meilleur freshman de la saison, ni plus ni moins. Jabari Parker a été étincelant pendant la majeure partie de la saison et n’a cessé de développer son jeu au fil des matchs. Véritable leader, il a logiquement pris le scoring des Blue Devils en main mais est petit à petit devenu un très bon rebondeur et a amélioré sa vision du jeu. Totalement « NBA-Ready », le seul reproche que l’on puisse lui faire est que sa marge de progression est moindre par rapport à Andrew Wiggins.

2. Andrew Wiggins

Andrew Wiggins a un potentiel absolument incroyable, tout le monde peut en convenir. Le problème est qu’il ne l’a que trop peu montrer sous les couleurs de Kansas. Parfois effacé et fuyant ses responsabilités, il a légèrement déçu cette saison. Mais attention, Wiggins reste l’un des prospects les plus incroyables des dix dernières années et s’il prend confiance en lui et parvient à s’affirmer comme patron, il pourrait sans problème devenir l’une des futures superstars de la NBA.

3. Dario Saric

Dario Saric devrait être le premier européen drafté cette année. A la fois très grand et très technique, Saric est le « Point Forward » idéal et son potentiel semble sans limite. Joueur intelligent, il est extêmement polyvalent en attaque et garde encore une marge de progression très intéressante en défense. Malgré son jeune âge, il s’est déjà frotté aux meilleurs joueurs européens avec un succès certain. Reste à savoir s’il saura s’adapter au style de jeu NBA, ce qui n’est pas toujours le cas pour les jeunes prospects venus du Vieux Continent.

4. Gary Harris

Après une saison de freshman de haute volée ponctuée par le titre de meilleur débutant de la Big Ten, Gary Harris a confirmé cette saison en devenant le leader de Michigan State sur le terrain. Harris sait tout faire, et le fait plutôt bien : mener le jeu, défendre en périphérie, et même prendre du rebond. En NBA, il est probable qu’il devienne un « combo guard » et soit amené à se décaler au poste de meneur sur certaines séquences.

5. Doug McDermott

Doug McDermott est officiellement entré dans la légende de la NCAA cette saison, devenant l’un des meilleurs joueurs de l’histoire. Mais connaîtra-t-il le même succès en NBA ? Rien n’est moins sûr. Excellent shooteur, il devra utiliser cet atout pour faire son trou au niveau professionnel car il risque fort de souffrir dans d’autres compartiments du jeu, en premier lieu la défense. Un choix qui peut s’avérer risqué mais « Doug McBuckets » a montré qu’il n’avait pas peur de se frotter aux meilleurs.

6. Nik Stauskas

Le meilleur shooteur de la promotion. Nik Stauskas est une véritable gâchette et risque de faire sauter quelques défenses de zone pendant sa carrière. Il veut maintenant prouver qu’il n’est pas qu’un joueur unidimensionnel et qu’il peut faire d’autres choses que d’artiller sur un terrain de basket. Il a déclaré pouvoir jouer meneur si besoin en NBA et a montré qu’il pouvait créer le jeu lors de plusieurs séquences cette saison avec Michigan. Mais on devrait essentiellement le retrouver dans un rôle de sniper la saison prochaine.

7. Kyle Anderson

Le couteau suisse de la promotion. Meneur, ailier, intérieur : Kyle Anderson a tout fait lors de ses deux années passées à UCLA. En NCAA, il pouvait viser le triple-double lors de chacune de ses sorties. Ce ne sera sans doute pas le cas en NBA mais son profil ultra-complet (scoreur, rebondeur, passeur, shooteur, défenseur) devrait séduire les franchises à la recherche de joueurs capables d’évoluer sur différentes positions. Le « Boris Diaw » de la Draft.

8. James Young

Lieutenant de Julius Randle à Kentucky, James Young a été l’un des grands artisans du superbe parcours des Wildcats lors de la March Madness. Attaquant avant tout, il devra s’impliquer en défense s’il veut garder sa place en NBA. Young devra aussi améliorer sa sélection de tirs s’il ne veut pas rendre fou son coach dès la Summer League. Mais malgré ces défauts, il reste un ailier très doué et athlétique, capable de prendre un match à son compte si besoin est.

9. Zach LaVine

L’un des joueurs les moins « NBA-Ready » de la promotion. Zach LaVine reste sur une bonne petite saison avec UCLA mais il aurait eu besoin de rester en NCAA au moins une saison supplémentaire. Son potentiel est réel et ses qualités athlétiques sont exceptionnelles mais LaVine doit progresser dans pratiquement tous les secteurs du jeu pour s’installer en NBA? notamment sur les fondamentaux comme le départ en dribble. On risque fort de le voir cirer le banc ou passer quelques semaines en D-League lors de sa saison de rookie. Un projet sur le long terme.

10. T.J. Warren

Troisième meilleur marqueur de la NCAA, T.J. Warren a explosé cette saison sous les couleurs de North Carolina State. Dur au mal, il a le jeu pour réussir à gagner sa place durablement en NBA. Ses qualités de scoreur sont évidemment son gros point fort, mais il sait aussi se montrer efficace au rebond et en défense. Meilleur joueur de l’ACC devant Jabari Parker, il pourrait être l’une des révélations de cette Draft.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés