Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

La France l’emporte au buzzer (70-69) face à la Hongrie

edf2
Que ce fut laid ! Un tir à trois points réussi sur 17 tentatives, 17/33 aux lancer-francs, un manque flagrant d’animation offensive et une défense apathique. La France ne semblait pas être l’équipe qui avait quittée Strasbourg quelques jours plus tôt. Et c’est grâce à un superbe Nando De Colo, auteur d’un panier (quasiment) au buzzer, que les Bleus rejoignent l’Italie invaincus.

Pourtant, l’entame de match fut bonne, les Français menant 19-14 avec des titulaires agressifs en défense qui volaient beaucoup de ballons. Le deuxième quart-temps fut alors proprement abominable. Sous l’impulsion d’un diabolique Istvan Nemeth, les Hongrois infligent un 17-0 aux Français et sont devant (34-20) à trois minutes de la pause.
Vincent Collet avait décidé de faire tourner pour lancer Traoré et Ajinca dans la peinture. Après un marché de poussin réussi par Traoré, c’est Alexis Ajinca qui rate un panier à 30 cms du cercle. Les deux étaient en concurrence pour la dernière place mais leur apparition simultanée n’était pas engageante. Rapidement, Diaw, Turiaf et Pietrus reviennent et grignotent du terrain sur leurs adversaires. 34-30 à la mi-temps.

La Hongrie creuse à nouveau l’écart au retour des vestiaires malgré une meilleure volonté défensive du côté français. En retrouvant un peu d’adresse aux lancers, les Bleus reviennent (46-43) mais ne parviennent pas à passer devant. Et Istvan Nemeth, toujours très seul à trois-points, maintient l’avance malgré un Nicolas Batum qui claque un dunk monumental sur un pauvre hongrois égaré.
Le magicien Nando De Colo fait alors son apparition et c’est lui qui redonne l’espoir en ramenant la France à deux points (64-62). Gergely Kortelyesi sort alors un tir venu d’ailleurs pour donner de l’air et 7 points d’avance au siens. Nando De Colo réalise une nouvelle interception avant de conclure au dunk puis délivre un caviar à Boris Diaw. Les Français ne sont plus qu’à 2 points et Boris Diaw contre son adversaire. Yannick Bokolo obtient trois lancers à 8 secondes de la fin mais il n’en met qu’un (68-69).
Istvan Nemeth, impeccable jusque là, rate à cet instant ses deux lancers et Nando De Colo remonte tout le terrain avant de décocher un tir assassin extrêmement difficile. Ficelle et la France l’emporte (70-69). On se demande encore comment.

En vrac : Tony Parker toujours blessé, on espère le retrouver à son meilleur niveau mercredi prochain pour le premier match, déjà décisif, face aux Italiens. Joakim Noah a lui laissé un grand vide dans la raquette et un retour du Bull serait une excellente nouvelle.

Les joueurs :

De Colo (18 points) : Clairement le meilleur joueur français sur le parquet. Une capacité de création rare et du sang-froid pour planter le dernier shoot. Assurément l’homme du match.
Pietrus (10 points) : Féroce en défense, comme à son habitude, il aura moins pesé en attaque qu’à Strasbourg, la faute à des Hongrois très resserrés dans la raquette et à une adresse extérieure honteuse.
Batum (9 points) : Un dunk monstrueux, quelques accélérations et de bons passages en défense mais beaucoup de ratés sur les tirs malgré de bonnes positions.
Diaw (9 points) : Du Diaw tout craché. Des rebonds, des passes, des points, de la défense mais toujours cette impression qu’il pourrait en faire tellement plus.
Turiaf (8 points) : Une bonne volonté de couper les lignes de passe. Des interceptions et contres spectaculaires qui n’effacent pas le fait qu’il est très souvent en retard sur son adversaire et qu’il laisse d’énormes espaces dans la raquette. Une adresse aux lancers très faible.
Traoré (6 points) : Deux marchés sur ses deux premières actions avant trois paniers qui ont montrés tout ce que le villeurbanais peut apporter à cette équipe. Volontaire en défense.
Petro (4 points) : Bonne surprise. Un gros dunk, une bonne interception, pas de volonté d’en faire trop et une qualité de passe insoupçonnée.
Bokolo (3 points) : Toujours hyperagressif en défense, il a bien essayé d’accélérer. Son manque de réussite extérieure et surtout ses deux derniers lancers (très courts) viennent gâcher une prestation sérieuse.
Gomis (2 points) : Un panier, des accélérations mais une incapacité à créer des décalages et une maladresse peu rassurante.
Koffi (1 points) : Il est venu s’empaler sur les intérieurs hongrois alors qu’il possède un bon shoot à mi-distance. Dommage.
Diarra (0 points) : 0/3 à 3 points dont une énorme brique pour ce qui est sa spécialité. Son épaule meurtrie le gêne sans doute, mais quand même…
Ajinca (0 points) : 2 minutes 30 de jeu, deux tirs ratés, une perte de balle. Sans doute le dernier joueur à quitter les Bleus.

Pages : 1 2

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés